Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 16:54

Il est difficile de trouver des informations sur la présence d’une ou de deux voies romaines à travers la commune. L’absence de fouilles archéologiques, l’absence d’archéologie préventive et l’absence de signalisation d’indices par les autochtones, font que rien ne signale Saint-Priest à l’histoire.

Quelques renseignements mais pas toujours concordants. Tardieu et Madebène ne parle pas de voie romaine sur la commune, Mlle Soyer nous indique un point d’entrée et rien d’autre jusqu’à Biollet. Voici les résultats des recherches dans l’histoire du canton et sur Internet.

 

Tardieu et Madebène nous décrivaient dans leur livre paru en 1892 « Histoire illustrée de la ville et du canton de Saint-Gervais-d’Auvergne » qu’une belle voie romaine traversée le canton. Ils écrivaient ceci : « Cette voie partait d’Augusto-Nemetum (Clermont-Ferrand). Elle était connue et naguère suivie sous le nom de route de Clermont à Evaux. Elle entrait dans le canton de Saint-Gervais et dans la commune de Biollet, au Sud-Est de Termes, au lieu-dit la Croix-des-Quatre-Curés. Elle se reconnait aisément dans le chemin spacieux des Rades de Termes, passe à Biollet, continue par les Brandes jusqu’à Charonnet, monte à Rochedagoux, se reconnait très bien dans le large chemin de Rochedagoux à Saint-Maurice et passe le Cher à Château-sur Cher, pour filer sur Evaux. »

           

Mlle J. Soyer, à propos des « vestiges archéologiques d’âges divers repérés sur photographies aériennes dans la région de Clermont-Ferrand (88e congrès national des sociétés savantes à Clermont-Ferrand en 1963), donne des tracés différents.

            La voie 1 qui passe à Voingt est celle de Clermont à Limoges.

            La voie 2 selon elle : « départ de Clermont, pied du Puy-de-Dôme, Les Maisons Rouges (Fontète), elle suit la N 141 Pontgibaud, Bromont, La Quarte, Miremont, Tingaud, Les Tours, Biollet, Espinasse, Les Bouchauds, Le Quartier, La Crouzille, Ars-les-Favets, Les Cloux, Malicorne ».

C’est donc celle qui passe à la Croix-des-Quatre-Curés décrite par Tardieu, mais avec un tracé différent à partir de Biollet. Elle ne semble pas passer par Charonnet mais dans le Bois de la Brousse à proximité du village de la Chabassière, commune de Charensat (carte IGN).

            La voie 3 nous intéresse. Elle part de Clermont, Nohanent, Sayat, Volvic, La Buchaille, Blanchet, Les Ancizes, Pas de Saint-Martin, Villemaine, elle rencontre la voie 2 à l’Est de Biollet, passe à Vergheas, Saint-Maurice, Château-sur-Cher, (traverse le Cher), Villevaleix, Evaux-les-Bains. Ce serait donc la jonction de ces deux voies à proximité de Biollet qui donne une divergence de destinations.

Voie romaine à travers la commune

Maintenant ce qu’écrit Pierre Pardoux Mathieu dans son livre « Des colonies et des voies romaines en Auvergne ». Lui, trouve un autre tracé « Durtol, Sarcenat, plateau de Ternant, Ouest du Puy Chopine, Villelongue, suivait la Sioule en passant à droite du volcan du Chalusset, arrivait aux Ancizes où elle est conservée l’espace de plusieurs hectomètres. Après le passage de la Sioule, elle fuyait à côté du hameau de Carton (Quarton, Quartum) puis de la Carte (Quarta) deux noms qui rappellent des divisions territoriales, et nullement, comme d’Anville l’a interprété pour d’autres lieux une mesure itinéraire… Ainsi Quarton et Quarte désigneraient, dans cette position, ou une quatrième centurie coloniale, quarta centuria, détachée de la station principale, ou un poste de la quatrième légion, quarta legio. Cette seconde hypothèse a pour elle une grande probabilité.»

 

            Beaucoup d’hypothèses, mais tout de même quelques certitudes. Premièrement nous retiendrons les éléments de PP Mathieu sur les hameaux de Carton et de la Carte (Il existe aussi La Carte à côté de Termes) ; deuxièmement, comme nous le trouvons plusieurs fois sur le tracé de la voie Clermont-Limoges, nous avons un lieu-dit Chaussade, les Chaussades et à proximité la Croix des Quatre-Chemins ; troisièmement un lieu-dit Chemin-Ferré à proximité de La George.

Voie romaine à travers la commune
Voie romaine à travers la commune

Quand nous regardons des cartes anciennes, une voie arrive toujours au Pont-du-Bouchet. Arrivé là, nous sommes à proximité du Pas de Saint-Martin, cité par J. Soyer dans le tracé de sa voie 3. Si nous prenons le Cadastre Napoléonien de la commune (Tableau d’assemblage) nous trouvons à partir du Bladeix, un chemin qui se dirige sur Villemaine et qui descend jusqu’au Pas de Saint-Martin. Ce chemin est dit : « chemin de Saint-Maurice à Clermont » et pourrait être une portion de la voie de Clermont à Evaux.

            Après le Bladeix il est difficile de faire un tracé pour déboucher à l’Est de Biollet (Charinges ou Boulard peut-être). Des anciens disaient qu’elle traversait le bois de Blanquet pour ressortir à Lébeaupin, peut-être mais je doute. J’opte plus pour le chemin d’Auzances au Pont du Bouchet, qui sort à la Croix-des-Quatre-Curés en passant à La Chomette (Tracé au Sud de ce même bois).

            Voilà, souhaitons que le remembrement de la commune permette de faire trouver quelques indices et qu’un début d’histoire d’occupation gallo-romaine voit le jour.  

Voie romaine à travers la commune
Voie romaine à travers la commune
Voie romaine à travers la commune
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Jean PETIT, un maire, une généalogie
    Maçon en 1863 ; Cultivateur en 1872 ; Aubergiste en 1873 ; Propriétaire et aubergiste au bourg de Saint-Priest-des-Champs en 1877. Élu pour son premier mandat de Conseiller municipal, le 23 Janvier 1881, au deuxième tour du scrutin, avec 137 voix ; Maire...
  • Inhumations 1628 - 1633
    Vue 66 Anthonia DARD, inhumée le 23 juin 1628, femme à Pierre PEROL dit Dufourd, du village de Lamazière. Vue 67 Anthonia DELAQUARTE, inhumée dans l’église le 25 juin 1628, femme à Jehan SIMON de ce bourg de Saint-Priest. Vue 67 Jacques N., métayer au...
  • Les galibots
    Sans commentaire ! Souvent au pays des gueules noires les enfants faisaient comme leurs pères et descendaient au fond de la mine , la vie souvent était difficile ,avant...
  • Relevés baptêmes (Article 11) + Synthèse patronyme PEROL
    Archives Départementales : Cote 6 E 408-1 Années 1577 à 1747 Naissances du 22 mars 1654 au 7 juin 1654 Vue 194 Antoine MARCHEIX et Françoise MARCHANT, du village de Laval, dont : Mathieu, né le 22 et baptisé le 24 mars 1654 à Saint-Priest-des-Champs [1]...
  • Photos J.S.S.P.
    Photos de la collection de Jean-Louis FAURE aimablement prêtées par Marcelle sa maman. Vous pouvez me transmettre les noms !
  • Relevés baptêmes (Article 10)
    Archives Départementales : Cote 6 E 408-1 Années 1577 à 1747 Naissances du 5 vril 1640 au 19 mars 1654 Vue 180; Anthoine QUARTON et Michelle AMBLARD, du village de Retailhat, dont : Gilbert, né le 5 et baptisé le 6 avril 1640 à Saint-Priest-des-Champs...
  • La stévia : L'herbe sucrée
    Une petite parenthèse pour ceux qui veulent consommer autrement! À chaque plante médicinale son lot d’appropriations, d’interdictions, de brevets, d’extraction moléculaire et autres joyeusetés… La Stévia, la fameuse herbe sucrée, n’échappe malheureusement...
  • Bilan
    Bonjour et merci à vous tous, qui par vos visites m'encouragez à continuer. 2021 c'est 2697 visites soit un peu plus de 7 visites par jour, c'est aussi 5190 pages vues soit un peu plus de 14 pages par jour. Merci encore à vous et n'oubliez pas que vous...
  • La poste et les facteurs
    1866 CHARVILHAT Charles, facteur, habite le bourg, né le 4 octobre 1829 à Saint-Priest-des-Champs, fils d’Antoine CHARVILHAT et de Jeanne BERTHIN, métayers-cultivateurs au bourg. Charles, épouse le 2 février 1853, Marie DELONGVERT. Fille de Michel DELONGVERT...
  • Les registres d'État-civil
    Le 20 septembre 1792, l’Assemblée législative vote le transfert des registres du greffe tenus par l’église aux registres d’état-civil qui seront désormais tenus par le maire. Les actes sont signés par l’Officier public de la commune. Ce dernier est choisi...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">