Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 14:07

Mise à jour en bleue

Marguerite GARDARIN dite Mère Saint-Jean-Baptiste, mère fondatrice de la congrégation, est née à Loubeyrat, le 30 juin 1831. C’est avec Annette PELISSIER, née le 19 octobre 1820 à Loubeyrat, avec le soutien de l’abbé GOUILLOUX, qu’elles fondent, le 7 octobre 1856, la Congrégation des Sœurs Infirmières.

Ce n’est que le 2 février 1873 qu’elles sont autorisées comme Religieuses.

 

Quelques années plus tard cette Congrégation possède plusieurs maisons, dont celle de Saint-Priest-des-Champs.

 

Les Maisons : Loubeyrat (maison mère), Aubière, Combronde, Saint-Amant-Tallende, Vic-le-Comte, Saint-Gervais-d’Auvergne, Montaigut-en-Combrailles, Brassac, Vernet-la-Varenne, Randan, Blot-l’Église, Le Broc, Saint-Priest-des-Champs, Chapdes, Lachaux-les-Bains

 

La date de leur installation à Saint-Priest n’est pas connue, mais on trouve les premiers noms dans le recensement de 1891. Donc on peut penser qu’elles se sont installées après le 30 juin 1886, date de ce recensement.

L’article mérite d’être complété par la consultation des archives de la maison mère (si elles existent encore), pour connaitre la date de l’installation à Saint-Priest, l’origine et le parcours des différentes infirmières.

 

Les gardes malades

 

1891 (religieuses)

BRUGIERE Anne, 23 ans, chef

GARDARIN Anne, 26 ans, adjointe

PORTIER Marguerite, 21 ans, adjointe

 

1896

GARDARIN Anne, 30 ans, chef

VACHER Marie, 30 ans

BIDEAU Philomène, née le 4 avril 1876 à Teilhède, décédée le 4 juin 1960 à Loubeyrat, fille de Gilbert BIDEAU et d’Anne BIDEAU, cultivateur au domaine du Mas.

VOLPHETE Marie, 23 ans

 

1901

BOYER Philomène, née en 1868 à Tauves, infirmière auxiliaire à Loubeyrat en 1886

BOYER Marie, 25ans

GRANGE Marguerite, 24 ans

SABY Anna, née le 20 janvier 1868 à Charbonnières-les-Vieilles, fille de Guillaume SABY et d’Anne MARNAT, cultivateurs au village de la Brousse.

 

1906

BOYER Philomène, née en 1868 à Tauves

BIDEAU Philomène, née le 4 avril 1876 à Teilhède, décédée le 4 juin 1960 à Loubeyrat, fille de Gilbert BIDEAU et d’Anne BIDEAU, cultivateur au domaine du Mas.

RAJADE Marie, née en 1883 à Cronce

SABY Anna, née le 20 janvier 1868 à Charbonnières-les-Vieilles, fille de Guillaume SABY et d’Anne MARNAT, cultivateurs au village de la Brousse.

BARRAUD Marie Mélanie, née 1845 à Fleury

 

1911

BOYER Philomène, née en 1868 à Tauves

BOYER Marie, née le 10 mai 1882 à Tauves, y est décédée le 11 mars 1974, mariée le 15 juillet 1924 à Saint-Priest-des-Champs, avec Jules PETIT, fille de Jean BOYER et d’Antoinette RAMADE, cultivateurs à Manaranche.

SABY Anna, née le 20 janvier 1868 à Charbonnières-les-Vieilles, fille de Guillaume SABY et d’Anne MARNAT, cultivateurs au village de la Brousse.

JAMES Anne, née en 1876 à La Cellette

COCONNIER Mélanie, née en 1845 à Fleury

 

1921 (Infirmières)

BOYER Philomène, née en 1868 à Tauves

BOYER Marie, née le 10 mai 1882 à Tauves, y est décédée le 11 mars 1974, mariée le 15 juillet 1924 à Saint-Priest-des-Champs, avec Jules PETIT, fille de Jean BOYER et d’Antoinette RAMADE, cultivateurs à Manaranche.

GLOZE Louise, née le 4 janvier 1885 à Clermont-Ferrand, fille de Gabriel GLOSE, scieur de long et de Marguerite BALLUT.

ACHARD Maria, née le 4 octobre 1897 à Tauves, fille de Joseph ACHARD et de Marie PEUCH, cultivateurs aux Granges.

 

1926 (Infirmières)

POUZOL Antoinette dite Marie, née 19 mars 1877 à Chapdes-Beaufort, décédée le 28 mai 1969 à Loubeyrat, fille d’Antoine POUZOL et de Françoise PAILLOUX, cultivateurs au village de Bellechard.

PEYROT Françoise, née en 1881 à Chapdes-Beaufort

ACHARD Maria, née le 4 octobre 1897 à Tauves, fille de Joseph ACHARD et de Marie PEUCH, cultivateurs aux Granges.

 

1931 (Garde-malade)

POUZOL Antoinette dite Marie, née 19 mars 1877 à Chapdes-Beaufort, décédée le 28 mai 1969 à Loubeyrat, fille d’Antoine POUZOL et de Françoise PAILLOUX, cultivateurs au village de Bellechard.

BIDEAU Philomène, née le 4 avril 1876 à Teilhède, décédée le 4 juin 1960 à Loubeyrat, fille de Gilbert BIDEAU et d’Anne BIDEAU, cultivateur au domaine du Mas.

DOUROUX Philomène Françoise dite Francisca, née le 27 août 1896 à Peschadoires, décédée le 10 juillet 1976 à Loubeyrat ;

 

1936 (Garde-malade)

POUZOL Antoinette dite Marie, née 19 mars 1877 à Chapdes-Beaufort, décédée le 28 mai 1969 à Loubeyrat, fille d’Antoine POUZOL et de Françoise PAILLOUX, cultivateurs au village de Bellechard.

DUMAS Marie, née en 1897 à Voingt

 

1946 (Infirmières) Relevé aux Archives

POUZOL Antoinette dite Marie, née 19 mars 1877 à Chapdes-Beaufort, décédée le 28 mai 1969 à Loubeyrat, fille d’Antoine POUZOL et de Françoise PAILLOUX, cultivateurs au village de Bellechard.

BOYER Marie, née en 1876

DEBAINE Cléta dite Helena, née le 20 février 1909 à Brassac-les-Mines, décédée le 19 décembre 1985 à Loubeyrat, fille de Benoit Jean Baptiste DEBAINE, employé de commerce à Brassac et de Marie Claudine COMTE ;

 

1968 (Religieuses-infirmières) Relevé aux Archives

De BAVAY Renée, née le 22 novembre 1911 à Paris 8e, décédée le 29 août 1995 à Loubeyrat, fille naturelle de Renée Adèle Florentine De BAVAY ;

MOUTY Marthe Gabrielle, née le 16 mai 1905 à Saint-Julien-Puy-Lavèze, décédée le 16 avril 1980 à Loubeyrat, fille de Jean MOUTY et de Françoise BATTUT, cultivateurs au lieu de Bajouve ;

MONNET Anne dite Annette, née le 6 avril 1897 à Cisternes-la-Forêt, décédée le 20 janvier 1993 à Loubeyrat, fille de Marien MONNET et de Marie JAILLY, cultivateurs au lieu de Lavergne

 

 

Source :

Généalogie de Christine CARON sur Généanet

Livre "Congrégation des Petites Sœurs Infirmières des Campagnes" , R.P. François CHARMOT s;j. imprimé sur les presses de M. LESCUYER & FILS, Lyon, 1958

Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 17:52

Curé de Saint-Priest-des-Champs, de 1939 à 1979, Joseph Parfait ACHARD voit le jour le 18 avril 1901 au bourg de Tauves où son père exerce la profession de cordonnier. Il est le 6e et dernier enfant du couple Annet ACHARD et Marguerite dite Marie ACHARD.

            Annet et Marguerite, tous deux originaires de Tauves, s’y marient le 3 mai 1884. Le destin est cruel pour cette excellente et chrétienne famille de Tauves. Parents de six enfants, ils en perdent deux à la guerre de 1914-1918 et deux en bas-âges.

Paul Antoine Hippolyte, leur fils aîné, né le 29 juin 1885, est tué le 6 juillet 1915 à Scheffer, commune d’Orbey (68) ;

Le 10 avril 1887 vient au monde Marie Julie Léonie, qui décède 10 mois plus tard, le 7 février 1888 ;

Leur second fils, Jean Sidoine, né le 23 août 1889, est tué onze mois avant son frère aîné, le 20 août 1914 à Sarrebourg (57) ;

Le quatrième enfant prénommé Joseph, né le 18 janvier 1892 à Tauves, est au service militaire quand la guerre éclate. Pour cause d’acuité visuelle très faible il fait la campagne comme infirmier à la 9e section d’infirmiers, puis à la 8e. Il reçoit la Croix de guerre pour son courage et son dévouement. Envoyé en congé de démobilisation, le 23 août 1919, il se retire à Paris où il est préparateur en pharmacie. Il rentre à Tauves pour épouser Marie Louise JUILLARD, le 13 avril 1920 ;

Le 5e enfant, Antoine, né le 5 février 1894, décède à trois mois et demi, le 20 mai de la même année ;

Enfin, Joseph Parfait est né le 18 avril 1901, il deviendra prêtre et exercera son ministère près de quarante ans sur la paroisse de Saint-Priest-des-Champs.

ACHARD Joseph Parfait

On peut penser que Joseph Parfait fut discerné de bonne heure par l’abbé de la paroisse. Celui-ci en effet, frappé de ses heureuses dispositions, de sa piété à l’église, de sa bonne tenue au catéchisme, eut l’intuition qu’il y avait, dans cet enfant, l’étoffe d’un futur prêtre. Après avoir fait ses études primaires à l’école de Tauves et reçu quelques notions de latin, c’est certainement au collège de Cellule qu’il effectua ses études secondaires.

Après des études sérieuses et couronnées de succès, il est dirigé au Petit-séminaire de Clermont-Ferrand. Mais voilà que la conscription approche.

ACHARD Joseph Parfait

Étudiant séminariste en 1921, il renonce au sursis, le 17 septembre 1921, et est incorporé au 92e régiment d’infanterie de Clermont-Ferrand, le 5 octobre 1921, puis le 7 mai 1923 il passe au 13 bataillon de chasseurs à pied. Le 19 mai 1923, il part avec son régiment occuper les pays Rhénans où il y reste jusqu’au 2 octobre 1923.

Le 5 octobre 1923 il est renvoyé dans ses foyers et se retire à Tauves.

Là, il doit reprendre ses études au Grand-Séminaire diocésain où il est ordonné prêtre. A certainement occupé un poste de vicaire avant d’être nommé, en 1929, curé de Saint-Alyre-ès-Montagne. Après trois années de ministère, il arrive à Nonette-Le Breuil en juillet 1932. Sept ans après, en juillet 1939, le voilà dans la paroisse de Saint-Priest-des-Champs.

Juste après sa nomination à Saint-Priest-des-Champs, en juillet 1939, il est rappelé à l’activité par décret de mobilisation, le 24 août 1939, où il est affecté à l’État-major du 92e R.I., puis passe à l’E.M. du 1er bataillon du 132 centre mobilisateur. Des problèmes intestinaux lui valent une réforme temporaire, le 16 septembre 1939.

De nouveau réformé temporairement, le 14 juin 1940, il est rappelé à l’activité, le 3 juin 1941 et affecté au dépôt d’infanterie 132.

 

Cette même année, le 16 septembre, il est réformé temporairement, suite à ses problèmes intestinaux.

De retour dans sa paroisse, il y exerce son ministère et sera le prêtre de plusieurs générations.

 Il décède le 17 février 1979 à Saint-Priest-des-Champs.

 

Pour compléter cette petite biographie, je recherche photos, anecdotes, souvenir

Partager cet article
Repost0
28 février 2020 5 28 /02 /février /2020 11:42

Prédications extraordinaires

 

Des prédications extraordinaires ont été données à Saint-Priest-des-Champs par MM. Charpille et Aubert. Commencées le 9 février, elles se sont terminées le 2 mars. Les deux prédicateurs ont mis au service de leur zèle apostolique l’entrain de leur jeunesse, la force et l’onction de leur parole toujours éloquente. Leur dévouement a eu la récompense qu’il méritait : le retour à Dieu de la plupart des âmes indifférentes et un accroissement de ferveur de celles restées fidèles.

Aussi, M. Charpille a-t-il pu, en toute sincérité, dans son sermon de clôture, se montrer satisfait de la docilité des habitants de Saint-Priest à suivre les avis et les conseils de leurs prêtres et prédicateurs. Il les a remerciés de l’empressement qu’ils ont mis à assister aux exercices de la mission. Leur éloignement de l’église ((quelques-uns sont à plus de 7 kilomètres), le mauvais état des chemins aggravé par un temps pluvieux et froid, ne les ont pas arrêtés. Les hommes méritaient des félicitations spéciales. Les six réunions qui leur étaient destinées ont offert un beau et consolant spectacle. Ils sont venus presque tous raviver leur foi, éclairer leur intelligence aux enseignements clairs et précis qui leur ont été donnés. Et c’est sans ostentation, mais avec une piété profonde qu’ils se sont approchés de la sainte Table.

M. le curé s’est fait l’interprète de ses paroissiens auprès des prédicateurs. Il leur a dit combien ils ont été compris de cette chrétienne population. Les exercices de 1902 laisseront un souvenir impérissable. C’est en effet pendant ces jours derniers que les habitants de Saint-Priest ont pris la résolution d’élever au Dieu de l’Eucharistie un temple moins indigne de sa divine Majesté.

M. Le curé s’est présenté chez les habitants du bourg pour recevoir leur souscription. Il a recueilli l’obole du pauvre comme le don plus considérable du riche : la somme s’élève à 11.540 francs. Prochainement il parcourra les nombreux villages ; et tous les paroissiens s’uniront à lui pour mener à bien cette œuvre de foi. Il a exprimé l’espoir que dans dix ans, de nouvelles prédications seront données dans la nouvelle église, plus spacieuse et plus belle. Les cérémonies seront plus attrayantes et ses paroissiens viendront avec plus de bonheur dans cette Maison de Dieu qui sera aussi la leur. La reconnaissance et les sympathies de tous sont acquises, d’avance, au zélé curé.

 

Article paru dans la Semaine Religieuse de Clermont du 15 mars 1902

Partager cet article
Repost0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 18:12

Voici un petit résumé de cette visite

Visite pastorale du 13 mai 1729

 

Le Saint Sacrement est dans un tabernacle en bois doré et dans un grand ciboire avec un soleil visoire (pas trouvé la définition). Il y en a deux plus petits, aussi en argent, pour porter aux malades.

M. le Curé assure qu’il a soin de renouveler les saintes hosties et que la lampe est toujours allumée.

Les fonds baptismaux et les vases des Sainte Huiles sont en assez bon état, mais la piscine ( ?) n’est  plus sur sa base.

Il y a des Saintes reliques, dans trois différents reliquaires et qu’ils sont dans une chasse en cuivre émaillé, au nombre de trente-sept fragments d’os grands et petits, dont quelques-uns ont leurs inscriptions.

Il y a cinq autels dans l’église, y compris le grand sur lequel il y a un portatif. Ceux de Notre-Dame et de Saint-Valentin sont consacrés. Ordonnons que les deux autres soient démolis.

Toute l’église est voutée. Le sanctuaire et le chœur sont en bon état. La nef et l’aile menacent de ruine, ainsi que le clocher. Le pavé de l’église est tout à fait dérangé et inégal. Il doit-être incessamment refait aux frais de ceux qui prétendent avoir droit de sépulture.

Il n’y a pas de sacristie ; il y a un calice d’argent avec sa paterne, les ornements, linges et livres sont en assez bon état et les registres sont bien tenus.

Il n’y a ni grilles ni portes au cimetière et les murs sont presque tous abattus.

Les messes de paroisse et autres offices sont à heures régulières.

Il n’y a point de fabrique, attendu qu’il n’y a aucun revenu.

Il y a une communauté composée de deux prêtres filleuls qui sont Jean Grand et Michel Phelut.

Il y a une chapelle au château des Barsses suffisamment dotée et décemment ornée, avec un vicaire. Il y en a une autre au village de Chez-Doucet qui est sans pavé, l’autel malpropre et la fenêtre sans vitre.

Le presbytère est en assez bon état.

Le curé s’appelle Antoine Giraud ; il est nommé par l’abbé de Menat.

Nous avons été assurés que le curé réside et que personne n’est mort sans sacrement par sa faute.

Il y a 1300 communiants assez assidus aux offices divins et qui ont satisfait au devoir pascal.

Il exhorte les juges des lieux de faire exécuter les ordonnances royales contre les cabaretiers.

Il y a cinq sages-femmes assez instruites.

 

Pour voir le document original aux Archives départementales

 http://www.archivesdepartementales.puydedome.fr/ark:/72847/vta559f45913f835/daogrp/0/1

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Inhumations 1639 - 1654
    Vue 184 Anne QUARTON fille à Anthoine du Bladeix, ensevelie le 22 novembre 1639 Vue 184 Me Jehan GERAULD, greffier de Miremont, du village de Villemaine, enseveli dans l’église le 23 novembre 1639 Vue 184 Jehan GABY dit Garbindon, du village de la Sauvolle,...
  • Sauret-Besserve et la région touchés par un violent orage
    Le 1er juin 1875 à Pionsat, le correspondant du Moniteur du Puy-de-Dôme, signale un violent orage qui a éclaté sur la localité. Le 4 juin, il écrit que hier, 3 juin à onze heures du soir, un autre orage s’est déclaré avec une rapidité et une violence...
  • Incident entre les gendarmes et les braconniers
    Articles trouvés dans le Moniteur du Puy-de-Dôme de 1875. Journal du 31 mai 1875 Journal du 4 juin 1875 Journal du 4 juin 1875 suite Journal du 12 juin 1875
  • Les registres d'État-civil (Suite)
    De 1814 à 1830 La restauration maintient la nomination du maire. Il est choisi au sein des conseillers municipaux, eux-mêmes nommés. Elle rétablit le suffrage censitaire ; seuls les hommes payant un cens, impôt de 300 frs, ont le droit de vote. La loi...
  • Inhumations 1633 - 1639
    Vue 145 Jehan BARSSE fils d’Anthoine du village des Barsses, enterré le 6 janvier 1634 Vue 145 Anthonia MARCHEIX femme à Anthoine MONTHEIL du village de Beaufessoux-le-Petit, ensevelie le 15 janvier 1634 Vue 146 Marguerite MARCHEIX fille à Jehan du village...
  • Biollet, crime au Cheix
    Un crime, accompagné de circonstances extrêmement graves vient de faire naître une vive émotion dans le canton de Saint-Gervais. A quelques kilomètres de Biollet, se trouve un petit hameau appelé les Cheix, bâti sur les ruines d’un vieux manoir qui a...
  • Les Barsse de la Creuse
    1-Avant-propos Au cours de recherches dans les registres de l’état-civil de la commune d’Évaux-les-Bains, je suis tombe par hasard sur une famille Barsse. Le patronyme n’étant pas du tout courant dans cette partie de la Creuse, on en trouve à Charron,...
  • Partis en Saône-et-Loire
    Ce ne sont certainement pas les seuls. La liste se complétera au fil des découvertes. La Chapelle-de-Guinchay Annet BARGE, fils de Jean BARGE et de Marie ARBITRE, cultivateurs demeurant au village du Cluzel. Maçon à La Chapelle-de-Guinchay, né le 16 mai...
  • Charles Michel ROUCHON
    Né le 5 février 1903 à Saint-Priest-des-Champs (Puy-de-Dôme), mort le 20 septembre 1985 à La Verrière (Yvelines) ; instituteur dans le Puy-de-Dôme ; militant du SNI ; maire socialiste de Fernoël (Puy-de-Dôme). Fils de Jean ROUCHON, cultivateur demeurant...
  • Jean PETIT, un maire, une généalogie
    Maçon en 1863 ; Cultivateur en 1872 ; Aubergiste en 1873 ; Propriétaire et aubergiste au bourg de Saint-Priest-des-Champs en 1877. Élu pour son premier mandat de Conseiller municipal, le 23 Janvier 1881, au deuxième tour du scrutin, avec 137 voix ; Maire...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">