Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 11:00

Je ne sais pas si la tradition "du sapin du conseiller" était respectée à Saint-Priest, mais si c'était le cas, cette histoire aurait certainement pu arriver dans un village de notre commune.

 

Une tradition respectée : Le sapin du conseiller.

 

Les coutumes sont nombreuses en Auvergne; certes, de nos jours, le progrès en efface la plupart et, si nos aïeux revenaient, ils ne retrouveraient pas toutes les fêtes qui les émoustillaient. Pourtant, certaines coutumes résistent et au temps et au modernisme et se perpétuent à travers les générations. C'est ainsi que le folklore campagnard reste fidèle à la « plantation du sapin ». Cet arbre est, en effet, apporté par les amis du conseiller élu pour la première fois, puis dressé à côté de la maison de l'intéressé.

Cette tradition date d'une époque qui n'est pas déterminée, mais certains pensent qu'elle a pris naissance à l'époque de la Commune, d'autres à celle de la révolution de 1789. Quoi qu'il en soit, on sait que le sapin, par sa verdure continuelle, l'espérance. Une coutume plus ancienne voulait que le nom des conseillers d'une paroisse fût inscrit sur les cloches. C'est ainsi qu'à Landogne, commune de la Combraille, les quatre officiers municipaux, choisis parmi les douze bourgeois de la localité, eurent leurs noms gravés sur une cloche fondue en 1695.

Après les élections municipales des 14 et 21 mars 1971, nombreux sont les sapins qui se dressent fièrement près de la demeure des heureux élus. Cet arbre signale le conseiller à tous, habitants du village et touristes. « Ici vit un conseiller. Arrêtez-vous. Saluez-le. Et ne manquez pas de lui confier vos désirs et vos espérances. »

Le sapin atteste de l'eléction première du candidat et permet à tous ses amis de se réjouir de son succès. Car la plantation est toujours bien arrosée ! Elle est même parfois suivies d'agapes qui régalent le palais et le gosier des convives.

Et le vent, ce vent si bavard qui colporte tant et tant de bruits, vous racontera certaines fêtes inhérentes à la plantation du sapin. Voulez-vous que je sois son interprète pour vous instruire de l'ne de ces histoires qui firent la joie de nos aïeux ?

L'époque ? Elle a peu d'importance. Seuls comptent les auteurs, de braves paysans, aimant la table bien garnie, le bon « pinard » et ne dédaignant pas la « goutte », cette « goutte » qui « donne un coup de fouet et réchauffe l'intérieur ».

Le sapin planté, le drapeau accroché à son sommet, les villageois s'installèrent dans la chaumière du conseiller. Et il avait belle allure, les jambes solides et les joues aussi rouges que le jus de la treille, cet élu ! « un gars bien de chez nous, disaient ses compagnons, et qui fait honneur à notre village ! Sûr, avec lui, on est bien représenté au Conseil. Et n'ot' maire, ben, dame, sûr, faudra qu'il nous entende ! » De plus, le nouveau conseiller ne se « faisait pas tirer l'oreille » pour aligner les litres.

Le repas fut copieux (la « bourgeoise » cuisinait avec talent), particulièrement arrosé au bon vin de Limagne (un vin au goût de pierre à fusil, qui venait tout droit de la cave du cousin de Dallet). On trinqua tard dans la nuit.

Et quand les paysans se levèrent pour regagner leur bercail, l'ivresse allumait leurs yeux. Les chansons fusaient à l'envi dans le calme de cette nuit printanière. La lune dormait dans un lit de nuages. Un régiment de sapins barrait le passage aux invités. « Ben ça alors ! On n'en a planté que un pourtant... Et il y en a dix, cent... Pas possible ! Ben si, on n'a pas la berlue ! »

Les sapins étaient là, impeccables dans leur alignement. Et, malgré tous leurs efforts, pas un invité ne put franchir ce rideau. Les paysans durent patienter en s'interrogeant sur ces « mystérieux sapins ». Et, pour « s'éclaircir la vue », ils vidèrent de nombreux litres de rouge.

A l'aurore, un cri de victoire : « Les sapins ont disparu ! Il n'en reste qu'un, le nôtre ! »

Si vous écoutez mieux le vent, il vous apprendra que la vieille Ursule, la sorcière de ce village d'Auvergne, en accord avec le Diable, avait ensorcelé les paysans, pour se venger de n'avoir pas été invitée aux festivités de la plantation de ce « Sacré sapin qui avait fait des petits pendant la nuit »...

 

La Montagne – 8 BIB 2 – 15/01/1971

 

 

 

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 18:05

 

Liste d’Union démocratique et laïque pour la défense des intérêts communaux :

 

GOURDY Raymond, Lamazière, conseiller sortant ;

FAVIER Georges, Laval, conseiller sortant ;

POUGHON Raymond, Perol, ancien conseiller sortant ;

POUGHON Roger, Buffevent, président des parents d’élèves ;

FOURNON Edmé, Grandsaigne, président Jeunesse Sportive ;

LEBRETON Odette, Le Bladeix ;

POUMEROL Clément, La Croisette ;

LÉCUYER Jean, La Sauvolle ;

TAYTARD André, Le Bourg ;

SANNE Roger, Villemaine ;

CHASSAGNETTE Marcel, L’Ébaupin ;

LASCIOUVE Jean-Claude, La Geneste ;

JOUHET Bernard, Lasciouve, administrateur syndicat agricole.

La Montagne – 8 BIB 2 – 08/03/1971

 

Liste d’union et de défense des intérêts communaux :

 

FAURE Marcel, conseiller sortant, cultivateur, Les Barsses ;

QUINTY Maurice, commerçant, Le Bourg ;

DUMONT Bernard, répétiteur au lycée agricole de Marmilhat ;

BEAUFORT Camille, P.T.T., Le Bourg ;

BOISSIER Marcel, ouvrier d’usine, La Chomette ;

GALLARD Henri, cultivateur, Le Vernadel ;

GIRAUD Gérard, cultivateur, Lacost ;

JOUHET Roger, cultivateur, Gandichoux ;

LAMADON Henri, cultivateur, Bargheon ;

MAZERON Elie, ouvrier d’usine, cultivateur, Les Chaussades ;

SABY Clément, marchand de bestiaux, cultivateur, La Roche ;

SERVIERES Joseph, cultivateur, Mazeron ;

TOURRET Roger, cultivateur, Le Chirol.

La Montagne – 8 BIB 2 – 09/03/1971

 

Résultats du 14 mars :

 

Nombre de sièges, 13 ; inscrits, 630 ; votants, 541.

Liste d’union de défense des intérêts communaux : Faure, Quinty, Lamadon, Tourret, Jouhet, Dumont, Mazeron.

Tous élus.

Liste d’union démocratique laïque de défense des intérêts communaux : Taytard, Gourdy, Favier.

Ballotage pour trois sièges.

La Montagne – 8 BIB 2 – 16/03/1971

 

Résultats du 21 mars :

Nombre de sièges, 3 ; inscrits, 630 ; votants, 530.

Liste d’union et de défense des intérêts communaux : Boissier, élu ; Giraud, élu.

Liste d’union démocratique laïque de défense des intérêts communaux : Lasciouve, élu.

La Montagne – 8 BIB 2 – 22/03/1971

 

Repost 0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 07:13

Les travaux du Conseil municipal de Saint-Priest-des-Champs.

 

Au cours de la dernière séance, les points suivants ont été abordés :

- Remplacement du délégué au SIRB – Par suite du décès de M. Boissier Marcel, à l’unanimité des membres présents, M. Bernard Martin a été désigné comme nouveau délégué au SIRB.

- Achat d’un réchaud à gaz pour la cantine scolaire – Le modèle de réchaud pouvant être fourni par l’U.G.A.P. paraissant insuffisant, le Conseil municipal décide l’achat d’un réchaud deux feux mieux adapté aux besoins de la cantine ainsi qu’une table support.

- Demande de subvention départementale – Pour les travaux exécutés aux bâtiments communaux, une demande de subvention départementale est formulée : Toiture de l’église, école, garage P.T.T.

- Aménagement du vestiaire douches au terrain de sports – M. le Maire donne connaissance aux membres du Conseil municipal des plans et devis d’aménagement du local situé sur le terrain de sport. Après examens des plans, il a été convenu de demander à l’architecte certaines modifications.

- Terrain de camping – Considérant les problèmes techniques et financiers qu’entraînait l’aménagement d’un terrain de camping dans les communaux de Laval, ce projet est abandonné. Le Conseil municipal demande l’étude d’aménagement d’un terrain de camping sur le terrain communal face à la mairie.

- Campagne électorale des dernières élections cantonales : Mise au point – En réponse à l’article paru dans la presse annonçant que la commune avait reçu une subvention de 240.000 francs (Soi-disant affectée à l’aménagement du terrain de sport), M. le Maire présente aux membres du Conseil municipal une justification écrite de la Direction Départementale de l’Equipement, précisant l’origine et l’affectation de ces crédits. Chaque membre du Conseil municipal dispose d’un exemplaire de cette justification qui précise : que ces crédits représentent une participation départementale pour travaux de voirie ; que ces crédits ne transitent pas par le budget communal.

- Ramassage des ordures ménagères – Il est donné connaissance aux membres de l’assemblée du problème posé par la collecte et le traitement des ordures ménagères pour l’ensemble des communes du canton de Saint-Gervais-d’Auvergne. Il apparait que dans un avenir prochain, les décharges publiques, telles qu’elles existent actuellement, ne seront plus tolérées. D’après l’étude faite par la Direction Départementale de l’Equipement sur ce sujet, le coût annuel de la collecte en fonction du nombre d’habitants, varierait entre 52,61 F et 54,55 F par habitant. Des renseignements et des précisions complémentaires seront demandés lors de la prochaine réunion du SIVOM à ce sujet.

- Bascule publique – La bascule publique étant actuellement hors d’usage et la plate-forme en très mauvais état, présente un danger pour les véhicules qui pourraient stationner sur cet emplacement. Le Conseil municipal décide la faire enlever. M. Paul Lasciouve est chargé de ce travail.

La Montagne – 8 BIB 2 – 20/06/1979

 

Fête de printemps – C’est les samedi 9 et dimanche 10 juin, qu’aura lieu la fête de printemps de Saint-Priest-des-Champs.

C’était autrefois le fête des « eaux minérales ». L’on dansait l’après-midi en plein air et l’on se rafraichissait à la fontaine d’eau minérale, dans un cadre champêtre. La fontaine existe toujours, mais comme elle est à plus de 2 km du bourg la tradition s’est perdue depuis longtemps, et pourtant l’eau est toujours aussi ferrugineuse.

Les festivités de cette fête de printemps débuteront samedi 9 juin par une grande soirée dansante, organisée par le comité des fêtes, sous parquet-salon, avec pour la première fois dans la région une brillante et moderne formation qui saura créer une ambiance exceptionnelle.

Le lendemain dimanche, à partir de 14 h. 45, terrain municipal, jeux divers et variés pour les enfants des écoles, défilé et concert par le Réveil Bromontois.

En soirée, sous parquet-salon, bal à papa organisé par les parents d’élèves, avec un orchestre musette.

Fête et attractions foraines.

La Montagne – 8 BIB 2 – 07/06/1979

 

Après le tournoi de sixte – Dimanche 27 mai a eu lieu le traditionnel tournoi de sixte annuel de la Jeunesse Sportive ; malgré la concurrence de très nombreux tournois dans la région, il a connu un assez grand succès.

Une vingtaine d’équipes étaient engagées. Voici les résultats :

La finale de la coupe de consolation a été remportée par Menat (2 à 1) contre Charensat.

Quant à la finale du tournoi, elle mettait aux prises l’équipe de Biollet, renforcée, à la jeune équipe locale. Biollet l’emportait (3 à 1) sur Saint-Priest, mais la révélation du tournoi a été la brillante équipe de Comps qui ne s’inclina que d’extrême justesse en demi-finales.

La Montagne – 8 BIB 2 – 02/06/1979

 

Repost 0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 08:41

L’église en danger :

On nous écrit : « La commune de Saint-Priest-des-Champs possède une église antique, d’une certaine valeur architecturale. Mais il importe, si l’on veut la conserver, d’y faire au plus tôt des réparations. Le clocher, en effet, menace ruines ; les cloches ne tiennent presque plus sur les bois qui les supportent, et, par mesure de prudence, on doit se contenter de tinter la petite cloche. Si l’on sonnait à toute volée, il est à craindre que les cloches tombent sur la voûte et la fassent céder.

De plus, on a muni l’église d’une horloge électrique à deux cadrans ; l’un des cadrans n’a plus d’aiguilles depuis longtemps, ce qui n’a d’ailleurs pas d’importance, puisque l’horloge ne marche pas. La municipalité a chargé, pendant trois années successives, un horloger de son entretien. Elle a marché pendant quelques jours après la visite de l’homme de l’art, puis elle s’est arrêtée de nouveau. Quand se décidera-t-on à la réparer ?

La commune de Saint-Priest-des-Champs est importante et n’est pas tellement pauvre qu’elle ne puisse subvenir à l’entretien de son église. »

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/36 – Journal du 29/03/1916.

 

Accident :

Lundi dernier, 17 avril, vers six heures du matin, M. jean pailloux, un vieillard de 80 ans, habitant le village du Bladeix, commune de Saint-Priest-des-Champs, conduisait à pied, sur la route, un veau que devait lui amener, à la foire de Saint-Gervais, dite des Rameaux, M. Rougier, coquetier.

Arrivé au lieu-dit « le Pargeadier », le veau s’emballa et renversa M. pailloux.

Celui-ci, dans sa chute, se fractura le crâne. La mort fut instantanée.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/36  – Journal du 19/04/1916.

 

Soldats voleurs arrêtés :

Lundi, 29 mai, vers midi, deux soldats, venant à bicyclette de la direction de Pontaumur, s’arrêtèrent au village de Miliazet, commune de Miremont, chez une vieille femme vivant seule, pour lui demander de l’huile pour leurs machines.

Celle-ci s’empressa de donner satisfaction aux deux militaires et de mettre à leur disposition « sa burette ». Cependant, devant l’obligeance de la brave femme, les bicyclistes se montrèrent plus exigeants et réclamèrent à boire. Celle-ci, encore, s’empressa de leur offrir du lait et, pendant qu’elle le cherchait dans une pièce voisine, les militaires mirent à profit ce temps pour fracturer l’armoire et s’emparer de 290 francs qui s’y trouvaient. Ils prirent ensuite la route de Saint-Priest pour aller déjeuner au restaurant Martin.

De là, les deux soldats se rendirent au village de Fauveille et, chez M. Masson, propriétaire de l’hôtel du Roulage, les deux peu intéressants personnages firent main-basse sur un portemonnaie contenant la somme de 280 francs.

Plainte ayant été portée contre les voleurs par leurs victimes, les brigades de gendarmerie de Pontaumur et de Saint-Gervais se mirent à la poursuite de ceux-ci. L’un fut découvert au hameau du Puy-du-Prat. Après une véritable chasse à l’homme dans les prés, il fut arrêté. Il se trouvait porteur d’une somme de 500 francs, dont il ne put indiquer la provenance.

Quant à l’autre soldat, il ne put être arrêté que le lendemain, au lieu-dit les Barsses, par le soldat Jean Grand, en permission de six jours dans sa famille. Aidé de M. Phelut, propriétaire, il le conduisit à la mairie de Saint-Priest-des-Champs, où la gendarmerie de Saint-Gervais est ensuite venue le prendre.

Le premier soldat arrêté se nomme Chavaut. Le second est un nommé Chevet. Ils seraient l’un et l’autre de la classe 1917 et appartiendraient au 110e de ligne, en garnison à Bergerac, et auraient déserté depuis le 22 mai, en se rendant au camp de la Courtine.

Les deux bicyclettes dont se servaient les déserteurs ont été retrouvées abandonnées par les voleurs dans un champ, près de la gare de Saint-Gervais. Ces bicyclettes avaient également étaient volées par ces individus à Bergerac (Dordogne).

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/36 – Journal du 02/06/1916.

 

Repost 0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 09:20

Le soldat Joseph Dubreuil.

Dimanche dernier, une touchante cérémonie a eu lieu à la mairie de Saint-Priest-des-Champs, qui était ornée de drapeaux. Le lieutenant de gendarmerie de Saint-Gervais a remis la Médaille militaire et la Croix de guerre au soldat Joseph Dubreuil de la classe 1915, incorporé au 322e de ligne, grièvement blessé à l’épaule gauche, à la bataille de Beauséjour.

Aussitôt que cette décoration eût été épinglée sur la poitrine de Joseph Dubreuil, deux jeunes enfants de Saint-Priest, le jeune Mousselon et Mlle Elisabeth Dubreuil, lui récitèrent un joli compliment et lui offrirent deux beaux bouquets. Un autre bouquet lui fut offert par Mlle Morin.

Il y avait 300 personnes à cette cérémonie.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/37 – Journal du 07/07/1916.

 

Les braconniers.

Depuis quelques temps, on croirait que la chasse est ouverte en permanence dans toute la commune.

Avec l’arrivée de la neige, l’ardeur de nos braconniers est stimulée. De toutes parts, on entend des coups de feu.

Pendant que nos braves poilus défendent la patrie, ne pourrait-on pas faire savoir aux braconniers que le moment est mal choisi pour accomplir leurs exploits cynégétiques.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/37 – Journal du 07/12/1916.

 

Les Braconniers.

Ils sont légion, les braconniers, et haut placés. Ce sont des personnages huppés, comme ce suppléant de la justice de paix du canton de Pontgibaud, que la cour d’appel de Riom a condamné, l’autre jour, à 150 francs d’amende.

Nous avons dit que, dans la commune de Saint-Priest-des-Champs, on était surpris d’entendre presque tous les jours des coups de fusil. Voici ce que nous écrit au sujet de ces délits de chasse :

Dans votre chronique locale d’aujourd’hui, vous parlez des braconniers, qui dans la commune de Saint-Priest-des-Champs, se livrent couramment à la chasse. Le fait est parfaitement exact, et il ne l’est pas seulement pour Saint-Priest, mais pour toutes les communes du canton et celles des cantons voisins.

Et comment en serait-il autrement ? L’exemple vient de haut, et Messieurs les braconniers auraient bien tort de se gêner lorsqu’ils voient nos gros personnages chasser au vu et au su des gendarmes qui n’osent rien leur dire.

Dans votre numéro d’aujourd’hui, vous relatez l’incident Andraud, et vous vous demandez s’il va rester suppléant du juge de paix. Il y a même des chances pour qu’il ait de l’avancement.

Il y a mieux, d’ailleurs, dans le monde judiciaire, dans lequel M. Andraud n’est qu’un petit comparse peu rétribué. Je précise :

M. Emmanuel M…, juge de paix à M…, donne l’exemple le plus complet du désordre dans lequel nous vivons et dont nous périrons si on n’y porte remède. En bon socialiste, ami et porte-parole du député, tout lui est permis. Il chasse régulièrement trois à quatre jours par semaine, très ostensiblement, et ne se contente même pas de s’ébattre dans son fief de M…

M. M… se déplace avec force chiens courants et comparses et vient à Saint-Gervais exercer ses exploits cynégétiques et donner l’exemple lui, juge de paix, de la désobéissance aux lois.

Pour la deuxième fois en quinze jours, il est venu, le 22 novembre 1916, chasser au chien courant au viaduc des Fades (Rive gauche de la Sioule), accompagné d’un médecin…

Toute la journée, ces deux messieurs ont chassé, sans même chercher à se cacher, et ils ont été vus par plus de 50 personnes. Mais comme les chiens faisaient trop de bruit, le scandale a éclaté. Les paysans de la rive droite (Canton de Manzat), qui ne connaissent pas le citoyen M.., sont venus le trouver et l'ont insulté de belle façon, ainsi que son compagnon. Cela ne les a aucunement dérangés, et ils ont terminé leur soirée par un bon diner chez..

En présence de ces faits, il n’y aura rien d’étonnant à ce qu’il y ait une recrudescence de braconnage. Pourquoi ne chasserions-nous pas, diront avec raison les braconniers, puisque les juges de paix chassent. Certainement la chasse doit-être permise.

Vous pourrez faire, Monsieur le Directeur, tel usage que vous voudrez des renseignements que je vous donne. Ils sont rigoureusement exacts.

La loyauté nous fait un devoir d’ajouter que ce n’est pas la censure qui a supprimé les noms propres dans cette lettre. C’est nous-même qui avons cru inutile de nommer ce braconnier huppé. Mais nous espérons que M. le Procureur général n’aura pas de peine à le deviner et à sévir. Il n’est pas admissible que, tandis que nos enfants souffrent du froid et aussi de la faim dans les tranchées, sans compter les marmites et les balles, des fonctionnaires bien rétribués et leurs amis puissent se livrer au plaisir de la chasse et impunément violer la loi.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/37 – Journal du 09/12/1916.

 

Rixe.

Ces jours derniers, le nommé Douzot Marius se rendit chez M. Denis, horloger, pour réclamer sa montre, qu’il lui avait donnée à réparer. Cette réparation n’ayant pas eu lieu ; pour une raison ou pour une autre, Douzot prit mal la chose et les deux hommes, après discussion, en vinrent aux coups.

Douzot renversa l’horloger, qui eut une jambe brisée ; puis, non content de son bel exploit, il se mit en devoir de casser les vitres de la devanture.

Le docteur Meunier, appelé en toute hâte, vint donner ses soins à M. Denis et jugea utile de le faire transporter à l’Hôtel-Dieu, à Clermont.

Quant à Douzot, arrêté, il a été retenu à la disposition de la justice.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/37 – Journal du 18/12/1916.

 

Repost 0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 09:40

La classe 1916.

Voici la liste des conscrits de la classe 1916 de la commune de Saint-Priest-des-Champs :

Molle François, de Chez-Doucet ; Aupetit Pierre, du Vernadel ; Saby François, de Laroche ; Mazeron Pierre, de Mazeron ; Dubreuil Alexandre, de Sous-le-Bois ; Masson François, de Beaufessoux-le-Petit ; Dumont Francisque, de Jouhet ; Teauveront Abel, de Lamothe ; Chambon Antoine, du Vernadel.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/33 – Journal du 27/12/1914.

 

Des offices solennels ont été célébrés dans l’église de Saint-Priest-des-Champs, pour les trois soldats suivants :

François Barge, soldat du 305e, décédé à l’hôpital de Ricquebourg ;

Jean-Baptiste Dufal, soldat au 105;

Félix Arbitre, caporal au 16e d’infanterie, décédé le 28 novembre.

Une nombreuse assistance, dans laquelle la plupart des conseillers municipaux et tous les notables de la localité, a tenu à témoigner sa vive sympathie aux familles de ces victimes de la guerre, en venant assister aux offices.

L’église, par les soins de la municipalité, avait été décorée de drapeaux tricolores, et tous les assistants ont écouté avec émotion les paroles prononcées par M. le curé de la paroisse.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/33 – Journal du 28/12/1914.

 

La classe 1915.

Voici les noms des soldats de la classe 1915 :

Verniol, Taytard, Valenchon, à Béziers ; Dufal, Deschamps, Dubreuil, à Rodez ; Gillet et Faure, à Mende ; Moureuil et Mazeron, à Roanne ; Léon Goursonnet, à Tulle ; Julien Roudier, à Clermont.

Ces jeunes soldats, avant de partir, ont tenu à se rendre à l’église et à la cure pour remplir leurs devoirs de chrétiens.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/33 – Journal du 28/12/1914.

 

La collecte organisée par la municipalité et faite par Mme Marchand, institutrice adjointe et deux autres dames, a produit la belle somme de 782 f r.

Une grande quantité de linge, destiné à nos hôpitaux temporaires, a été également recueillie.

L’argent vient d’être adressé, par les soins de M. le receveur municipal, à Mme la présidente de la Croix-Rouge.

Une nouvelle quête est organisée dans cette commune ; elle permet aussi d’être fructueuse.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/33 – Journal du 14/09/1914.

 

Repost 0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 14:52

 

Fête des classes 1918 et 1919.

Dimanche, 17 avril, les jeunes gens des classes 18 et 19 avaient organisé une petite fête à l’occasion de leur retour. Malgré le mauvais temps, elle a eu un plein succès.

Après un défilé dans les rues, à une heure, ils se sont réunis à l’hôtel veuve Petit, en un banquet d’une trentaine de couverts, dont le menu était copieux et les vins exquis.

Pour clôturer la fête, les démobilisés se sont rendus au café Marcheix-Perol, où a eu lieu un bal qui s’est terminé fort tard dans la nuit.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/81– Journal du 21/04/1921.

 

La toussaint.

Un cortège s’est rendu, mardi, au cimetière, où des couronnes ont été placées sur la tombe des enfants de la commune tombés au champ d’honneur. En tête du cortège marchait M. le curé Viple, un mutilé portait le drapeau de la commune, cravaté de deuil ; cinq belles couronnes, offertes par la municipalité, étaient portées par d’anciens poilus ; M. le Maire, le Conseil municipal, les mutilés, les Anciens Combattants, les Prévoyants de l’Avenir venaient ensuite, suivis par la foule des habitants de la commune.

Au cimetière, M. le Maire prononça un émouvant discours.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/47– Journal du 03/11/1921.

 

Départ.

Les habitants de Saint-Priest-des-Champs ont appris avec peine la décision de M. l’abbé Viple, leur curé, de se retirer à Châteauneuf-les-Bains, d’où il est originaire. M. l’abbé Viple a dû se résigner à prendre cette détermination en raison de son état de santé. Il sera unanimement regretté de ses paroissiens, pour sa bonté et son inépuisable générosité.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/47– Journal du 04/11/1921.

 

Installation du nouveau curé.

Dimanche 20, M. le curé doyen de Saint-Gervais présidait la cérémonie d’installation du nouveau curé, M. l’abbé Mezonier.

Les nombreux fidèles qui assistaient à la messe de dix heures furent très vivement impressionnés par les discours prononcés au cours de la cérémonie et firent le meilleur accueil à leur nouveau curé.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/47– Journal du 24/11/1921.

 

Remise d’un drapeau aux Anciens Combattants.

Dimanche, 27 novembre, à 10 heures du matin, a eu lieu, à l’église de Saint-Priest-des-Champs, un office pour les enfants de la commune tombés au champ d’honneur, et la bénédiction d’un drapeau offert par les jeunes filles de la commune. L’office a été célébré par M. l’abbé Mezonier, curé de la paroisse et ancien poilu. Après l’office, on est allé devant le monument élevé sur la grande place.

Devant le monument, Mlle Giraud, en remettant le drapeau à M. Nénot, mutilé de la guerre, a prononcé cette belle allocution :

            « Quand, au mois d’août 1914, la Patrie en danger a fait appel à ses enfants, vous lui avez répondu avec tel empressement, que la confiance dans le succès est née de ce jour. En vrais descendants de notre fière race gauloise, vous avez combattu avec un courage inébranlable sur tous les champs de bataille, depuis l’Yser jusqu’à l’Orient, sans repos, dans la boue des tranchées, sous les balles, la mitraille et les terribles gaz. Vous alliez toujours, fiers et joyeux, bannissant la tristesse et la peur, et supportant avec résignation les fatigues, les misères et les privations ; que de danger vous avez couru dans la tourmente de cette longue et horrible guerre. Hélas ! tous ne sont pas rentrés ; bien des mères sont sans soutien, des épouses veuves et des enfants orphelins ; et vous, chers vaillants combattants qui, plus heureux, avez traversé la tempête, permettez-nous d’en exprimer notre joie. Grâce à votre dévouement, votre abnégation et à votre bravoure, vous avez sauvé la France et la civilisation, vous vous êtes couverts de gloire. En témoignage de notre admiration et de notre gratitude, nous vous offrons bien cordialement ce drapeau. Il remplacera les drapeaux, étendards ou pavillons sous lesquels vous avez servi et vous avez acquis le titre de meilleur soldat du monde. Il sera l’emblème de votre union et de notre union à tous ; puisse notre offre vous être agréable. »

Après cette cérémonie, un vin d’honneur a été offert à la mairie par les anciens combattants aux jeunes filles qui leur avaient offert le drapeau.

Un banquet soigné a été servi ensuite à l’hôtel Denis-Rougheol, où assistaient tous les anciens combattants et M. Mezonier, curé de la paroisse, comme ancien combattant.

Un bal très animé a clôturé la fête.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/47– Journal du 01/12/1921.

 

Blessé par un taureau.

Mercredi, 21 décembre, M. Tixier, domestique de ferme chez Mme veuve Béraud, du Bladeix, commune de Saint-Priest, conduisait les bêtes à cornes à l’abreuvoir. Un taureau restant en arrière, M. Tixier voulut le faire avancer d’un coup d’aiguillon, mais la bête, fonçant sur lui le renversa et le piétina. Les voisins réussirent, heureusement, à le dégager.

M. Tixier a une blessure assez profonde à la tête et deux côtes fracturées.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/47– Journal du 27/12/1921.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 14:53

Obsèques :

Le 8 janvier ont eu lieu les obsèques de Mme Rougheole, née Anna Grand, épicière au bourg de Saint-Priest, enlevée à l’affection des siens à l’âge de 74 ans.

Nos condoléances.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/115 – Journal du 10/01/1938.

 

Obsèques :

Le 18 janvier, ont eu lieu les obsèques de Mme Masson, née Angélique Lamadon, de Retaillat, enlevée prématurément à l’affection des siens, à la suite d’une longue maladie, à l’âge de 44 ans.

Nos condoléances.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/115 – Journal du 22/01/1938.

 

Etat-civil de l’année 1937 :

9 naissances, 11 mariages, 35 décès.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/115 – Journal du 27/01/1938.

 

Conférence :

Le capitaine Thomas a fait une conférence sur les différents procédés de multiplication des arbres fruitiers, la plantation, la formation, l’entretien et le nettoyage de ces arbres.

Le conférencier s’attacha, par des exemples concrets, à faire ressortir tous les avantages des fruits dans l’alimentation. Il s’éleva avec force contre l’importation de fruits étrangers en France, disant notamment que dans un pays comme le nôtre, la culture fruitière peut et doit être étendue dans toutes les régions. Il détruisit les vieilles légendes qui ont tendance à faire croire que les arbres fruitiers ne donnent pas de fruits au-delà de 500 mètres d’altitude. Il fit un pressant appel aux jeunes générations en les invitant à ne pas suivre l’exemple de leurs aînés, lesquels, à part quelques rares exceptions, n’ont pas planté d’arbres fruitiers durant une période d’environ 30 ans.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/115 – Journal du 28/02/1938.

 

Certificat d’études primaires :

Les épreuves pour le certificat d’études primaires ont eu lieu à Saint-Gervais-d’Auvergne, le 30 mai.

Voici les résultats pour Saint-Priest-des-Champs :

Ecole publique du bourg : Suzanne Thévenet, Jeanne Nony, Camille Beaufort, Fernand Aupetit.

Ecole mixte de Lamazière : Lucienne Gillet, Marie Phelut, Renée Devernoix.

Ecole mixte du Bladeix : Jeanne Mazeron, Roger Jouhet, Liliane Ribot, Amandine Garachon.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/115 – Journal du 13/06/1938.

Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 15:06

 

Cinéma Familia. – Après l’émouvant drame de la semaine dernière sur la résistance italienne face aux S.S., nous aurons de quoi nous rassasier de rire vendredi 23 octobre à 21 heures avec « les pique-assiettes », un film de Jean Girault, avec le tandem Darry Cowl-Francis Blanche et Béatrice Altariba.

 

Adoration perpétuelle. – En raison de cette fête qui aura lieu à Saint-Priest dimanche 25 octobre, l’horaire des messes, exceptionnellement modifié, sera le suivant : 11 h. grande messe et l’après-midi une deuxième messe à 15h 30.

Entre les deux cérémonies, les paroissiens qui connaissent le sens de cette fête sont invités à venir durant quelques instants monter une garde d’honneur devant le St-Sacrement exposer, de manière à ne jamais le laisser seul.

 

Décès. – Le 20 octobre, de Louis Chabry, de Lamazière, âgé de 72 ans, décédé à la suite d’une courte maladie.

Le défunt, qui avait 22 ans en 1914, fit toute la guerre. Ayant fondé un foyer au retour, il en eut deux enfants dont l’un, le fils, est décédé accidentellement à l’âge de 15 ans, peu avant la guerre de 1939.

Cultivateur averti et aimant son métier, son principe était «couché tôt et levé tôt ». Et l’on sait qu’entre temps il ne paressait pas. Ses journées étaient bien remplies et il était toujours en avance dans son travail.

Nos sincères condoléances à son épouse, à ses enfants et petits-enfants.

 

Un peu de généalogie du défunt :

Né le 11 Janvier 1892, à Lamazière, commune de Saint-Priest-des-Champs, cultivateur et maçon. Marié à Saint-Priest, le 1er juin 1919, avec Marie Virginie PHELUT. Décédé à Saint-Priest, le 20 octobre 1964. Fils de Annet CHABRY, né à  Saint-Georges-de-Mons, Le Courteix, le 4 mars 1869 et de Marie Philomène ROUCHON, née à  Saint-Priest, Lamazière, le 2 février 1869, Mariés à Saint-Priest le 15 février 1891, cultivateurs à Lamazière.

 

Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 18:52

Le feu.

Samedi, 20 courant, vers 10 heures du matin, le feu s’est déclaré, sur les côtes de la Sioule, dans les landes recouvertes de ronces et de genévriers. Une douzaine d’hectares ont été consumés. Le feu s’est étendu également à des haies clôturant des prairies où des arbres de haute futaie ont été détruits, et à la vallée du Chalamont, où une quinzaine d’hectares de genêts, de ronces et de fougères ont été brulés. Des champs de seigle, qui se trouvaient à proximité, ont pu être préservés.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/41– Journal du 23/07/1918.

 

Incendie.

Mercredi, 13 courant, vers deux heures du matin, un incendie s’est déclaré au village de Visignol, commune de Saint-Priest-des-Champs, dans un immeuble appartenant à M. Chaffraix.

Les bâtiments étant couverts en chaume, en peu de temps l’incendie a pris de rapides proportions. Cependant, après avoir brûlé la charpente de la maison d’habitation, le feu n’a pu pénétrer dans une partie de l’immeuble, grâce à l’épaisseur d’une cloison en ciment et en terre glaise, qui a résisté.

Les pertes, néanmoins, sont importantes, attendu que la plupart des récoltes étaient engrangées, et s’élèveraient à 8.000 francs environ.

Les causes du sinistre sont inconnues.

M. Chaffraix est au front depuis le début de la campagne.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/41– Journal du 17/08/1918.

 

Les sangliers.

On signale la présence de nombreux sangliers dans la commune de Saint-Priest-des-Champs. Les villages du Cluzel et de Retaillat sont particulièrement éprouvés. Les champs de pommes de terre et de sarrasin sont chaque jour dévastés par ces animaux.

On réclame une battue.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/41– Journal du 11/10/1918.

 

La grippe.

On nous écrit : « Depuis une huitaine de jours, l’épidémie de grippe sévit durement sur la commune de Saint-Priest-des-Champs. Le bourg est tout particulièrement affecté ; la moitié des habitants sont alités.

Des mesures de protection rigoureuses s’imposent, d’autant qu’il n’y a plus de médecin dans la commune. Le regretté docteur Baisle n’a pas eu de remplaçant. Il semble pourtant qu’une commune de 1.800 habitants devrait avoir un service médical. Nos bonnes sœurs font des prodiges pour soigner les malades ; mais leur dévouement ne peut suffire à la tâche.

Archives Départementales – L’Avenir du Puy-de-Dôme – 5 BIB 4/41– Journal du 22/10/1918.

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">