Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 15:04

A Saint-Priest-des-Champs : Union Sportive de Lapeyrouse contre Jeunesse Sportive de Saint-Priest.

Continuant la série de ses matches amicaux, l’équipe de Chaput recevra, sur son terrain de Couladèze, l’excellent onze de Lapeyrouse. Ces derniers arrivent précédés d’une bonne réputation. Nouvellement formée, l’équipe locale n’a pas la prétention de tenir en échec les visiteurs. Mais c’est en rencontrant de bonnes équipes que l’on peut se hisser au niveau des meilleures et faire des progrès. Si le temps le permet, la foule des grands jours viendra nombreuse applaudir les deux équipes et encourager les belles phases de jeu exempt de brutalité.

Saint-Priest présentera son équipe au grand complet, sauf Cromarias, blessé.

Goal : Masson II ; arrières : Masson 1er, Rousseau ; demis : Dequaire, Petit G., Dubreuil ; avants : Gillet, Buvat, Chaput (capitaine), Chalvignac, Spérat ; remplaçants : Lécuyer, Chanudet, Quatrelapins.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/103 – Journal du 30/04/1932.

 

Jeunesse Sportive de Saint-Priest bat Union Sportive de Lapeyrouse par 4 à 1

Continuant la série de ses matches amicaux, Saint-Priest recevait sur son terrain de Couladèze l’excellente équipe de Lapeyrouse. Les visiteurs se présentaient handicapés de deux joueurs premiers qui furent remplacés au pied levé.

Partie disputée à toute allure de part et d’autre. A la mi-temps, Lapeyrouse menait par 1 but à 0. Après les oranges, malgré le désavantage du terrain, Saint-Priest nous fit assister à un jeu très plaisant de passes courtes entre avants. Bien épaulés par ses demis, Saint-Priest fournit la plus belle partie de la saison.

Le but égalisateur tiré sur un corner superbement botté permit à Gillet de battre le goal d’une superbe tête. Encouragés, les locaux dominèrent de plus en plus et c’est sur le score de 4 à 1 que se termina cette belle partie qui enthousiasma les spectateurs. L’arbitrage de Michel Cromarias fut excellent. A Saint-Priest se signalèrent, avec Gillet, Buvat, Chaput et toute la ligne de demis et le goal.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/103 – Journal du 07/05/1932.

 

A Biollet : A. S. Charensat-Biollet contre J. S. St-Priest.

Afin de clôturer leur saison, les deux jeunes équipes de Charensat et St-Priest seront aux prises dimanche en un match de propagande dans un pays jusqu’ici bien déshérité du sport. Espérons que cette réunion aura un grand succès et attirera tous les fervents de ce beau sport qu’est l’association.

Afin que la saison soit gaîment terminée, un bal à grand orchestre, donné au profit de l’A. S. Charensat-Biollet, clôturera cette belle journée.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/103 – Journal du 14/05/1932.

 

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Jeunesse Sportive
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 23:00

Nécrologie.

Nous apprenons la mort de M. Sanne Amable, du Marcheix, âgé de 31 ans. Le défunt jouissait de l’estime générale et laisse une jeune veuve éplorée ainsi que deux enfants en bas âge.

Nous adressons à la famille nos condoléances attristées.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/101 – Journal du 13/01/1931.

 

Electrification – Eclairage du bourg.

La Compagnie Hydroélectrique d’Auvergne, concessionnaire du réseau électrique intercommunal de la région d’Espinasse, vient de terminer l’aménagement du transformateur de réseau de Saint-Priest et de mettre en service le transformateur du bourg.

Dimanche soir, le courant a été fourni à Saint-Priest où chacun a pu apprécier les avantages de la lumière électrique, en particulier l’utilité des lampes publiques de la place et des rues.

L’aménagement des autres transformateurs du secteur va se poursuivre sana arrêt et dans quelques semaines toute la région bénéficiera des avantages de la lumière.

Nous tenons à rappeler qu’il y a danger de mort à toucher des fils électriques, même tombés à terre.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/101 – Journal du 28/01/1931.

 

La neige.

Une abondante chute de neige accompagnée d’un vent violent a rendu les communications très difficiles.

L’autobus qui dessert les communes de Saint-Priest-des-Champs, Espinasse, Biollet et Charensat est resté bloqué à Saint-Gervais, samedi soir, et n’a pu repartir dimanche matin. Le service postal n’a pu être assuré. Espérons que le chasse-neige déblaiera bientôt la route et que la circulation interrompue reprendra sans tarder.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/101 – Journal du 17/02/1931.

 

Nécrologie.

Lundi 16 mars ont été célébrées les obsèques de M. André Petit, épicier, âgé de 51 ans, enlevé à l’affection des siens après une courte maladie.

Le défunt jouissait de l’estime générale ; une foule considérable a tenu à l’accompagner à sa dernière demeure.

Nous adressons à la famille nos condoléances émues.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/101 – Journal du 18/03/1931.

 

Le recensement.

Les opérations du recensement du 8 mars dernier ont donné les résultats suivants : 351 ménages, 1.333 habitants dont 1 étranger. Elles permettent de constater que la diminution de la population se poursuit d’une façon régulière. 1.814 habitants en 1906 ; 1.727 en 1911 ; 1.512 en 1921 ; 1.383 en 1926.

Cette perte est surtout sensible dans les hameaux riverains de la Sioule, certains, en 20 ans, ont vu leur population diminuer de moitié.

 

Alevins.

M. le Maire vient d’être avisé que 3.000 alevins ont été accordés à la commune pour l’empoissonnement des rivières. La plupart seront mis dans la Vauzelle au pont de Laval.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/101 – Journal du 06/04/1931.

 

Les anciens mobilisés non retraités.

Dernièrement, les anciens mobilisés de la commune se sont réunis à la mairie à 10 heures sous la présidence de M. Cromarias, qui leur a remis les cartes d’adhérents à l’union des anciens mobilisés du Plateau Central, à laquelle ils adhèrent tous, au nombre de 39. Il restait encore 6 retardataires, qui se sont fait inscrire, ce qui porte le nombre à 45.

La section vote à l’unanimité un ordre du jour demandant que tous les mobilisés qui ont fait leur devoir, étant allés dans l’unité où on les a affectés, si leur rôle a été utile, qu’ils ne soient pas oubliés au moment de la distribution.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/101 – Journal du 27/05/1931.

 

Mariage.

Le 23 juin a été célébré le mariage de M. Mazeron Jean, fils de M. Mazeron, conseiller municipal, avec Mlle Barsse Anna, fille de M. Barsse, adjoint au maire.

Nos meilleurs souhaits de bonheur aux nouveaux époux.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/101 – Journal du 29/06/1931.

 

 

Repost 0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 08:18

Le crime du Bouchet

L’assassin serait cerné dans un bois.

 

Nous avons dit les difficultés très grandes qui s’opposaient à ce que la poursuite de l’assassin de l’infortuné Gilbert soit rapidement fructueuse. La région, très accidentée, et boisée, offre d’impénétrables abris à un homme qui se sait traquer. Et de grandes précautions étaient à prendre dans le cas présent ; car le criminel en fuite est armé d’un fusil et il est probable qu’il doit être décidé à vendre chèrement sa liberté, sinon sa vie. Aussi ne peut-on que louer la sagesse des poursuivants qui ne veulent pas s’exposer inutilement aux fureurs du bandit.

Celui-ci ne peut pas, d’ailleurs, tenir le maquis très longtemps. Le froid et la faim auront rapidement raison de sa résistance sauvage. Quelques rapines peuvent lui permettre de subsister tant bien que mal, plusieurs jours. Mais, tôt ou tard, il sera vu et arrêté, par surprise ou en force.

 

Le criminel serait cerné.

Tard dans la nuit, nous apprenons que l’assassin de Marius Gilbert a été aperçu, hier lundi, dans la soirée, par des habitants de Toux, petite bourgade située à 8 kilomètres de Charensat. Plusieurs hommes, bien armés, seraient alors partis à sa poursuite et l’auraient cerné dans un ravin boisé. Tous les gendarmes de Pontaumur se sont rendus sur les lieux et la gendarmerie de Riom a été avisée. Mais parviendront-ils à mettre la main sur le bandit qui doit connaitre tous les passages. C’est ce que nous saurons aujourd’hui.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/96 –Journal du 25/09/1928.

 

 

 

Le drame du Bouchet 

L’assassin est toujours en fuite

 

Malgré d’actives recherches, l’assassin de Marius Gilbert continue à rester introuvable.

Après avoir échappé, lundi soir, à ceux qui le cernaient, il a dû trouver une cachette sûre.

Une personne dit l’avoir aperçu près de Miremont dans la journée d’hier.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/96 –Journal du 16/09/1928.

 

 

Le crime du Bouchet

 

Le Parquet de Riom, composé de MM. Mathieu, procureur de la République ; Thomas, juge d’instruction ; et Plaine, greffier, s’est transporté hier matin au Bouchet, commune de Miremont. Les deux magistrats venant d’être saisis du dossier de cette énigmatique affaire, par leurs prédécesseurs, promus, ont tenu en effet à vérifier sur place certains détails de l’enquête, à connaitre ‘ambiance.

Il se pourrait aussi que quelques faits nouveaux les aient incités à reprendre l’enquête sur d’autres bases.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/97 –Journal du 08/03/1929.

 

Suite et fin de l'article

Repost 0
Published by jacot63 - dans Près de chez vous
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 08:28

Bernard QUINTY a ouvert ses tiroirs pour nous offrir trois belles cartes postales du bourg.

Merci à lui.

 

Collection de Bernard QUINTY

 

Collection de Bernard QUINTY

 

Collection de Bernard QUINTY

 

Vous retrouverez ces documents dans l'album "Cartes postales"

Repost 0
Published by jacot63 - dans Photos d'hier
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 07:47

Succès scolaire

Nous apprenons que le jeune Basterre Jean, élève de l’école publique du bourg, vient de subir avec succès les épreuves du concours des bourses, 2e série.

Nos félicitations.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/93 –Journal du 08/04/1927.

 

Installation du percepteur

Les habitants de la commune de Saint-Priest-des-Champs et ceux des communes dépendant de cette perception apprendront avec plaisir l’installation du nouveau percepteur au bourg de Saint-Priest-des-Champs.

Le titulaire, M. Soulayrol, a pris possession de son poste les jours derniers. Comme il doit assurer momentanément l’intérim de la perception de Saint-Gervais, il sera absent les lundi et mercredi.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/93 –Journal du 10/04/1927.

 

Mort accidentelle d’un enfant de sept ans.

Mercredi dernier, 15 juin, vers 19 heures, M. Petit Jean, meunier à Pigot, commune de Miremont, se trouvant en tournée à Retaillat, avait arrêté son attelage chargé de sacs au travers du portail de M. Alfred Pérol pour prendre et déposer de la mouture.

Comme il était sur sa voiture, occupé à ranger ses sacs, la fatalité voulut que le petit Faure Jean-Marie, âgé de 7 ans, de Retaillat, passât derrière la voiture au moment précis où le cheval donnait un coup de collier.

Le malheureux enfant, pris entre l’arrière de la voiture et le mur, eut la poitrine littéralement broyée et mourut presque instantanément.

Nous adressons à la famille Faure, dont c’est le quatrième membre qui périt accidentellement en l’espace de quelques années, nos bien sincères condoléances.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/93 –Journal du 17/06/1927.

 

Succès scolaires

A l’examen du certificat d’études primaires qui a eu lieu à Saint-Gervais, le 29 juin, neuf élèves des écoles de la commune ont été reçus. Ce sont : Mlle Petit Alice-Jeanne (mention bien), 2e du canton ; Buvat Marie (mention bien) ; MM. Boudol Léon, Gillet Constant, Géraud Marcel, Masson Jean et Mouiller Clément, de l’école du bourg ; Mlles Barsse Marie Léa et Pourtier Léontine-Marie, de l’école du Bladeix.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/94 –Journal du 07/07/1927.

 

Accident.

Dimanche, les jeunes gens de la classe 24 avaient fêté leur libération pendant la journée et une partie de la nuit. Ils rentraient chez eux quand le jeune Pougheon Jean, du village de la Chomette, à Saint-Priest-des-Champs, glissa et se démit la cheville. Le lendemain, il fut obligé d’aller voir un spécialiste et fut conduit en auto à Montluçon par M. Lucard. Espérons qu’il se trouve actuellement en voie de prompte guérison.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/94 – Journal du 27/09/1927.

 

Repost 0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 10:16

A deux jours du printemps, un petit entracte à l'actualité de notre commune. Rendons un hommage à Jean FERRAT en écoutant cette chanson écrite pour nous tous : "Les cerisiers". Un moment de pur bonheur. N'oubliez pas de mettre le son.

 

Repost 0
Published by jacot63
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 10:20

JSSP 31 32

Photo du Journal rétro spécial 70e Anniversaire de la J.S.S.P.

 

Debouts : Ulysse GILLET, Gaston BUVAT, Jean-Marie SPERAT, Camille DENIS, René ChAPUT.

Milieu : Firmin DEQUAIRE, Georges PETIT, Adrien DUBREUIL.

Accroupis : ROUSSEAU, Jean MASSON, Albert MASSON.

 

A Saint-Priest-des-Champs, l’Union Sportive de Saint-Gervais et la Jeunesse Sportive de Saint-Priest font match nul 2 à 2.

Pour le match retour, l’U.S.G. est venue rendre visite sur le terrain de Couladèze à l’équipe locale. Partie ardemment disputée ou les deux onze prirent tour à tour l’avantage. Saint-Priest joue le soleil dans les yeux, mais a l’avantage d’un vent violent qui gênera les joueurs pendant toute la partie. A la mi-temps, Saint-Priest domine à la marque par 2 à 1. Après la mi-temps, Saint-Gervais veut à tout prix combler son retard et ne réussit le but égalisateur que sur un pénalty accordé dans la surface de réparation. La fin de la partie est sifflée alors que les locaux menacent souvent les buts adverses sans réussir à marquer.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/103 – Journal du 25/02/1932.

 

A Saint-Georges-de-Mons, U.S. St-Georges-de-Mons (1) bat J.S. St-Priest-des-Champs par 3 à 0.

Partie assez lente à cause du vent ; les locaux montrent une certaine supériorité. Dès la mise en jeu, la partie se porte devant le but des visiteurs et après 30 minutes, St-Georges marque le premier but. Les visiteurs se défendent de leur mieux et par quelques descentes rapides essaient d’inquiéter les rouge et vert, mais sans pouvoir réaliser.

A la reprise, l’U.S.S.G. prend le contrôle des opérations et malgré de nombreux corners ne peut changer le score. Le goal de l’équipe visiteuse, très adroit, arrête magistralement la balle et reçoit les applaudissements de la touche.

Il ne reste plus que 20 minutes. L’équipe locale se donne à fond et par deux belles descentes menées d’une manière scientifique, l’inter droit Mathieu et l’avant-centre Hom ajoutent deux nouveaux buts au score.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/103 – Journal du 02/04/1932.

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Jeunesse Sportive
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 08:06

Le drame du Bouchet

L’assassin est toujours en fuite

 

Hier matin, le Parquet de Riom s’est transporté au Bouchet, commune de Miremont, où s’est déroulé l’horrible drame que nous avons relaté dans notre dernier numéro.

MM. Rolland, juge d’instruction, Aymard, substitut, Docteur Grasset, médecin-légiste, Plaine, commis-greffier, arrivèrent au Bouchet vers 9 heures.

Cependant que M. le docteur Grasset procédait à l’autopsie, les magistrats entendaient divers témoins, l’adjudant Gauvin et les chefs de brigades de gendarmerie leur rendirent compte de leurs recherches.
La brigade de Saint-Gervais était allée vérifier l’emploi du temps d’in individu suspect, mais cette piste n’avait rien donné ; dans les villages voisins, nulle trace du bandit…

M. Rolland entendit longuement l’unique témoin du drame, Clément Bouchet.

M. le docteur Grasset fit part du résultat de l’autopsie. C’est le poumon gauche qui a été atteint. Les plombs sont allés s’aplatir sur la paroi thoracique extérieure.

Puis le parquet repartit pour Riom

 

Est-ce l’assassin ?

Dans l’après-midi, le bruit courut qu’un homme dont le signalement correspondait à celui de l’assassin avait été vu dans un hameau voisin, à Millazet.

Un cultivateur de ce hameau M. Ranoux, que nous sommes allés voir nous a dit avoir vu, en effet, samedi après-midi, un individu suspect près de Millazet.

« Je labourai tout près d’ici. Tout à coup, je vis un homme passer dans le champ, longeant la haie. Il marchait vite, très vite. Il avait un fusil ; je crus que c’était un braconnier que les gendarmes poursuivaient.

Je ne l’ai pas reconnu comme quelqu’un du pays.

Il venait de la direction de Chez-Doucet, c’est-à-dire du Bouchet, et il allait dans celle du pommier.

Il était environ 3h 15. »

Cet individu est-il l’assassin ? M. Ranoux n’en donne qu’un signalement très vague : Il l’a vu d’assez loin et l’homme marchait vite.

Mais la direction d’où venait cet homme, l’heure, il avait eu le temps de venir du Bouchet jusque-là en un quart d’heure, son allure, tout semblerait indiquer qu’il s’agissait bien de l’assassin.

Depuis, on ne l’a plus vu, ni au Pommier, ni à la Chomette, ni près d’aucun des villages dans la direction desquels il semblait aller.

Qu’est-il devenu ? Peut-être se terre-t-il dans les bois, peut-être est-il tranquillement chez lui.

Car il semble bien que le bandit soit du pays, bien qu’il n’ait été reconnu ni par Clément Bouchet ni par M. Ranoux. Il n’y a que quelqu’un du pays ou d’une localité voisine qui ait pu ainsi connaitre et la situation de fortune des Gilbert et leurs habitudes.

Les recherches continuent.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/96 –Journal du 24/09/1928.

 

Suite de l'article

Repost 0
Published by jacot63 - dans Près de chez vous
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 11:03

Bal organisé par la Jeunesse Sportive.

 

En vue de grossir la caisse, bien minime, de la Société, la Jeunesse Sportive organise, dimanche 7 février, à la mairie, un grand bal avec orchestre.

Sous l’impulsion de quelques camarades dévoués à la cause du football, une équipe a été créée et a déjà joué plusieurs matches, tant sur son terrain qu’en déplacement. Battu par l’excellent onze de Saint-Georges-de-Mons par 4 à 0, Saint-Priest a triomphé, à Charbonnières-les-Vieilles, de l’équipe locale par 2 à 0.

Dimanche 31 janvier, la Jeunesse Sportive s’est offerte d’aller rencontrer, à Saint-Gervais, la nouvelle formation de l’U.S.G. qui ne pratiquait pas encore le football. Après une partie superbe, Saint-Gervais conserva le meilleur par 3 à 2 (voir compte-rendu du match). Tour cela pour démontrer que si l’argent est le nerf de la guerre, il est aussi celui des sociétés sportives.

Toute la jeunesse des environs est cordialement invitée à cette belle soirée et le comité compte sur la bonne volonté de tous. Au cours du bal, distribution de surprises aux jeunes filles. Qu’on se le dise.

A la suite du match du 31 janvier, la J.S. a constitué son bureau à mains levées.

 

Président d’honneur : M. Nénot, maire et conseiller général ;

Vice-président : M. Caillot ;

Membres d’honneur : MM. Chaput Etienne, receveur buraliste, Denis-Reuge, Buvat ;

Trésorier et secrétaire : Spérat ;

Capitaine de l’équipe : Chaput René.

 

Rendez-vous dimanche à la mairie pour passer une bonne soirée. Personne n’aura, nous l’espérons, à le regretter.

Un concours de bourrée terminera le bal.

 

Compte-rendu du match fait par l’U.S.G.

Dimanche dernier, la section football de l’Union Sportive Gervaisienne inaugurait son terrain de sports de l’avenue de la Gare, mis à la disposition de la société par M. Favier, entrepreneur de menuiserie, membre honoraire et ami de l’U.S.G. Un match tout à fait amical, match d’entraînement plutôt que rencontre, mettait aux prises l’U.S.G. et la société de Saint-Priest-des-Champs ; il fut arbitré avec impartialité par M. Tardif, président de l’U.S.G. Il y eut de belles phases de jeu, sans brutalité. Dans les deux équipes ont relève un lot de vrais joueurs et de réelles qualités chez les débutants.

L’équipe visiteuse fut battue par 3 buts à 2, mais la victoire de l’U.S.G., fut facilitée par la bonne volonté évidente des équipiers de Saint-Priest, qui ne donnèrent pas à fond dans la première mi-temps.

Après le match, les deux équipes se réunirent au Castel-Hôtel, où un vin d’honneur était offert par l’U.S.G.

Nous avons l’impression que l’U.S.G. constituée par des footballeurs qui sont en même temps des gymnastes, ne tardera pas à devenir une excellent équipe.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/103 – Journal du 05/02/1932.

Repost 0
Published by jacot63 - dans Jeunesse Sportive
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 08:44

Un jeune homme est tué d’un coup de fusil

Par un malfaiteur qui s’était introduit dans sa maison.

 

L’assassin est en fuite 

Un drame horrible a mis en émoi, hier, la paisible commune de Miremont.

Près du village du Bouchet, un jeune cultivateur a été tué d’un coup de fusil, par un malfaiteur qui s’était introduit dans sa maison.

Atteint en pleine poitrine, le malheureux jeune homme a été tué presque sur le coup. Il est allé mourir à quelques pas de là.

L’auteur du coup à pris la fuite. La gendarmerie est à sa recherche et espérons qu’elle ne tardera pas à mettre la main sur lui.

 

La Victime

Marius Gilbert était un beau et solide gaillard de 30 ans. Il était originaire de Miremont.

Ses parents avaient fait bâtir, il y a une quinzaine d’années, une petite maison à centaines de mètres du Bouchet.

Cette maison est complètement isolée.

Parti au service militaire en 1919, Marius Gilbert avait passé la majeure partie de son temps sous les drapeaux en occupation en Allemagne. Peu après son retour, il avait eu la douleur de perdre son père.

Depuis, il s’occupait avec sa mère des travaux de la ferme.

 

Le drame

Hier après-midi, tous deux étaient ainsi occupés à labourer un champ, à 7 ou 800 mètres de leur demeure.

Un jeune homme du Bouchet accourut soudain et leur dit : « Il y a un individu qui rôde autour de votre maison. Il a l’air de vouloir faire un mauvais coup. »

Marius Gilbert et ce jeune homme, M. Clément Bouchet, allèrent vers la maison.

En arrivant devant celle-ci, Marius Gilbert fut étonné de voir fermés les volets d’une fenêtre qu’il se rappelait avoir laissés ouverts.

Il les ouvrit et, à ce moment, une détonation retentit.

Marius Gilbert chancela. Affolé, M. Clément Bouchet courut au village voisin pour y chercher de l’aide.

Lorsqu’on arriva, on trouva Marius Gilbert étendu au milieu du chemin qui passe près de sa maison. La charge avait pénétré dans la poitrine, faisant un trou horrible. Le malheureux avait cessé de vivre.

Un docteur fut appelé, mais il ne put que constater le décès.

M. Chomette, maire de Miremont, accompagné du garde-champêtre Béraud, vint procéder aux premières constatations. Il fit prévenir la gendarmerie de Pontaumur.

 

L’enquête de la gendarmerie

Le chef de brigade Feuillade téléphona aussitôt au Parquet de Riom. Un signalement de l’assassin lui avait été fourni par M. Clément Bouchet ; il le communiqua à ses chefs, afin que les brigades de la région fussent prévenues.

Puis il se rendit au Bouchet, accompagné du gendarme Robin.

Il put constater que le vol était le mobile du crime.

Le bandit avait pénétré dans la maison par la fenêtre. Il avait enlevé un carreau, tâche facile, celui-ci étant mastiqué à l’extérieur, puis avait fait jouer l’espagnolette.

Une fois dans la place, il avait refermé les volets pour être plus tranquille. A l’aide d’une hache, il avait ensuite fracturé une armoire ; des tiroirs étaient ouverts et le contenu bouleversé.

Il ne semblait pas avoir pu emporter grand’ chose, ayant dû être dérangé peu après avoir commencé son travail.

 

Au Bouchet

L’agreste vallée du Sioulet ; la route qui se faufile parmi la verdure et les rochers ; des maisons blanches le long de la route, avec des coins de murs disparaissant sous des masses de plantes grimpantes ; le bourg de Miremont, avec des gens sur le pas des portes, qui parlent du drame.

Quelques kilomètres encore ; avec des rochers abrupts d’un côté et de l’autre le ruisseau qui reflète des étoiles et les rayons d’une lune immense.

Puis il nous faut abandonner notre voiture et nous en aller à pied par la montagne.

Le sentier pierreux serpente, tantôt grimpant à pic, tantôt dégringolant rapidement vers une vallée où chante un torrent en miniature, ici inondé de lumière, ailleurs sombre sous une voûte de branchages à travers laquelle les rayons de lune ne filtrent que goutte à goutte. Une bise acide souffle qui gémit parmi les genêts et les branches.

Un voisin s’est offert pour nous guider et ses sabots résonnent sur le sol desséché du chemin. Une pierre roule et dégringole au fond d’un ravin, un fond si sombre que ce ravin prend des allures de gouffre.

Par moments, ce paysage vous a un petit air de maquis…

Voilà le Bouchet, une maison d’école, des fermes, des chiens qui hurlent. Encore le sentier et, tout à coup, sur le chemin, quelque chose sous un drap blanc, qu’éclaire une lanterne clignotante : Le cadavre, sur lequel on veille. Trois hommes sont assis au pied d’une haie ; une femme sanglote : La sœur de la victime, mariée dans un village voisin.

Allons à la maison du mort. La pauvre mère nous narre sa peine, en un jargon mi-patois, mi-français. Elle ne sait pas si l’assassin a pu emporter quelque butin.

Pourtant, il lui semble qu’il manque une tondeuse ; mais les livrets de caisse d’épargne sont toujours là. Quant à l’argent, elle ne sait… Il y en avait d’ailleurs pas beaucoup nous dit-elle.

Dans la grande salle du rez-de-chaussée, qui sert de cuisine et de salle à manger, vaguement éclairée par une bougie, des hommes sont assis autour de la grande cheminée.

L’un d’eux a son fusil entre les genoux, les autres ont accroché les leurs au mur, mais a portée de la main.

 

Ce que dit le témoin du drame.

Voilà M. clément Bouchet, un jeune homme de 18 ans, qui a assisté à la scène tragique.

C’est lui, on le sait, qui était allé prévenir Marius Gilbert qu’un individu suspect rôdait autour de sa maison.

Il faisait semblant de chasser, mais il y avait une heure et demie qu’il tournait. Je l’ai vu un moment dans la cour. Je lui ai demandé : « C’est-il Marius que tu cherches ? » Il a marmotté quelque chose en patois et il est parti. Mais, pour revenir…

Quant au drame lui-même, le témoin nous explique comment la victime a eu des soupçons, en voyant les volets fermés… Et, c’est le coup de feu… L’homme qui chancelle…

Clément Bouchet ne cache pas qu’i l’a échappé belle. Quant à ceux qui sont avec lui, ils ne cachent pas non plus que s’ils tenaient l’assassin au bout de leur fusil…

Car Marius Gilbert était particulièrement estimé dans le pays.

 

Qu’est devenu l’assassin.

Son coup fait, l’homme a pris la fuite, repassant par la fenêtre et filant à travers champs.

Des recherches ont été faites hier. Mais on a pu les commencer que la nuit tombée. En effet, le drame à eu lieu vers 15 heures, mais il était 17 heures lorsque la gendarmerie de Pontaumur a été prévenue. Elle n’est arrivée au Bouchet que peu avant 19 heures.

Par la suite, est venu de Riom l’adjudant Gauvin, faisant fonction de capitaine, que sont allés rejoindre les gendarmes de trois autres brigades : Saint-Gervais, Pontgibaud et Manzat. Le Bouchet est situé près de la limite de ces trois cantons. L’adjudant Gauvin a organisé les recherches, mais celles-ci sont restées vaines. Lorsque nous avons quitté le Bouchet, peu avant minuit, on n’avait relevé aucune trace de passage du bandit dans le voisinage.

 

Le signalement de l’assassin.

Voici le signalement de l’assassin, fourni par M. Clément Bouchet :

25 à 30 ans ; une sorte de cape noire, par-dessus une veste de chasse grise ; un pantalon de velours noir ; une casquette d’un beige déteint.

Les recherches continueront aujourd’hui, mais elles seront certainement difficiles, dans une région si accidentée, très boisée, où les cachettes abondent.

Le Parquet de Riom se rendra au Bouchet dans la matinée d’aujourd’hui et y arrivera vers 8 heures.

René Dulac

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/96 –Journal du 23/09/1928.

 

Suite de l'article

Repost 0
Published by jacot63 - dans Près de chez vous
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">