Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 19:05

Le dimanche 10 janvier a eu lieu, à la salle des fêtes de Saint-Priest-des-Champs, l’assemblée générale de la Jeunesse Sportive, en présence de nombreux joueurs et dirigeants.

 

Ce fut d’abord la remise de la médaille de la Jeunesse et des Sports au vice-président Beaufort Camille. Cérémonie simple qui voit la juste récompense aux efforts d’un homme dévoué et dynamique, dirigeant depuis quinze ans.

Ne ménageant ni son temps ni sa peine, toujours prêt à rendre service, il recevait les félicitations des joueurs et des dirigeants.

De plus en plus pris par ses occupations, il déclarait avec regret qu’il ne pouvait plus assumer ses fonctions de vice-président.

A l’unanimité, joueurs et dirigeants décidèrent de le nommer président d’honneur de la société.

 

Puis l’on passa à l’élection du bureau dont voici la formation :

Président fondateur : M. Buvat Henri ; président d’honneur : MM. Desparain Alphonse et Beaufort Camille ; président actif : M. Fournon Edmé ; vice-présidents : MM. Raoux Guy et Pougheon Roger ; secrétaire : M. Petit René ; secrétaire adjoint : M. Giraud Jean-Pierre ; trésorier : M. Petit André ; membres : MM Sahut Georges, Thuel Félix, Percher Roger, Taytard André, Pailhoux René, Denis Paul, Raoux Henri, Redon Gérard, Faure René, Faure André, Béraud Augustin, Martin André, Maignol Olivier.

 

On étudia ensuite le programme des bals et des matches retour du championnat.

 

Un vin d’honneur, offert par M. Beaufort Camille, clôtura cette assemblée générale dans la bonne humeur.

C’est le dimanche 17 janvier, en soirée, à la salle des fêtes, qu’aura lieu un grand bal de la nouvelle année organisé par la Jeunesse Sportive avec le concours d’un brillant et dynamique orchestre.

La Montagne – 8 BIB 2 – 15/01/1971

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Jeunesse Sportive
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 10:05

Un début de travail sur les instituteurs et institutrices de la commune de Saint-Priest-des-Champs (Série T aux Archives Départementales).

Nous recherchons des informations sur toutes les personnes qui ont enseigné dans les trois écoles.

 

Ecole de garçons au chef-lieu

 

1886    Une classe avec M. Berthin Jean.

1889    Deux classes (une de 50 et l’autre de 40) Instituteur Berthin, adjoint Hostier.

1890    Deux classes, l’adjoint de Berthin est M. Faure.

1896    Il y a une école à Lamazière, avec environ 40 élèves.

 

BATISSE Jean, en 1836 ?

BLANCHOT Antoine, du 11 janvier 1840 au 23 juin 1867.

MARCHEIX Joseph, vers 1866

PORTE Marien a été instituteur du 15/02/1867 au 12/06/1872 (A peut-être remplacé MARCHEIX).

BERTHIN Jean, du 08/07/1872 au 12/01/1913 (Remplace certainement PORTE).

FAURE Antoine, du 30/09/1890 au 30/09/1891 (Remplace HOSTIER).

DELAURAT Jean, du 16/09/1891 au 26/09/1893 (Remplace FAURE).

COTE Auguste Blaise, du 27/09/1893 au 30/09/1897 (Remplace DELAURAT, décédé).

M. MARCHAND, en 1913.

M. CAILLOT, en 1919.


*******************************

Ecole de filles au chef-lieu

GRANDSAIGNE Henriette, à partir 1856.

CHEFDEVILLE Marie Marguerite, du 01/10/1861 au 20/10/1866.

BAGNAC Françoise épouse LAFONT, du 01/12/1869 au 30/03/1880.

PEROL Gilberte, du 30/03/1880 au 31/10/1897 (Remplace BAGNAC).

JOUFFRAIX Jeanne épouse DELAURAT, du 01/10/1891 au 10/10/1893.

Mme BOUDET née MARTIN Emilie Joséphine, du 10/10/1893 au 31/12/1894 (Remplace Mme DELAURAT).

PAILHOUX Catherine épouse COTE, du 13/09/1895 au 30/09/1897 (Institutrice stagiaire)

MARTIN Adélaïde Marie, du 01/11/1897 au 30/04/1905 (Remplace PEROL).

Mlle DANIEL Félicie Marie, du 01/10/1898 au 31/05/1901 (Stagiaire).

Mme PARQUET, Mlles SEPCHAT, GILBERT et CHANTEGRET, stagiaires en 1905.

MARTIN Anna, du 01/05/1905 au 30/09/1920 (Remplace MARTIN).

Mme LAGER, adjointe de MARTIN Anna, en 1909.

Mme MARCHAND et Mme FARGEIN, en 1913.

 

*******************************

Ecole du Bladeix

M. MARTIN en 1905

M. SUC Justin, du 25/09/1902 au 31/03/1903 (Stagiaire et suppléant de M. MARTIN).

M. DUPERRIER Annet Cyprien, du 07/04/1905 au 30/04/1909 (Stagiaire, remplace SUC).

Mme RIBOT née ROUX, du 01/10/1913 au 01/01/1932.

Mlle PRESSOIRAS, intérim en 1913.

Mme COLLAS-PRADEL, recensement de 1946

Mme SAUVAT, en 1900.

M. ARNAUD.

Mme AUBIGNAT-BOUDOL Annie, 09/1970 à 06/1971.

 

*******************************

Ecole de Lamazière

MAIGNE Anne épouse SABOURET, du 02/04/1888 au 30/09/1889.

PAILHOUX Catherine épouse COTE, 30/09/1897 et jusqu'à 1900.

Mme MOUTON en 1905.

JOUFFRAIX Jeanne Marie épouse CHABRIAL, du 01/11/1900 au 31/01/1901 (Stagiaire).

Mme FAURE, en 1913, 1919.

 

*******************************


En 1946 au chef-lieu, d’après le recensement, il y avait :

CERBELAUD Andrée, institutrice ;

BOUCHON Alice, institutrice ;

PERRIN Albert, instituteur.

 

En 1968 au chef-lieu, toujours d’après le recensement :

VERNERET Andrée, institutrice ;

THÉRON Jeanne, institutrice ;

 

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans L'enseignement
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 07:54

Les « enfants prêtres » des paroisses d’Auvergne, XVIe-XVIIIe siècles par Stéphane Gomis.


Saint-Priest-des-Champs est une paroisse de l’archiprêtré d’Herment, dans la Combraille, située dans une zone de plateaux, où l’altitude est comprise entre 600 et 700 mètres. Son église abrite une société de filleuls. Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, celle-ci accueille cinq prêtres. Sa taille est donc modeste, à la mesure de cette paroisse auvergnate. Le 12 mars 1692, les abbés Grand et Barry font parvenir à la chambre ecclésiastique une « liève des cens et devoirs dus » à leur communauté (21). Au total, ils recensent 87 censitaires, répartis entre le bourg et 30 mas. Les redevances se montent à 379 livres. L’étude de la carte de cette paroisse a révélé l’existence d’au moins 40 écarts, car il s’agit d’une région d’habitats très dispersé. Les prêtres perçoivent donc le cens dans les trois quarts des villages. En revanche, en dehors de l’espace paroissial, ils ne possèdent aucun droit de cens ou de dîmes. Leur rayonnement est strictement circonscrit à celui-ci. Le montant moyen versé par les censitaires reste modeste, comme c’est souvent le cas, puisqu’il est de 4 livres environ. Seuls quelques propriétaires, mieux nantis, sont redevables de sommes plus importantes. C’est le cas du sieur Mazeron, « bourgeois », également seigneur de Buffevent, petit fief sis dans la paroisse, qui paye 29 livres (22). Cette ventilation indique bien la nature des activités économiques, très majoritairement agricoles. Saint-Priest-des-Champs n’est pas un lieu d’échanges, mais se trouve dans l’attraction de la petite ville de Saint-Gervais, sa voisine située au nord-est,  qui joue le rôle de place commerçante. Or l’église de Saint-Gervais est elle-même le siège d’une compagnie de prêtres natifs, plus exactement de communalistes. Ces derniers, au nombre d’une dizaine, constituent une fraternité bien plus puissante, dans une cité qui compte un grand nombre de lignages bourgeois. Dans ces conditions, l’aire d’influence de la société de Saint-Priest ne peut guère s’étendre sans porter atteinte aux intérêts de celle de Saint-Gervais.

 

(21) Archives Départementales du Puy-de-Dôme, 2 G 86

(22) Le sieur Mazeron, dont il est question, est l’un des premiers possesseurs du fief de Buffevent, portant ce nom. Cette famille est l’une des rares familles bourgeoises de Saint-Priest. Les Mazeron semblent avoir fait fortune, notamment dans l’exercice de charges d’officier. En 1789, Charles Mazeron de Buffevent, fils du bailli de la vicomté de Miremont, est l’un des prêtres filleuls.

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Un autre regard
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 08:32

Rapports du Préfet, procès-verbaux des délibérations – Conseil général du Puy-de-Dôme.

Séance du 5 novembre 1935, page 43.

 

Commune de Saint-Priest-des-Champs – Modification de tracé du chemin N° 5 du réseau complémentaire.

 

M. Hermille donne lecture du rapport suivant :

 

Messieurs,

Le tracé du chemin classé sous le N° 5 du réseau complémentaire avait son origine au chemin d’intérêt commun N° 80, près du village de Termes, passait près des Barses, d’où il se dirigeait sur le chemin d’intérêt commun N° 60 où il aboutissait au Moulin-Rouge. Depuis 1921, date de ce classement, un chemin a été aménagé par les soins de la municipalité de Saint-Priest-des-Champs entre les Chaussades et les Barsses et, pour faciliter l’ouverture et l’entretien du chemin du réseau complémentaire N°5, la commune demande que la voie nouvellement ouverte soit incorporée dans cette ligne en remplacement du parcours Barsses-Le Moulin-Rouge.

Le nouveau tracé présente une diminution de 1.700 mètres sur la longueur du chemin classé. Les frais de construction se trouveront ainsi réduits de plus de 150.000 francs. Il y a donc tout intérêt pour le Département à accepter la demande de modification proposée.

En conséquence, votre quatrième Commission vous propose de substituer le tronçon Les Barsses-Gandichoux-Les Chaussades à la section du chemin du réseau complémentaire N° 5 entre Les Barsses et Le Moulin-Rouge qui sera déclassée.

Le chemin N° 5 du réseau complémentaire prendrait alors la désignation suivante :

Embranchement du chemin d’intérêt commun N° 80 sur Saint-Priest-des-Champs par Gandichoux et les Chaussades.

 

Délibération :

Le rapport est adopté.

 

En conclusion, on peut comprendre qu'avant 1921, nos ancêtres qui venaient, du Davideix, de Lébeaupin ou des Barsses, pour se rendre au chef-lieu, passaient donc par Grandsaigne, Barghon, Laroche et Chez-Saby pour arriver au Moulin-Rouge. 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 08:18

Les équipes poussins et pupilles en lice à Saint-Priest-des-Champs

Finale foot poussins2

 


Samedi, sur le stade, avait lieu la grande finale de football à sept des équipes poussins et pupilles de la région. Ce tournoi mettait aux prises les clubs suivants : Saint-Priest-des-Champs, Gelles, Saint-Georges-de-Mons, Pontaumur et Saint-Ours-les-Roches. Il s’est déroulé pendant cinq samedis après-midi.

Après cette dernière rencontre à Saint-Priest-des-Champs, qui s’est disputée dans le meilleur esprit sportif, voici les résultats complets :

Catégorie poussins.– 1. Saint-Priest-des-Champs, 15 points ; 2. Saint-Georges, 13 pts ; 3. Gelles, 11 pts ; 4. Pontaumur, 9 pts ; 5. Saint-Ours, 6 pts ; 6. La Goutelle, 6 pts.

Catégorie pupilles.– 1. Saint-Georges, 15 points ; 2. Gelles, 11 pts ; 3. La Goutelle, 11 pts ; 4. Saint-Ours, 9 pts ; 5. Pontaumur, 9 Pts ; 6. Saint-Georges.

Après les différents matches sonna l’heure des récompenses, à la salle des fêtes, où M. Lécuyer, conseiller général du canton de Saint-Gervais-d’Auvergne, devait prendre la parole. Il félicita tous les jeunes joueurs et leurs dirigeants pour l’esprit sportif qui les anime. En suite il remit la coupe au capitaine des jeunes poussins de Saint-Priest-des-Champs. La coupe des pupilles fut remise par M. Aniéta, qui représentait la Ligue d’Auvergne, au capitaine de l’équipe de Saint-Georges-de-Mons. On notait également la présence de M. André Faure, adjoint au maire de Saint-Priest-des-Champs, représentant la municipalité, et les dirigeants du club de Saint-Priest, et c’est par le verre de l’amitié que se termina cet agréable après-midi.

Journal La Montagne du 19 juin 1978.

Repost 0
Published by jacot63 - dans Jeunesse Sportive
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 09:02

Article tiré du Dictionnaire des Eaux Minérales du département du Puy-de-Dôme, par P. Truchot, 1878, pages 290 à 292.

 

1°) Source Maniol :

Près du hameau de Buffevent, qui se trouve à trois kilomètres au Sud de Saint-Priest-des-Champs, on remarque un certain nombre de sources minérales qui ont la plus grande analogie.

Elles sortent d’un terrain granitique sur les deux rives d’un ruisseau nommé Colis et près du pont de Sauvanet.

En 1864, une seule source était captée et utilisée, c’était la source appelée Maniol, du nom de son propriétaire ; mais depuis cette époque, de nouvelles fouilles ont été faites et on peut actuellement distinguer jusqu’à sept sources, quatre sur la rive droite et trois sur la rive gauche. On a donné aux cinq principales les noms de sources Maniol, du Pavillon, Colis, Puits-la-Garenne et Germaine.

Voici leur débit et leur température :


 

Litres par heure

Température (°Celsius)

Source Maniol

80

8

Source du Pavillon

300

11

Source Colis

80

7

Source du Puits-la-Garenne

40

18

Germaine

30

13

 

L’analyse de l’ancienne source Maniol a été faite en 1864 par M. Bouis. Les résultats suivants, que nous avons obtenus pour les trois premières sources, diffèrent si peu de ceux qu’à publiés ce chimiste qu’il faut admettre une constance parfaite dans la composition.

Composition rapportée à 1 litre :


 

Source Maniol

Source du Pavillon

Source Colis

Acide carbonique

2g205

1g600

1g705

Acide sulfurique

Traces

Traces

Traces

Acide silicique

0,050

0,045

0,041

Chlore

Traces

Traces

traces

Potasse

Traces

Traces

Traces

Soude

Traces

Traces

Traces

Lithine

Traces

Traces

Traces

Chaux

0,201

0,192

0,198

Magnésie

0,020

0,022

0,020

Protoxyde de fer

0,030

0,027

0,028

Matières organiques

Traces

Traces

Traces

Poids des combinaisons anhydres, les carbonates étant à l’état de carbonates neutres

0 ,501

0,475

0,480

 

 

Ces chiffres peuvent représenter les combinaisons suivantes :

 

 

Source Maniol

Source du Pavillon

Source Colis

Acide carbonique libre

1g810

1g205

1g315

Bicarbonate de soude

Traces

Traces

Traces

Bicarbonate de potasse

Traces

Traces

Traces

Bicarbonate de chaux

0,517

0,493

0,511

Bicarbonate de magnésie

0,064

0,070

0,064

Bicarbonate de fer

0,066

0,059

0,061

Sulfate de soude

Traces

Traces

Traces

Chlorure de sodium

Traces

Traces

Traces

Chlorure de lithium

Traces

Traces

Traces

Silice

0,050

0,045

0,041

Matières organiques

Traces

Traces

Traces

Total non compris l’acide carbonique libre

0,697

0,667

0,677

Total, y compris l’acide carbonique libre

2,507

1,872

1,992

 

source magnol
Document Anny Novais-Maignol
 

2°) Source Baisle

A 200 mètres au-dessus des précédentes et tout près de Buffevent se trouve une autre source minérale appartenant à M. Baisle. Elle fournit par heure 30 litres d’eau à la température de 8 degré.

Sa composition l’assimile complètement aux précédentes, comme on le voit par l’analyse suivante :

 

Les eaux de Saint-Priest-des-Champs sont peu minéralisées ; mais elles sont chargées d’acide carbonique, calcaires et surtout ferrugineuses. Elles jouissent d’une certaine vogue et sont employées contre la chloro-anémie et les affections tuberculeuses. Nombre de personnes des environ viennent s’installer au chef-lieu de la commune et font une saison en allant chaque matin boire ces eaux. On les expédie aussi dans les départements de l’Allier et de la Creuse.

Repost 0
Published by jacot63 - dans Un autre regard
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 07:13

Les travaux du Conseil municipal de Saint-Priest-des-Champs.

 

Au cours de la dernière séance, les points suivants ont été abordés :

- Remplacement du délégué au SIRB – Par suite du décès de M. Boissier Marcel, à l’unanimité des membres présents, M. Bernard Martin a été désigné comme nouveau délégué au SIRB.

- Achat d’un réchaud à gaz pour la cantine scolaire – Le modèle de réchaud pouvant être fourni par l’U.G.A.P. paraissant insuffisant, le Conseil municipal décide l’achat d’un réchaud deux feux mieux adapté aux besoins de la cantine ainsi qu’une table support.

- Demande de subvention départementale – Pour les travaux exécutés aux bâtiments communaux, une demande de subvention départementale est formulée : Toiture de l’église, école, garage P.T.T.

- Aménagement du vestiaire douches au terrain de sports – M. le Maire donne connaissance aux membres du Conseil municipal des plans et devis d’aménagement du local situé sur le terrain de sport. Après examens des plans, il a été convenu de demander à l’architecte certaines modifications.

- Terrain de camping – Considérant les problèmes techniques et financiers qu’entraînait l’aménagement d’un terrain de camping dans les communaux de Laval, ce projet est abandonné. Le Conseil municipal demande l’étude d’aménagement d’un terrain de camping sur le terrain communal face à la mairie.

- Campagne électorale des dernières élections cantonales : Mise au point – En réponse à l’article paru dans la presse annonçant que la commune avait reçu une subvention de 240.000 francs (Soi-disant affectée à l’aménagement du terrain de sport), M. le Maire présente aux membres du Conseil municipal une justification écrite de la Direction Départementale de l’Equipement, précisant l’origine et l’affectation de ces crédits. Chaque membre du Conseil municipal dispose d’un exemplaire de cette justification qui précise : que ces crédits représentent une participation départementale pour travaux de voirie ; que ces crédits ne transitent pas par le budget communal.

- Ramassage des ordures ménagères – Il est donné connaissance aux membres de l’assemblée du problème posé par la collecte et le traitement des ordures ménagères pour l’ensemble des communes du canton de Saint-Gervais-d’Auvergne. Il apparait que dans un avenir prochain, les décharges publiques, telles qu’elles existent actuellement, ne seront plus tolérées. D’après l’étude faite par la Direction Départementale de l’Equipement sur ce sujet, le coût annuel de la collecte en fonction du nombre d’habitants, varierait entre 52,61 F et 54,55 F par habitant. Des renseignements et des précisions complémentaires seront demandés lors de la prochaine réunion du SIVOM à ce sujet.

- Bascule publique – La bascule publique étant actuellement hors d’usage et la plate-forme en très mauvais état, présente un danger pour les véhicules qui pourraient stationner sur cet emplacement. Le Conseil municipal décide la faire enlever. M. Paul Lasciouve est chargé de ce travail.

La Montagne – 8 BIB 2 – 20/06/1979

 

Fête de printemps – C’est les samedi 9 et dimanche 10 juin, qu’aura lieu la fête de printemps de Saint-Priest-des-Champs.

C’était autrefois le fête des « eaux minérales ». L’on dansait l’après-midi en plein air et l’on se rafraichissait à la fontaine d’eau minérale, dans un cadre champêtre. La fontaine existe toujours, mais comme elle est à plus de 2 km du bourg la tradition s’est perdue depuis longtemps, et pourtant l’eau est toujours aussi ferrugineuse.

Les festivités de cette fête de printemps débuteront samedi 9 juin par une grande soirée dansante, organisée par le comité des fêtes, sous parquet-salon, avec pour la première fois dans la région une brillante et moderne formation qui saura créer une ambiance exceptionnelle.

Le lendemain dimanche, à partir de 14 h. 45, terrain municipal, jeux divers et variés pour les enfants des écoles, défilé et concert par le Réveil Bromontois.

En soirée, sous parquet-salon, bal à papa organisé par les parents d’élèves, avec un orchestre musette.

Fête et attractions foraines.

La Montagne – 8 BIB 2 – 07/06/1979

 

Après le tournoi de sixte – Dimanche 27 mai a eu lieu le traditionnel tournoi de sixte annuel de la Jeunesse Sportive ; malgré la concurrence de très nombreux tournois dans la région, il a connu un assez grand succès.

Une vingtaine d’équipes étaient engagées. Voici les résultats :

La finale de la coupe de consolation a été remportée par Menat (2 à 1) contre Charensat.

Quant à la finale du tournoi, elle mettait aux prises l’équipe de Biollet, renforcée, à la jeune équipe locale. Biollet l’emportait (3 à 1) sur Saint-Priest, mais la révélation du tournoi a été la brillante équipe de Comps qui ne s’inclina que d’extrême justesse en demi-finales.

La Montagne – 8 BIB 2 – 02/06/1979

 

Repost 0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 16:52

Mardi 17 février 1920, ont eu lieu les obsèques de M. Berthin, instituteur en retraite, âgé de 80 ans.

Le défunt laisse d’unanimes regrets. Pendant de très nombreuses années, il avait tenu le secrétariat de la mairie, tout en étant un instituteur modèle.

Une foule nombreuse de parents et d’amis l’accompagnaient à sa dernière demeure.

En termes très émus, M. Bascoulergue, conseiller d’arrondissement de Saint-Gervais, a, sur la tombe, prononcé un discours où il a retracé la vie du défunt et ses qualités d’esprit.

Nous adressons à la famille nos sincères condoléances.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/79 – Journal du 20/02/1920.

 

Jean Berthin est né à Saint-Priest-des-Champs, le 26 septembre 1840. Il est le premier enfant du couple Antoine Berthin et Marie Abavid. Ses père et mère se sont mariés à Saint-Priest, le 16 avril 1839. Antoine, né à Muraton commune de Biollet est le 12ème enfant de Jacques et de Marie Roudelle ; Marie est la fille naturelle de Marie Abavid. Jean est resté célibataire.

 

On ne sait pas où il a fait ses études primaire (certainement à Saint-Priest) et secondaire, mais il a terminé ses études à l’école supérieure de Lyon et obtenu son Brevet de Capacité pour l’Enseignement Primaire, le 24 août 1861. Il commence comme instituteur adjoint, le 1er mars 1860,  à l’école publique de la rue Vauban à Lyon ; puis comme instituteur publique congréganiste, le 15 janvier 1862, dans cette même école, et jusqu’au 12 décembre 1870.

 

Le 12 décembre 1870, il prend ses fonctions à l’école publique de Vensat (Puy-de-Dôme), où il exercera même les fonctions de directeur de l’école communale. Il y restera jusqu’au 8 juillet 1872.

 

A partir de cette date, il est nommé à Saint-Priest, avec un traitement de 700 francs. A partir de 1883, il exerce les fonctions de secrétaire de mairie. En 1903, il doit préparer son dossier pour faire valoir son droit à la retraite. La commune, qui utilisait la maison de l’instituteur pour école, demanda à M. l’Inspecteur, de conserver le poste à M. Berthin pendant le temps voulu (Groupe scolaire terminé en 1913). Il finira donc sa carrière, le 12 janvier 1913, à près de 73 ans.

 

Tous les rapports, des différents inspecteurs primaires, sont très bons. Il est décrit : «Comme un instituteur modeste, assez capable, docile aux conseils, bien zélé et très assidu à ses devoirs. Il possède la confiance et l’estime des autorités locales et des familles.

Il dirige seul avec succès une classe nombreuse (96 élèves inscrits, 86 présents), dans un local insuffisant et obtient de bons résultats ».

 

Pourtant les matières étaient diverses : Instruction religieuse, lecture, écriture, grammaire, orthographe, calcul mental, calcul écrit, système métrique, géographie, histoire de France  et gymnastique. Tout cela avec trois niveaux de classe. Mais nous verrons ça dans un prochain article, en analysant les rapports des inspecteurs primaires.

 

Malgré toutes  ses bonnes notes, l’inspecteur écrit, le 21 février 1891 : « Ce maître a quelques ennemis, jaloux de son excellente situation pécuniaire. Réduits au silence par l’enquête de l’an passé, ils n’ont pas encore recommencé les hostilités. Je les ai vu de près ; ils sont capables de toutes les calomnies (noms à retenir pour l’avenir : Faure, Dubreuil, Abavid) ».

 

Il est décoré de la médaille de bronze, en juillet 1887, et d’argent en juillet 1891. Le 12 juillet 1906, il est nommé Officier de l’Instruction Publique, par Aristide Briand, Ministre de l’Instruction Publique, des Beaux-arts et des Cultes.

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Gens d'ici
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 08:41

L’église en danger :

On nous écrit : « La commune de Saint-Priest-des-Champs possède une église antique, d’une certaine valeur architecturale. Mais il importe, si l’on veut la conserver, d’y faire au plus tôt des réparations. Le clocher, en effet, menace ruines ; les cloches ne tiennent presque plus sur les bois qui les supportent, et, par mesure de prudence, on doit se contenter de tinter la petite cloche. Si l’on sonnait à toute volée, il est à craindre que les cloches tombent sur la voûte et la fassent céder.

De plus, on a muni l’église d’une horloge électrique à deux cadrans ; l’un des cadrans n’a plus d’aiguilles depuis longtemps, ce qui n’a d’ailleurs pas d’importance, puisque l’horloge ne marche pas. La municipalité a chargé, pendant trois années successives, un horloger de son entretien. Elle a marché pendant quelques jours après la visite de l’homme de l’art, puis elle s’est arrêtée de nouveau. Quand se décidera-t-on à la réparer ?

La commune de Saint-Priest-des-Champs est importante et n’est pas tellement pauvre qu’elle ne puisse subvenir à l’entretien de son église. »

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/36 – Journal du 29/03/1916.

 

Accident :

Lundi dernier, 17 avril, vers six heures du matin, M. jean pailloux, un vieillard de 80 ans, habitant le village du Bladeix, commune de Saint-Priest-des-Champs, conduisait à pied, sur la route, un veau que devait lui amener, à la foire de Saint-Gervais, dite des Rameaux, M. Rougier, coquetier.

Arrivé au lieu-dit « le Pargeadier », le veau s’emballa et renversa M. pailloux.

Celui-ci, dans sa chute, se fractura le crâne. La mort fut instantanée.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/36  – Journal du 19/04/1916.

 

Soldats voleurs arrêtés :

Lundi, 29 mai, vers midi, deux soldats, venant à bicyclette de la direction de Pontaumur, s’arrêtèrent au village de Miliazet, commune de Miremont, chez une vieille femme vivant seule, pour lui demander de l’huile pour leurs machines.

Celle-ci s’empressa de donner satisfaction aux deux militaires et de mettre à leur disposition « sa burette ». Cependant, devant l’obligeance de la brave femme, les bicyclistes se montrèrent plus exigeants et réclamèrent à boire. Celle-ci, encore, s’empressa de leur offrir du lait et, pendant qu’elle le cherchait dans une pièce voisine, les militaires mirent à profit ce temps pour fracturer l’armoire et s’emparer de 290 francs qui s’y trouvaient. Ils prirent ensuite la route de Saint-Priest pour aller déjeuner au restaurant Martin.

De là, les deux soldats se rendirent au village de Fauveille et, chez M. Masson, propriétaire de l’hôtel du Roulage, les deux peu intéressants personnages firent main-basse sur un portemonnaie contenant la somme de 280 francs.

Plainte ayant été portée contre les voleurs par leurs victimes, les brigades de gendarmerie de Pontaumur et de Saint-Gervais se mirent à la poursuite de ceux-ci. L’un fut découvert au hameau du Puy-du-Prat. Après une véritable chasse à l’homme dans les prés, il fut arrêté. Il se trouvait porteur d’une somme de 500 francs, dont il ne put indiquer la provenance.

Quant à l’autre soldat, il ne put être arrêté que le lendemain, au lieu-dit les Barsses, par le soldat Jean Grand, en permission de six jours dans sa famille. Aidé de M. Phelut, propriétaire, il le conduisit à la mairie de Saint-Priest-des-Champs, où la gendarmerie de Saint-Gervais est ensuite venue le prendre.

Le premier soldat arrêté se nomme Chavaut. Le second est un nommé Chevet. Ils seraient l’un et l’autre de la classe 1917 et appartiendraient au 110e de ligne, en garnison à Bergerac, et auraient déserté depuis le 22 mai, en se rendant au camp de la Courtine.

Les deux bicyclettes dont se servaient les déserteurs ont été retrouvées abandonnées par les voleurs dans un champ, près de la gare de Saint-Gervais. Ces bicyclettes avaient également étaient volées par ces individus à Bergerac (Dordogne).

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/36 – Journal du 02/06/1916.

 

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 08:17

Dimanche dernier, le 3 octobre, a eu lieu à Saint-Priest la traditionnelle fête du pressoir.

Quelques photos de Frédéric Lasciouve.

1- Le râpage des pommes

2- Tous au pressoir

3- La vente du cidre

 

 Retrouvez toutes ces photos dans l'album "Photos récentes".

Repost 0
Published by jacot63 - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">