Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 08:52

Vue-generale2.jpg

 

Vous pouvez retrouver cette carte dans l'album "Cartes Postales"

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 09:18

Rapports du Préfet, procès-verbaux des délibérations – Conseil général du Puy-de-Dôme.

Séance du 23 septembre 1930, page 98

 

Communes de Saint-Gervais-d’Auvergne et de Saint-Priest-des-Champs – Subvention sur le crédit des ponts et passerelles.

 

M. le Dr Michel donne lecture du rapport suivant :

 

Messieurs,

Les communes de Saint-Gervais-d’Auvergne et de Saint-Priest-des-Champs ont décidé de procéder à frais communs au renforcement du pont du Moulin des Chauteix au moyen duquel le chemin vicinal ordinaire N° 83 franchit le ruisseau de Chalamont qui leur sert de limite. D’après le projet étudié par le Service Vicinal, la dépense à envisager pour cet objet peut-être évaluée à la somme de 1.200 francs.

La commune de Saint-Gervais, dont le centime s’élève à 265 fr 63, est imposée à 144 centimes 41 ; celle de Saint-Priest-des-Champs est imposée à 132 centimes 05, dont 74 fr 20 pour insuffisance de revenu pour un centime de 266 fr 80.

En raison de l’utilité du travail projeté et étant donné que les ressources de ces deux communes sont des plus réduites, nous sommes d’avis d’allouer pour cet objet une subvention de 500 francs à prélever sur le crédit des « ponts et passerelles » et qu’il y aurait lieu de verser à la commune de Saint-Gervais chargée de centraliser les fonds.

Les conclusions du rapport son adoptées.

 

Collection Bernard FAURE - Carte n° 29

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 09:38

La-Croisette.jpg

 

Vous pouvez la revoir dans l'album "Cartes postales"

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 09:24

Le doryphore est apparu en France en 1922, il y était arrivé sans doute vers la fin de la guerre, introduit accidentellement avec une marchandise quelconque, depuis le Canada ou les Etats-Unis, seuls pays du monde où il existait à cette date.

De deux premiers points touchés à l’origine, l’un en Gironde, l’autre en Haute-Vienne, il a, grâce à sa puissance de multiplication (certaines femelles pondent plus de 2.000 œufs pendant la saison) et grâce à sa faculté de voler, gagné des champs après des champs, distribuant l’aire de ses ravages sur un nombre de département de plus en plus grand (7 en 1925, 9 en 1927, 14 en 1929, 30 en 1931). Il était, en cette dernière année, largement répandu sur huit et il éparpillait beaucoup de petits foyers en dehors jusque dans la Mayenne et la Sarthe, le Loiret et le Cher, le Puy-de-Dôme et l’Aveyron.

 

Lutte contre le doryphore – La commune de Saint-Gervais fait partie de la zone de protection contre les progrès du doryphore. Il importe que tous les cultivateurs prennent les plus grandes précautions pour empêcher la propagation de cet insecte qui se multiplie avec une grande rapidité et devient un véritable fléau.

Des leçons très détaillées ont été faites aux élèves des écoles sur les mœurs du doryphore, ses métamorphoses, son genre de vie ; des cartes coloriées représentant les œufs, la larve, la nymphe et l’insecte parfait ont été distribuées. Il sera donc facile de découvrir, le cas échéant, la présence du destructeur de la pomme de terre et de le signaler aussitôt au maire ou au directeur de l’école. Le directeur des services agricoles, prévenu, enverra sur les lieux les agents préposés à la lutte contre le doryphore, qui procéderont à l’extinction du foyer découvert.

 

Espinasse – Le doryphore a fait son apparition dans la commune. Deux foyers ont été découverts et aussitôt traités. Tous les cultivateurs sont alertés et surveillent attentivement leurs récoltes

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/108 –Journal du 12/07/1934.

 

Saint-Gervais – Le doryphore a fait son apparition : M. Faure Etienne, des Sagnes et plusieurs propriétaires de Mayet ont découvert, dans leurs champs respectifs, des laves en assez grand nombre. La mairie, prévenue, prend toutes mesures prophylactiques en vue de circonscrire les foyers constatés.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/108 –Journal du 09/07/1934.

 

Charensat – Le doryphore dans notre région. Mercredi, 11 juillet, alors qu’il traversait son champ de pommes de terre, M. Camille Béraud, cultivateur au village de Puy-Cherol, a découvert deux plants de pommes de terre atteints du doryphore, les larves en grand nombre sur les feuilles faisaient preuve d’une grande activité à les ronger. L’un des plants plus gravement atteint était complètement dévoré et seules les nervures subsistaient.

Plusieurs foyers ont été déjà signalé dans la région, et il importe pour nos braves cultivateurs de surveiller attentivement leurs champs de pommes de terre, sans quoi le progrès rapide de ce fléau rendrait impossible la culture de la pomme de terre, qui est une des ressources principale de la terre ingrate de notre région.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/108 –Journal du 16/07/1934.

 

 

Saint-Priest-des-Champs – Le doryphore a fait son apparition dans la commune. Plusieurs foyers ont été signalés.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/108 –Journal du 01/08/1934.

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 14:35

Le cimetière occupait la parcelle 568

Le nouveau cimetière a été livré à la commune, le 21 mars 1864.

Voir précédent article en cliquant ICI

 

Saint Priest 3

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 08:13

Trois nouvelles cartes dans l'album "Cartes postales"

 

Ducourtioux - Eglise

Ducourtioux - Mairie

Ducourtioux - Vieux puits

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 10:45

 

C'est en 1846, sur les fiches du recensement, que l'on trouve le métier de Cloutrier ou Cloutier. Ne l'ayant jamais trouvé dans les registres d'état-civil, il apparaît ici pour la première fois et certainement la seule. En 1856, la plupart de ces cloutiers sont devenus des maréchaux ou se sont entièrement consacrés à l'agriculture.

 

Ces cloutiers se nomment Pierre Lelion, Jean-Baptiste Perol, François Boudol et Marien Issert, qui exercent tous au chef-lieu, et Antoine Perol à Lacost. Marien Issert à la particularité d'être un « compagnon cloutier ».

 

J'ai voulu en savoir plus sur ce métier éphémère dans la commune de Saint-Priest des Champs.

 

Premièrement, en interrogeant mon cercle généalogique (Cercle Généalogique et Héraldique de l'Auvergne et du Velay). Monsieur Bernard Tixier, membre du CGHAV et secrétaire du groupe « Histoire et Patrimoine du Gua (Isère), m'a transmis un document où l'on peut lire : « Le cloutier est un artisan souvent solitaire, dont l'atelier peut être dans une cave ou un cabanon, parfois dans un coin d'étable.

Le travail est répétitif malgré l'infinie variété de clous à produire, depuis les clous de petite taille des cordonniers jusqu'aux énormes pointes pour les charpentes.

Le maniement du marteau est pénible car il faut frapper régulièrement pendant des heures. Chaque cloutier se spécialise dans la fabrication de quelques types de clous. Il façonne aussi des happes, des pattes, des crochets, des pitons...

Il travaille beaucoup et gagne relativement peu.

Fabriquer des clous est souvent une activité annexe pour les forgerons et les maréchaux ».

 

Pour chez nous, il semble être plus un revenu complémentaire pour nos cultivateurs.

 

Deuxièmement en interrogeant Internet pou connaître un peu mieux la méthode de fabrication.

 

En résumé, on peut écrire, que le cloutier travaillait dans une forge installée chez lui. Qu'il fabriquait des clous forgés à l'unité sur une petite enclume fixée sur une souche en bois ou en pierre, avec un marteau spécifique et des tenailles à partir de tiges d'acier. Qu'il façonne la pointe du clou sur l'enclume et le coupe à longueur voulue. Qu'il place le clou verticalement dans la « cloutière » pour former la tête.

Il existe autant de types de cloutières qu'il y a de types de clous. Et ils sont nombreux : Les clous à soulier, les clous à ferrer les bêtes, les clous pour les charpentiers, etc... Il fabrique aussi d'autres pièces comme les crochets, les tirants, des pitons...

Un cloutier expérimenté forge entre 50 et 100 clous à l'heure.

 

Il disparaît avec la venue de l'industrialisation.

 

 

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 08:32

Rapports du Préfet, procès-verbaux des délibérations – Conseil général du Puy-de-Dôme.

Séance du 5 novembre 1935, page 43.

 

Commune de Saint-Priest-des-Champs – Modification de tracé du chemin N° 5 du réseau complémentaire.

 

M. Hermille donne lecture du rapport suivant :

 

Messieurs,

Le tracé du chemin classé sous le N° 5 du réseau complémentaire avait son origine au chemin d’intérêt commun N° 80, près du village de Termes, passait près des Barses, d’où il se dirigeait sur le chemin d’intérêt commun N° 60 où il aboutissait au Moulin-Rouge. Depuis 1921, date de ce classement, un chemin a été aménagé par les soins de la municipalité de Saint-Priest-des-Champs entre les Chaussades et les Barsses et, pour faciliter l’ouverture et l’entretien du chemin du réseau complémentaire N°5, la commune demande que la voie nouvellement ouverte soit incorporée dans cette ligne en remplacement du parcours Barsses-Le Moulin-Rouge.

Le nouveau tracé présente une diminution de 1.700 mètres sur la longueur du chemin classé. Les frais de construction se trouveront ainsi réduits de plus de 150.000 francs. Il y a donc tout intérêt pour le Département à accepter la demande de modification proposée.

En conséquence, votre quatrième Commission vous propose de substituer le tronçon Les Barsses-Gandichoux-Les Chaussades à la section du chemin du réseau complémentaire N° 5 entre Les Barsses et Le Moulin-Rouge qui sera déclassée.

Le chemin N° 5 du réseau complémentaire prendrait alors la désignation suivante :

Embranchement du chemin d’intérêt commun N° 80 sur Saint-Priest-des-Champs par Gandichoux et les Chaussades.

 

Délibération :

Le rapport est adopté.

 

En conclusion, on peut comprendre qu'avant 1921, nos ancêtres qui venaient, du Davideix, de Lébeaupin ou des Barsses, pour se rendre au chef-lieu, passaient donc par Grandsaigne, Barghon, Laroche et Chez-Saby pour arriver au Moulin-Rouge. 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 19:15

En 1887, le bourg avait des problèmes d'alimentation en eau potable. Après plusieurs pétitions des habitants, le conseil municipal reconnaît que les eaux du caniveau de la route se mêlent à celles du puits de la place. Il constate que l'eau est saumâtre et insalubre.

 

En novembre 1887, Charbonnier Gabriel, expert-géomètre demeurant à Lamazière, dresse le devis pour creuser le puits sur la place. Dans son rapport, il décrit un puits dans un état complet de ruines à l’intérieur et la toiture ne couvre plus qu’une partie. Le devis s’élève à 727, 52 francs.

 

Une souscription volontaire des habitants du bourg récolte 68 journées de travail, estimées à 292fr 40, et la somme de 28 francs.

Il manque 300 francs, pour creuser et rebâtir le puits. La commune étant déjà trop imposée, le 7 août 1888, le conseil demande un secours au département.


Souscription volontaire consentie par les habitants du bourg chef-lieu de la commune de Saint-Priest-des-Champs, à l’effet de creuser et de reconstruire un puits sur la place publique.


Noms, Prénoms

Journée

Somme en francs

BAISLE Joseph

 

5

DESRAYNAUD Eugène

 

1

Molle Pierre

3

 

CHARVILHAT

3

 

VERNIOL Antoine

3

 

PETIT Jean

3

 

GROBOST Jean

3

 

GRANDSAIGNE François

1

 

BARSSE Marguerite

2

 

THUEL Guillaume

3

 

DIDIER Joseph

4

 

TAYTARD François

4

 

BOURDUGE Annet

4

 

GORY Suzanne

 

5

CLUZEL Michel

3

 

CROMARIAS Hippolyte

1

 

DENIS Jean

2

 

MARTIN Jean

2

 

BAISLE Charles

 

5

DENIS Jean, horloger

2

 

CHANUT Antoine

3

 

FAURE François

3

 

CROMARIAS Eugène

3

 

ABAVID Gilbert

2

 

MARTINON Jean

2

 

BASTERRE Jean

2

 

PEROL Jean-Baptiste

3

 

ABAVID Joseph

2

 

BEAUFORT Gervais

 

2

FAVIER Annet

2

 

ROUGHOL Gilbert

4

 

GORY Arthème, maire

 

10

 

68

28

 

En 1899, M. Chanut, fournit un devis pour la fontaine des Tiers, située en dehors du bourg, au bord du chemin de Grande Communication N° 9.

Le puits de l’ancien presbytère est souvent à sec pendant l’été, il préconise un approfondissement de 1m 50 à 2 mètres dans le granit (prévoir mines).

Il est également prévu une pompe pour le puits sur la place (646fr 76).

 

Pour la réalisation des travaux, une souscription est faite par Annet Peyronny, maire. Elle rapporte la somme de quatre vingt trois francs trente centimes.

         

M. Roughol Jean, ouvrier maçon au bourg, répare la fontaine des Tiers.

M. Desmichel Eugène, serrurier à Saint-Gervais, pose la pompe à chapelet.

M. Aubignat Jean, ouvrier maçon à Gandichoux, s’engage à creuser le puits de l’ancien presbytère et à refaire les murs.

   

 

Pompe.jpgPrincipe de la pompe à chapelet : une chaîne sans fin, sur laquelle sont fixées, à intervalles égaux, des sphères de caoutchouc de diamètre égal à celui du tube T qui plonge dans la nappe, est mue par une roue R. La montée de la chaîne dans T entraîne l’eau dans le déversoir D. La roue R est mise en rotation soit directement par une manivelle, soit par un système d’engrenages à angle droit qu’un âne ou un cheval tournant autour du puits pouvait actionner.

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 09:39

 

Montpied en 1889 :

Un habitant de la section de Montpied signale qu’il existe, sur une parcelle communale, un petit réservoir, qui servait autrefois aux besoins des habitants du village et notamment à abreuver leur bétail.

Depuis plusieurs années ce rif étant en mauvais état, et ne pouvant plus par suite de délabrement retenir les eaux, cet habitant se trouve journellement dans la nécessité d’aller à de grandes distances pour abreuver ses bêtes.

Il propose de creuser à ses frais un nouveau réservoir au-dessous de l’existant. Ce dernier nécessitant de trop grand frais pour sa réparation complète.

Le 1er septembre 1889, le conseil municipal, après avoir délibéré, est d’avis que l’abreuvoir existant actuellement sera réparé à frais communs par les deux habitants de la section de Montpied.

 

Laval :

Le 13 mars 1921, le conseil municipal délibère sur une plainte des habitants de Laval contre Monsieur A. qui a extrait de la pierre et du grès dans les communaux de Laval.

Après délibération, le conseil, considérant que les habitants de Laval usufruitiers des communaux ont laissé, pendant plus d’un mois, le sieur A. extraire la pierre et du gravier, sans l’arrêter et sans protester, est d’avis de laisser les habitants de Laval de poursuivre le sieur A. à leurs risques et périls.

 

Le Cluzel :

Le 29 décembre 1912, le conseil municipal délibère sur une demande de M. Bretagnon, entrepreneur au barrage des Fades. Ce dernier souhaite une autorisation pour établir une carrière de pierres dans les communaux du Cluzel, où bon lui semblera, et la jouissance, pendant toute la durée des travaux, des terrains communaux de la route entre le barrage et le chemin qui dessert la passerelle. Il offre à verser à titre d’indemnité la somme de 1 500 francs dans la caisse de la commune.

Avis favorable du conseil municipal.

 

Le Cluzel en 1913 :

Projet de creusement :

1°) d’un puits neuf, au lieu-dit le Cluzel, d’une profondeur de 8 mètres.

2°) d’un puits neuf, au lieu-dit Sagai ou Lagai, d’une profondeur de 7 mètres.

3°) d’une fontaine au lieu-dit Chez-Couret, d’une profondeur de 4 mètres.

Réfection des chemins :

4°) du Cluzel au chemin d’intérêt communal N° 62.

5°) du Cluzel aux eaux minérales.

6°) du Cluzel à Couladèze.

 

Gandichoux :

En 1914, construction d’un lavoir.

 

Le Vernadel :

En 1914, construction d’un lavoir.

En 1931, construction d’un abreuvoir par les habitants du village.

 

En 1894, Antoine Chanut, pour la somme de 100 francs, fait des travaux à la fontaine du Pont de Sauvanet.

 

Deux questions aux lecteurs :

1°) Quel est l’orthographe du 2ème puits du Cluzel ?

2°) Qui sait où se trouve la fontaine du pont de Sauvanet ?

 

Archives Départementales – 2 O 408 3

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">