Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 09:38

La-Croisette.jpg

 

Vous pouvez la revoir dans l'album "Cartes postales"

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 11:34

Orage de grêle

Un violent orage de grêle s’est abattu sur la commune en fin de matinée.

Certains villages ont vus leurs récoltes saccagées, détruites à 100%.

Les chemins ont également subis de gros dégâts.

 

Ouverture de la saison de football

C’est dimanche prochain 29 août qu’aura lieu l’ouverture de la saison de football de la Jeunesse Sportive avec, à partir de 14h. 30, au terrain de sports, un grand tournois quadrangulaire qui mettra aux prises les équipes de Biollet (première division), Chapdes-Beaufort (première division), Charensat (deuxième division) et Saint-Priest-des-Champs (deuxième division).

Ce tournoi sera doté de deux coupes et de nombreux lots.

 

La réunion du Conseil municipal du 25 juillet

 

Travaux de réparation au groupe scolaire du bourg.

M. le Président fait connaître aux membres du Conseil le montant du devis des travaux restant à réaliser au groupe scolaire, y compris l’installation du chauffage central. La commission des travaux doit examiner l’état de la toiture et de la charpente au-dessus d’une salle de classe et de la cantine.

Chemin de la Buchaille

MM. Chaffraix et Chalencon demandent l’aménagement du chemin de la Buchaille, débouchant sur la route des Fades ; la commission des travaux doit se rendre sur place pour examiner l’état des lieux.

Remembrement

M. le Maire propose au Conseil municipal de faire une réunion d’information relative aux opérations de remembrement dans la commune.

Postes publics téléphoniques

Il faut poursuivre le programme d’installation de postes publics téléphoniques en tenant compte des priorités (importance du village, éloignement d’un autre poste public).

Adduction d’eau

Par suite d’un retard dans les travaux, la dernière tranche prévue initialement pour le printemps 1971 ne pourra se réaliser dans les meilleures conditions qu’à l’automne 1971. Pour les écarts, un devis chiffré sera porté à la connaissance de la municipalité ; ce devis fera état de la participation communale à la dépense engagée.

 

 

 

Repost 0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 08:48

Certificat d’études primaires

L’examen du certificat d’études a eu lieu le 4 juillet, à l’école de garçons de Saint-Gervais, sous la présidence de M. Vidal, inspecteur primaire. 38 candidats, dont 23 garçons et 15 filles, se sont présentés à l’examen ; 35 ont été définitivement admis.

Saint-Priest – Bourg (Garçons) : Verneret Jean (mention bien), Berrier Raymond, Denis Camille, Verniol Charles.

École mixte du Bladeix : Ribot Yvonne

École mixte de Lamazière : Gillet Jeanne

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/100 – Journal du 07/07/1930.

 

Un cultivateur et sa fillette blessés par une moissonneuse

M. Saby Jean, propriétaire exploitant à La Roche, commune de Saint-Priest-des-Champs, coupait du seigle avec une moissonneuse. La petite fille Jeanne, âgée de sept ans, conduisait l’attelage. L’enfant ayant échappé son sabot, s’attarda pour le reprendre pendant que l’attelage continuait à marcher. La lame coupante atteignit l’enfant et lui fit une profonde blessure à la jambe. Le père, en s’apercevant du danger de son enfant, s’élança pour enlever l’enfant et fut lui-même légèrement blessé au mollet.

Le docteur Francoz, appelé de suite, a ordonné le transport immédiat de l’enfant dans une clinique de Clermont.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/100 – Journal du 02/08/1930.

 

Pigeon voyageur

Dans la matinée du lundi 25 août, Mme veuve Perol, du village de Perol, a trouvé dans un champ le cadavre déchiqueté d’un pigeon voyageur ayant une bague à chaque patte plus un anneau en caoutchouc portant, gravé en relief, une bague gravée : 131.195 France 30 N… ; l’autre bague gravée : Messager Brive 131 ; l’anneau en caoutchouc : 608 Z.

Mme veuve Perol tient à la disposition de son propriétaire les deux bagues et l’anneau, ainsi que le cadavre du gallinacé mort victime dans sa mission.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/100 – Journal du 28/08/1930.

 

Programme de la fête du 5 octobre

A partir de 14 heures : Course en sacs, course à la valise, concours de buveurs, de fumeurs, de la soupe chaude, mât de Cocagne, course à pied de 1.500 mètres, jeux de polochons, des pots, départ d’une montgolfière.

A 15 heures : Grande course cycliste. Itinéraire : Saint-Priest, Saint-Gervais, Gouttières (c. v.), Espinasse (c. v.), Biollet, Saint-Priest (contrôle fixe), Les Fades, Les Ancizes, Le Pont-du-Bouchet, Saint-Priest. 70 kilomètres, 300 francs de prix.

A 16 heures : Arrivée du char de la reine et de ses demoiselles d’honneur.

A 20 heures : Grand feu d’artifice.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/100 – Journal du 03/10/1930.

 

Incendie

Jeudi soir, à 21 heures, le feu a éclaté au village de Couladèze, dans l’immeuble de M. Fournon. En quelques instants, le toit de chaume a été embrasé et l’immeuble transformé en un immense brasier.

Grâce à un « terré » au-dessus de la maison, le feu ne s’est pas communiqué à l’intérieur, mais la grange, avec toutes les récoltes de l’année, a été la proie des flammes.

Tous les habitants du bourg et des hameaux voisins sont venus apporter leur aide et durant toute la nuit ont aidé à noyer les décombres. C’est une perte considérable pour M. Fournon, qui n’est couvert par une assurance que pour une faible partie.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/100 – Journal du 19/10/1930.

 

Journée des victimes de la mer

Le 30 novembre, les enfants des écoles ont fait, au bourg et dans les hameaux, une quête au profit des familles victimes de la tempête du 18 au 20 septembre. Cette quête a produit une somme de 290 francs qui a été déposée à la perception.

Enquête commodo et incommodo

 Une enquête de commodo et incommodo est ouverte au sujet de la reconnaissance d’un chemin rural entre les hameaux de Perol et de Lacost. Une autre enquête est également ouverte au sujet de la location au Syndicat agricole, pour une période de 99 ans, d’une parcelle de terrain communal appartenant à la section du bourg. Cette parcelle doit servir à construire un hangar.

Les réclamations seront reçues à la mairie, dimanche 7 décembre, de 8 à 11 heures.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/100 – Journal du 04/12/1930.

 

Acte de probité

Lundi dernier, jour de foire à Saint-Priest, M. Perrin, négociant à Saint-Eloy, avait oublié un colis de lainage d’une certaine valeur.

Le mercredi, il s’aperçu que ce colis lui manquait et pensant qu’il l’avait laissé à la foire de Saint-Priest, il téléphona et fut heureux d’apprendre que M. Espérat, receveur des postes avait trouvé le colis et s’était empressé de le faire savoir.

Nos félicitations à M. Espérat pour cet acte de probité.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/100 – Journal du 21/12/1930.

 

Réunion des anciens combattants

Les membres de l’Union des mutilés, réformés et anciens combattants de Saint-Priest-des-Champs, se sont réunis dimanche dernier, à la mairie, en assemblée générale, au nombre de 80.

Après approbation du compte-rendu moral et financier, MM. Arbitre Jean, président ; Démoulin Jean, trésorier, et Caillot A., secrétaire, ont été réélus à l’unanimité. L’assemblée a émis divers vœux concernant les pensions militaires.

A l’issue de la réunion, la médaille militaire a été remise à M. Amblard François, de Beaufessoux, et à M. Perol Jean-Marie, de Laval, décorés, pour leur brillante conduite durant la guerre.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/100 – Journal du 24/12/1930.

 

Repost 0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 17:00

Assemblée générale de l’Union des mutilés, réformés et anciens combattants.

Les mutilés, réformés et anciens combattants de Saint-Priest-des-Champs se sont réunis en assemblée générale, à la mairie, le 5 janvier 1930, sous la présidence de M. Arbitre, président de la Section. Le président a rendu compte de l’activité de la société durant l’année 1929 ; il a constaté une augmentation notable du nombre des adhérents ; il a fait un appel pressant pour que tous les anciens combattants se fassent inscrire. Le trésorier a indiqué la situation de la caisse de la Société, et les comptes ont été approuvés. A l’unanimité les membres du bureau ont été élus :

Président, M. Arbitre Jean ; vice-président, M. Nénot Félix ; trésorier, M. Démoulin Jean ; secrétaire, M. Caillot Auguste ; membres du bureau, MM. Buvat Henri, Pailloux Alexis, Percher Jean, Pailloux Xavier, Martin Pierre, Perol Justin.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99 – Journal du 17/01/1930.

 

Une belle chasse.

Il y a quelques jours, M. Chaput Etienne, buraliste à Saint-Priest, et le garde forestier de la Croisette se rendirent dans les côtes du Chalamont pour chasser le blaireau. Ils réussirent à capturer quatre blaireaux adultes, mais ne s’en tirèrent pas sans de nombreuses égratignures et écorchures et leurs chiens furent quelques peu mis à mal.

Nos félicitations aux hardis Nemrods.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99– Journal du 29/01/1930.

 

Obsèques.

Mercredi, 26 février, ont eu lieu les obsèques de Amable Chaffraix, garde-champêtre de Saint-Priest-des-Champs. Une foule nombreuse a accompagné à sa dernière demeure ce fidèle défenseur de l’ordre. Au cimetière, M. Nénot, maire, a rappelé en termes émus la longue carrière toute de droiture et de dévouement du disparu. Le défunt exerçait ses fonctions depuis 1889. Il était titulaire depuis de longues années de la médaille d’honneur de la police municipale. Condoléances à sa famille.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99– Journal du 01/03/1930.

 

Garde-champêtre.

Par arrêté en date du 16 mars, M. Verniol Marcel, du bourg de Saint-Priest-des-Champs, a été nommé garde-champêtre de la commune en remplacement de M. Chaffraix Amable, décédé.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99– Journal du 23/03/1930.

 

Conseil municipal.

Le conseil municipal dans sa séance du 16 mars a demandé la création d’un débit de tabac au hameau des Chaussades. Il y a à espérer que l’administration des contributions indirectes accueillera favorablement cette demande, qui donnerait satisfaction à toute une partie de la population de la commune.

Dans la même séance, le conseil municipal a voté une somme de 500 francs pour les sinistrés des inondations du Sud-Ouest.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99– Journal du 23/03/1930.

 

Trompé par l’obscurité un vieillard se noie.

Saint-Gervais, le 27 mars. Tombé en enfance, M. Antoine B., 78 ans, propriétaire à Saint-Priest-des-Champs, était l’objet de surveillance de sa famille. Il disparut pourtant dans la journée de lundi et on le recherchait vainement. On de devait, hélas, plus le revoir vivant ; en effet, ce ne fut qu’un cadavre que l’on retrouva, près de Parrot, dans le ruisseau le Chalamont. Le pauvre vieillard, selon toute vraisemblance, tomba à l’eau accidentellement, trompé sans doute par la nuit.

Le docteur Francoz, mandé de Saint-Gervais pour procéder aux constatations légales, a délivré le permis d’inhumer.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99– Journal du 28/03/1930.

 

Succès scolaire.

Le jeune clément Martin, élève de l’école publique de Saint-Priest, vient de subir avec succès les épreuves du concours des bourses nationales (2e série). Toutes nos félicitations.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99– Journal du 20/04/1930.

 

En déchargeant des poteaux électriques un ouvrier est gravement blessé.

Saint-Gervais-d’Auvergne, le 19 mai. Une équipe d’ouvriers appartenant à l’entreprise Abavid, de Saint-Priest-des-Champs, chargée du transport des poteaux pour les lignes électriques du secteur d’Espinasse, était occupée à décharger des poteaux en ciment armé sur la route de Biollet à Espinasse.

En exécutant ce travail, l’un des ouvriers, Martin Théophile, de Saint-Priest-des-Champs, a été projeté à plusieurs mètres de hauteur. Il est retombé sur des poteaux déposés près de là, et a été relevé par M. Villebonnet, surveillant des travaux, qui l’a transporté à Saint-Priest-des-Champs.

Le docteur Piollet, mandé d’urgence a réduit la fracture de la jambe et pansé les plaies et contusions multiples du blessé. Celui-ci en sera quitte pour un long repos.

Nous lui adressons nos vœux de prompte et complète guérison.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99– Journal du 20/05/1930.

 

Incendie.

Dans la nuit du 22 juin, un incendie a éclaté au hameau de Villemaine, détruisant les immeubles appartenant à M. Maignol Alexis.

A minuit, une voisine ayant aperçu les flammes, a donné l’alarme. En quelques instants, le toit en chaume était embrasé, ne permettant pas de sauver les instruments agricoles déposés dans la grange. Le rôle des sauveteurs s’est borné à protéger les bâtiments voisins. Grâce à un terré épais, le feu n’a pas pénétré à l’intérieur de la maison d’habitation, mais le toit a été détruit.

C’est une très grosse perte pour M. Maignol qui n’est que partiellement assuré à une mutuelle-incendie. La gendarmerie a fait une enquête.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/99– Journal du 25/06/1930.

 

 

 

Repost 0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 09:24

Le doryphore est apparu en France en 1922, il y était arrivé sans doute vers la fin de la guerre, introduit accidentellement avec une marchandise quelconque, depuis le Canada ou les Etats-Unis, seuls pays du monde où il existait à cette date.

De deux premiers points touchés à l’origine, l’un en Gironde, l’autre en Haute-Vienne, il a, grâce à sa puissance de multiplication (certaines femelles pondent plus de 2.000 œufs pendant la saison) et grâce à sa faculté de voler, gagné des champs après des champs, distribuant l’aire de ses ravages sur un nombre de département de plus en plus grand (7 en 1925, 9 en 1927, 14 en 1929, 30 en 1931). Il était, en cette dernière année, largement répandu sur huit et il éparpillait beaucoup de petits foyers en dehors jusque dans la Mayenne et la Sarthe, le Loiret et le Cher, le Puy-de-Dôme et l’Aveyron.

 

Lutte contre le doryphore – La commune de Saint-Gervais fait partie de la zone de protection contre les progrès du doryphore. Il importe que tous les cultivateurs prennent les plus grandes précautions pour empêcher la propagation de cet insecte qui se multiplie avec une grande rapidité et devient un véritable fléau.

Des leçons très détaillées ont été faites aux élèves des écoles sur les mœurs du doryphore, ses métamorphoses, son genre de vie ; des cartes coloriées représentant les œufs, la larve, la nymphe et l’insecte parfait ont été distribuées. Il sera donc facile de découvrir, le cas échéant, la présence du destructeur de la pomme de terre et de le signaler aussitôt au maire ou au directeur de l’école. Le directeur des services agricoles, prévenu, enverra sur les lieux les agents préposés à la lutte contre le doryphore, qui procéderont à l’extinction du foyer découvert.

 

Espinasse – Le doryphore a fait son apparition dans la commune. Deux foyers ont été découverts et aussitôt traités. Tous les cultivateurs sont alertés et surveillent attentivement leurs récoltes

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/108 –Journal du 12/07/1934.

 

Saint-Gervais – Le doryphore a fait son apparition : M. Faure Etienne, des Sagnes et plusieurs propriétaires de Mayet ont découvert, dans leurs champs respectifs, des laves en assez grand nombre. La mairie, prévenue, prend toutes mesures prophylactiques en vue de circonscrire les foyers constatés.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/108 –Journal du 09/07/1934.

 

Charensat – Le doryphore dans notre région. Mercredi, 11 juillet, alors qu’il traversait son champ de pommes de terre, M. Camille Béraud, cultivateur au village de Puy-Cherol, a découvert deux plants de pommes de terre atteints du doryphore, les larves en grand nombre sur les feuilles faisaient preuve d’une grande activité à les ronger. L’un des plants plus gravement atteint était complètement dévoré et seules les nervures subsistaient.

Plusieurs foyers ont été déjà signalé dans la région, et il importe pour nos braves cultivateurs de surveiller attentivement leurs champs de pommes de terre, sans quoi le progrès rapide de ce fléau rendrait impossible la culture de la pomme de terre, qui est une des ressources principale de la terre ingrate de notre région.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/108 –Journal du 16/07/1934.

 

 

Saint-Priest-des-Champs – Le doryphore a fait son apparition dans la commune. Plusieurs foyers ont été signalés.

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/108 –Journal du 01/08/1934.

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 14:35

Le cimetière occupait la parcelle 568

Le nouveau cimetière a été livré à la commune, le 21 mars 1864.

Voir précédent article en cliquant ICI

 

Saint Priest 3

Repost 0
Published by jacot63 - dans Passé simple
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 22:34

 

Un petit moment de détente.


Une visite de la France à la rencontre  de ses beaux villages

 

Collonges-la-Rouge_place.JPG

 

Cliquez ICI

Repost 0
Published by jacot63 - dans Actualités
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 08:10

Reprise de l'article du 18 octobre 2010.

Ils ont participé, avec le ou les régiments auxquels ils appartenaient, à la guerre de 14-18.

Vu leur âge, ils étaient souvent mobilisés dans les régiments de réserve ou des territoriaux. Ils n'ont certainement jamais vu le front, mais ont tout fait de "l'intérieur" pour le nécessaire de ceux qui se battaient. Ils ont été rapidement détachés pour l'agriculture et l'industrie qui manquaient de main-d'oeuvre. A 40 ans, ils méritent une page.

 

Ils sont au monument de Saint-Priest:


 

BERAUD Jean-Baptiste, né le 31 octobre 1874, au Bladeix, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Jean et de Françoise GRANDSAIGNE, domiciliés à Miremont. Marié à Anne Julie LUBIERE, domiciliée à Saint-Priest, le 27 janvier 1907, à Miremont.

Canonnier-conducteur. Classe 1894. Matricule 2053 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 4 août 1914, pour la conduite des chevaux de réquisition. Incorporé, le 5 août 1914, au 53eRégiment d’Artillerie de Clermont-Ferrand, sous le matricule 980.

Décédé à l’hôpital temporaire N° 64 d’Issoire (63), le 30 octobre 1914.

L’acte de décès du 30 octobre 1914, dressé à Issoire, a été transcrit à Saint-Priest-des-Champs, le 1ernovembre 1914.

 

Voir sa Fiche 

 

RANCE Antoine Eugène, né le 25 janvier 1874, au Bourg, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Pierre et de Marie POUGHEON, cultivateurs au Bourg. Marié, à Saint-Priest des Champs le 16 avril 1899, à Marie CLUZEL.

Soldat. Mobilisé, le 4 août 1914, pour la conduite des chevaux de réquisition (12/122). Retour dans ses foyers, le 21 septembre 1914. Incorporé, le 17 janvier 1915, au 16eRégiment d’Artillerie de Campagne.

Renvoyé dans ses foyers, le 9 mars 1915, comme père de 6 enfants.

Décédé de maladie, le 29 février 1916, à Saint-Priest-des-Champs.

 

Il est au monument d'Espinasse :

 

PEROL Jean-Marie, né le 3 mai 1874, au Bourg, commune de Saint-Priest-des-Champs, instituteur à Espinasse. Fils de Jacques et Antonine DUFAL, cultivateurs à Espinasse.

Soldat. Matricule 2069 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 6 août 1914, au 16eRégiment d’Artillerie.

Décédé, le 24 mars 1915, en congé de convalescence à Lyon (69).


 

***********************************

 

BARSSE Jean, né le 19 décembre 1874, aux Chaussades, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Michel et de Jeanne PERRIN, cultivateurs aux Chaussades.

Caporal, le 23 septembre 1896, Sergent, le 19 septembre 1897, Adjudant, le 20 juin 1916. Classe 1894. Matricule 2071 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 10 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 48e R.I.T., le 1er avril 1917, passé au 87e R.I.T., le 20 août 1917, passé au 106e R.I.T., le 16 septembre 1917.

Contre l’Allemagne, du 9 août 1914 au 29 novembre 1918.

 

BASSET Félix Mathieu, né le 1er juin 1874, au Pradeix, commune de Saint-Priest-des-Champs. Décédé à Sauret-Besserve, le 26 juillet 1946. Fils de François et de Louise THUEL, cultivateurs au Pradeix.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2034 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 18 mars 1915, au Groupe Territorial du 16e Régiment d’Artillerie. Renvoyé, le 31 mars 1915. Mobilisé, le 25 octobre 1915, aux Services Auxiliaires de la 13e Section des Commis et Ouvriers Militaires, passé au 92e Régiment d’Infanterie, le 10 décembre 1915, passé au 6e Régiment du Génie, le 8 août 1916.

Mis en sursis d’appel, du 11 janvier 1918 au 28 février 1919, à la Compagnie du Gaz de Clermont-Ferrand.

Contre l’Allemagne, du 18 au 31 mars 1915 et du 25 octobre 1915 au 10 janvier 1918.

 

BASTERRE Antoine, né le 26 août 1874, à Boscavert, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Marien et de Gilberte CHAFFRAIX, cultivateurs à Boscavert.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2079 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 3 août 1914, au Groupe Territorial du 15e Régiment d’Artillerie, passé au 10e Régiment d’Artillerie à pied, le 7 juillet 1915, passé au 40382e R.A.L., le 11 septembre 1915, passé au 83e R.A.L., le 11 décembre 1917.

Contre l’Allemagne, du 3 août 1914 au 3 janvier 1919.

 

BOUDOL Joseph, né le 17 avril 1874, à Lébeaupin, commune de Saint-Priest-des-Champs. Marié à Lyon 9e, le 1er juillet 1902, avec ? Fils de Jean et de Rose MASSON, cultivateurs à Lébeaupin.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2047 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 7 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 98e R.I.T., le 11 novembre 1914, passé à la 14e Section d’Infirmiers Militaires, le 20 mars 1918

Contre l’Allemagne, du 7 août 1914 au 20 janvier 1919.

 

CHANUT Jacques Auguste,né le 16 janvier 1874, à La Carte, commune de Saint-Priest-des-Champs. Marié à Tarare (Rhône), le 18 septembre 1897, avec Philomène DEZISSERT. Fils de Jean, cantonnier, né à Saint-Priest, La Carte, le 20 août 1836, et d’Antoinette PEROL, née à Saint-Priest, le 7 juin 1847, mariés à Saint-Priest, le 9 avril 1870, domiciliés à La Carte.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2088 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 13 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 99e R.I.T., le 30 janvier 1916, passé au 102e R.I.T., le 8 février 1918.

Détaché au titre de la Compagnie électrique de la Loire à Saint-Etienne, le 7 novembre 1917.

Contre l’Allemagne, du 13 août 1914 au 6 novembre 1917.

 

DENIS Pierre Adolphe, né le 1er décembre 1874, au Bourg de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Jean, né à Saint-Priest, Grandsaigne, le 4 décembre 1846, et de Marie Edwige FAVIER, née à Saint-Priest, le 14 mars 1849, mariés à Saint-Priest, Le Crest, le 7 juin 1869, aubergistes au Bourg.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2040 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 17 août 1914, au 21e Bataillon du Génie (Sapeurs télégraphistes), passé au 8e R.G., le 15 août 1915, passé au 5e R.G., le 20 novembre 1917.

Contre l’Allemagne, du 17 août 1914 au 11 mars 1919.

 

DEMOULIN Annet Félix, né le 16 septembre 1874, à Visignol, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Denis, né à Saint-Priest, Visignol, le 29 mai 1827, et de Marie LECUYER, née à Saint-Priest, La Sauvolle, le 27 février 1832, mariés à Saint-Priest, le 8 février 1863, cultivateurs à Visignol.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2091 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 13 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 16e Bataillon de Chasseurs à Pied, le 6 novembre 1914, passé au 4e Bataillon Territorial de Chasseurs à Pied, le 6 novembre 1914, passé à la 14e Section d’Infirmiers Militaires, le 16 janvier 1917, passé au 4e B.C.P., le 1er novembre 1917.

Contre l’Allemagne, du 13 août 1914 au 1er janvier 1919.

 

GILLET Auguste Michel,né le 2 avril 1874, à Perol, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Jean, né à Saint-Priest, Perol, le 1er novembre 1843, et de Claudine BOUDOL, née à Saint-Priest, Perol, le 11 octobre 1850, mariés à Saint-Priest, le 23 février 1873, cultivateurs à Perol.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2066 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 18 mars 1915, au 10e Régiment Territorial d’Artillerie à Pied, passé au 84e Régiment d’Artillerie Lourde, le 1er juillet 1917.

Contre l’Allemagne, du 18 mars 1915 au 5 mai 1919.

 

GILLET Jean Félix Régis, né le 26 février 1874, à Perol, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Pierre, né à Saint-Priest, Perol, le 4 novembre 1840, et de Marie PEROL, née à Saint-Priest, Perol, le 1er avril 1855, mariés à Saint-Priest, le 23 février 1873, cultivateurs à Perol.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2010 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 5 mars 1915, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 100e R.I.T., le 1er avril 1915, passé au 403e R.I., le 4 décembre 1916, passé au 53e R.A., le 10 novembre 1917.

Contre l’Allemagne, du 5 mars 1915 au 14 juin 1917.

Détaché comme agriculteur (catégorie A), le 15 juin 1917.

 

GRANGE Gervais Félix,né le 10 décembre 1874, au Cluzel, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Marien, né à Saint-Priest, Le Cluzel, le 2 octobre 1851, et de Gilberte ROUCHON, née à Saint-Priest, Le Cluzel, 19 janvier 1842, mariés à Saint-Priest, le 19 juin 1870, cultivateurs au Cluzel.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2076 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 13 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 98e R.I.T., le 11 novembre 1914.

Contre l’Allemagne, du 13 août 1914 au 1er janvier 1919.

 

JOUHET Jean, né le 27 octobre 1874, à Carton, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils d’Annet, né à Saint-Priest, Carton, le 11 juillet 1847, et d’Anne GILBERT, née à Saint-Priest, Chez-Dousset, le 27 novembre 1849, mariés à Saint-Priest, le 25 janvier 1874, cultivateurs à Carton.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2107 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 25 décembre 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 4e Régiment d’Infanterie Coloniale, le 16 février 1915, passé au 88e R.I.T., le 21 novembre 1915, passé au 6e Régiment du Génie, le 19 janvier 1916.

Contre l’Allemagne, du 25 décembre 1914 au 4 janvier 1919.

 

LASCIOUVE Claude, né le 1er novembre 1874, à Lamazière, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Pierre, né à Saint-Priest, Lamazière, le 7 avril 1846, et d’Anne POUGHEON, née à Saint-Priest, Lamazière, le 17 septembre 1848, mariés à Saint-Priest, le 10 mai 1870, cultivateurs à Lamazière.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2089 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 13 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale.

Contre l’Allemagne, du 13 août 1914 au 2 janvier 1919.

 

LECUYER Pierre,né le 27 novembre 1874, à Carton, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils d’Annet, né à Saint-Priest, Carton, le 7 septembre 1847, et d’Anne MOLLE, née à Saint-Priest, le 15 septembre 1847, mariés à Saint-Priest, Boscavert, le 7 avril 1872, cultivateurs à Carton.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2080 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 13 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 98e R.I.T., le 11 novembre 1914, passé au 43e R.I.T., le 20 mars 1918.

Contre l’Allemagne, du 13 août 1914 au 31 décembre 1918.

 

MAZERON Jacques Philippe, né le 9 juillet 1874, à Lamazière, commune de Saint-Priest-des-Champs, maréchal-ferrant. Décédé à Maringues, le 9 juin 1945. Fils de Jean et de Marie LASCIOUVE, cultivateurs à Lamazière.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2010 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 3 août 1914, au Groupe Territorial du 16e Régiment d’Artillerie. Renvoyé, le 22 août 1914 ; rappelé, le 1er novembre 1914. Passé au 13e Escadron du Train et des Equipages Militaires, le 30 janvier 1916.

Mis en sursis d’appel, le 27 juillet 1917 et jusqu’au 15 février 1918, comme maréchal-ferrant à Maringues.

Contre l’Allemagne, du 3 au 22 août 1914, du 1er novembre 1914 au 26 juillet 1917 et du 16 février 1918 au 22 février 1919.

 

NENOT Jean-Marie Baptiste, né le 6 mai 1874, à Visignol, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Jean, maréchal, né à Saint-Priest, Visignol, le 7 juin 1843, et de Marie MAZERON, née à Saint-Priest, le 6 février 1844, Mariés à Saint-Priest, le 4 mai 1872, cultivateurs à Visignol.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2094 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 13 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale.

Contre l’Allemagne, du 13 août 1914 au 31 décembre 1918.

 

PHELUT Amable, né le 13 mai 1874, à Lacost, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Michel, né à Saint-Priest, Lacost, le 13 janvier 1844, et de Marie PEROL, née à Saint-Priest, Villemaine, le 20 novembre 1848, mariés à Saint-Priest, le 17 février 1867, cultivateurs à Lacost.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2024 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 13 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale, passé au 59e R.I.T., le 23 juin 1915, passé au 9e R.I.T., le 10 juillet 1918, passé au 501e R.I.T., le 1er avril 1918.

Contre l’Allemagne, du 13 août 1914 au 2 janvier 1919.

 

PHELUT Amable, né le 21 novembre 1874, à Lacost, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Jean et de Marie LECUYER, cultivateurs à Lacost.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2056 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 25 octobre 1915, à la 13e Section des Commis et Ouvriers Militaires, passé au 53e R.A., le 10 novembre 1917.

Contre l’Allemagne, du 25 octobre 1915 au 15 juin 1917.

Détaché comme agriculteur (catégorie A), le 16 juin 1917.

 

PHELUT Michel, né le 25 janvier 1874, à Lacost, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Jean-Baptiste et d’Anne JOUHET, cultivateurs à Lacost.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2097 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 10 août 1914, au 97e Régiment d’Infanterie Territoriale.

Contre l’Allemagne, du 10 août 1914 au 22 octobre 1914.

Réformé n° 2, le 22 octobre 1914.

 

POUGHEON Henri, né le 18 juin 1874, à Courtine, commune de Saint-Priest-des-Champs. Marié à Charensat, le 22 avril 1906, avec Anne REDON. Fils de Charles, né à Vergheas, le 21 février 1840, et de Marie LARDY, née à Saint-Priest, le 7 juin 1844, mariés à Saint-Priest, le 30 janvier 1872, cultivateurs à Courtine.

Soldat. Classe 1894. Matricule 2085 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 25 octobre 1915, aux Services Auxiliaires de la 13e Section Territoriale des Commis et Ouvriers Militaires.

Contre l’Allemagne, du 25 octobre 1915 au 15 octobre 1917.

Réformé, le 15 octobre 1917.

 

 

Pas de renseignements :

 

OPETIT Eugène, né le 2 avril 1874, à La Sauvolle, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Pierre et d’Anne LOUIS, cultivateurs à La Sauvolle.

 

JOUHET Jean, né le 8 avril 1874, à La Barge, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Gilbert et de Marie PEROL, cultivateurs à La Barge.

 

LECUYER Pierre, né le 3 juin 1874, à Jouhet, commune de Saint-Priest-des-Champs. Décédé à Saint-Priest, le 27 octobre 1901. Fils naturel de Marie LECUYER, cultivatrice à Jouhet.

 

JOUHET Annet, né le 19 septembre 1874, à Retailhat, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils d’Amable et de Marie LECUYER, cultivateurs à Retailhat.

 

VERNERET Gilbert François, né le 10 octobre 1874, au Vernadel, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils d’Antoine, facteur rural, et de Françoise FAVIER, cultivateurs au Vernadel.

Matricule 2041 au recrutement de Riom. Réformé.

 

CHEFDEVILLE Jean-Marie, né le 16 novembre 1874, à Laroche, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils de Jean et de Marie NOUHEN, cultivateurs à Laroche.

 

CHAFFRAIX Pierre, né le 1er décembre 1874, à Laussedat, commune de Saint-Priest-des-Champs. Décédé à Saint-Priest, le 20 juin 1915. Fils d’Amable et de Pétronille FAURE, cultivateurs à Laussedat.

 

PAILHOUX François, né le 22 décembre 1874, au Bladeix, commune de Saint-Priest-des-Champs. Décédé à Saint-Priest, le 4 août 1914. Fils de Jean et de Marie PAILHOUX, cultivateurs au Bladeix.

 

Repost 0
Published by jacot63 - dans Grande guerre
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 08:50

  100% des noms : Encore un très beau travail des anciens

img293.jpg

 

Rang du haut, 1er rang, de gauche à droite
1081 30 1
1082 30 2 

1083 30 3 

1084 30 4 

1085 30 5 

Mlle FOURIS

Institutrice 

TIXIER

Marinette 

RIBOT

Liliane 

GARACHON

Amandine 

BARSSE

Jeanne 

1086 30 6         

MAZERON

Jeanne 

       
 2e Rang, de gauche à droite   
1087 30 7  1088 30 8  JOUHET Roger 1089 30 9  1090 30 10  1091 30 11 

GIRAUD

Adolphe 

TIXIER

Joseph 

JOUHET

Roger

TIXIER

Renée 

MAZERON

Odette 

BARSSE Georges 1092 30 12         

BARSSE

Georges

       
3e rang, de gauche à droite    
DEMOULIN Germaine 1093 30 13  1094 30 14  FAURE André 1095 30 15     

DÉMOULIN

Germaine

PHELUT

Marcel 

FAURE

André

   
Assis, 4e rang, de gauche à droite    
1096 30 16

1097 30 17

1098 30 18

1099 30 19


1100 30 20 

JOUHET

Léon 

FOURNON

Aimé 

FAURE

Jeannine 

MAZERON

Léontine

TIXIER

Henri 

1101 30 21  1102 30 22       

PHELUT

Camille 

FAURE

René 

     
Repost 0
Published by jacot63 - dans Photos d'écoles
commenter cet article
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 09:35

Les écoles avant et pendant la révolution entre Cher et Sioule, par J. SEMONSOUS

Revue d’Auvergne, tome 76, N° 4, année 1962.


 

II.                   Les écoles pendant la Révolution de 1789

Nous arrivons à la Révolution. Sous l’influence des écrits des philosophes qui ont bien fini par pénétrer les couches quelque peu évoluées de nos campagnes ; sous la pression des événements , les idées hardies sur l’instruction d’un Condorcet, d’un Lakanal et de bien d’autres, un courant populaire va se produire en faveur de la création d’écoles pour le peuple, « désormais souverain » et qui avait besoin d’instruction pour exercer sa souveraineté.

Dès le 26 floréal An II, la commune de Saint-Priest-des-Champs prend une délibération pour engager comme instituteur le citoyen Jean Gidel, de Pionsat. Le 30 floréal, la Société populaire du canton du Montel-de-Gelat dont le siège était à Charensat, présente en qualité d’instituteurs, des personnes disent-ils, «qui réunissent aux talents, principalement des vertus et qualités indispensables et qui caractérisent  le vrai et franc républicain ». Ce sont :

                 Jacques-Jean Martin fils pour la commune du Montel ;

                 Jacques-Philippe Martin père pour celle de Villosanges ;

                 Pierre Mourdon pour celle de Charensat.

Le 1er prairial, la commune de Châteauneuf propose le citoyen Fougeret approuvé par la municipalité et la société populaire. Le 5 messidor, la commune de Villosanges propose comme instituteur le citoyen Jacques Jalladon, de Pionsat (A.D. du Puy-de-Dôme, L. 4915).

      Mais, les pouvoirs centraux se préoccupent aussi de la question. La loi du 27 brumaire An II sur l’institution d’écoles primaires avait prévu une école pour 2.000 habitants. Le district de Montaigut est divisé en sections de 2.000 habitants environ et des écoles créées dans l’agglomération principale à :

      Montaigut, pour Montaigut 1.657 h., partie de Saint-Eloy 362 h., de Buxières 61 h., d’Youx 45 h. Total : 2.125 habitants.

      Peyroux (Lapeyrouse), pour Peyroux 1.305 h., partie de Buxières 379 h., de Durmignat 200 h. Total 1.8884 h.

      Moureuille, pou Moureuille 357 h., et partie de Durmignat 178 h. Total 535h.

      La Crouzille, pour la Crouzille 757 h., Ars 613 h., partie de Virlet 444 h. Total 1.814 h.

      Pionsat, pour Pionsat 1.579 h., partie de la Celette 310 h., Saint-Maigner 310 h., Virlet 310 h. Total 2.904 h.

      Le Quartier, pour le Quartier 832 h., et partie de Virlet 184 h., d’Youx 457 h. de la Celette 40 h. Total 1.513 h.

      Saint-Hilaire, pour Saint-Hilaire 900 h., et partie de Pionsat 104 h.,de Château-sur-Cher 600h. Total 1.604h.

      Saint-Maurice, pour Saint-Maurice 1.546 h., et Partie de Château-sur-Cher 38h., de Bussières 538 h., et Rochedagoux 300h. Total 2.422 h.

      Menat, pour Menat (qui comprenait Neuf-Église), 1.705 h., Teilhet 822 h. et partie de Saint-Rémy 69 h. Total 2.596 h.

      Saint-Gervais, pour partie de Saint-Gervais 1.892 h., Besserve 242 h., Chambonnet 100 h., partie de Gouttières 238 h. Total 2.532 h.

      Saint-Priest-des-Champs, pour Saint-Priest 1.893 h., partie de Gouttières 76 h. et de Saint-Gervais 25 h. Total 2.084 h.

      Espinasse, pour Espinasse 837 h., Saint-Julien-la-Geneste 401 h., partie de Gouttières 432 h et de Saint-Maigner 151 h. Total 1.821 h.

      Ayat, pour Ayat 502 h., Châteauneuf 862 h. rt Sainte-Christine 415 h. Total 1.779 h.

      Montel-de-Gelat, pour le Montel 1.250 h., Tralaigues 274 h. Total 1.524 h.

      Charensat, pour Charensat 1.628 h. et Vergheas 349 h. Total 1.972 habitants.

      Villosanges, pour Villosanges 1.097 h. et Biollet 978 h. Total 2.084 h.

Toutes ces écoles devaient avoir un instituteur et une institutrice. (Arrêté du 19 thermidor An III du Directoire du District de Montaigut), (A.D. du Puy-de-Dôme, L. 4915).

Le jury chargé de l’examen des candidats instituteurs et des candidates institutrices pour le district de Montaigut, réuni le 15 nivôse An IV dressa un procès-verbal dans lequel on lit « les bonnes mœurs et le civisme des candidats ayant été reconnus par le jury d’après les communes qui les réclamaient, il a été procédé à leur examen sur les éléments de la langue française soit parlée, soit écrite et sur les règles de calcul simple, les sujets ne lui ayant pas paru réunir des connaissances plus étendues ; et d’après cet examen, les candidats ayant été reconnus avoir des instructions suffisantes pour remplir des places dans les écoles primaires, hors le citoyen Nicolas Conchon, présenté par la commune d’Espinasse qui ne s’est pas trouvé réunir les connaissances nécessaires, le jury a élu pour instituteur et institutrice d’école primaire :

      De Saint-Gervais, le citoyen Annet Jay et la citoyenne Geneviève Barsse ;

      De Saint-Priest-des-Champs, la citoyenne Claudine Message pour institutrice ;

De Saint-Maurice, le citoyen Pierre Perrier et la citoyenne Marie Mourrelon ;

      De Saint-Hilaire, le citoyen Joseph Mourrelon et la citoyenne Françoise Mourrelon ;

      De Pionsat, le citoyen Jean Gidel pour instituteur ;

      De Menat, la citoyenne Catherine Belfont, femme Chabrol, comme institutrice (le conseil municipal de Menat l’appelle Gauthier, femme de Chabrol) ;

      De Charensat, le citoyen Pierre Mourdon, pour instituteur (A.D. du Puy-de-Dôme, L. 4915) ;

      Cela fait 5 instituteurs pour 17 écoles de garçons créées et 5 institutrices pour 17 écoles de filles. Donc, dès l’abord, manque de personnel qualifié.

      Dans un état arrêté le 4 prairial suivant, du district, on trouve en activité des écoles à Saint-Gervais, Saint-Priest-des-Champs, qui n’a qu’une institutrice, Menat, qui n’a qu’une institutrice, Pionsat, qui n’a qu’un instituteur, Saint-Maurice, Saint-Hilaire, Charensat, qui n’a pas d’institutrice. Mais les écoles créées à Espinasse, Ayat, Montaigut, pourtant le chef-lieu du district, Le Peyroux, La Crouzille, Moureuille, Servant, Le Quartier, Le Montel-de-Gelat, villosanges, n’ont pas été pourvus d’un instituteur ou d’une institutrice (A.D. du Puy-de-Dôme, L. 4915).

      Le 10 thermidor, cependant, J.B. Baisle et Jean Mangerel examinaient la candidature du citoyen Jean-Jacques Martin, élève envoyé par les district aux écoles normales de Paris qui se présentait pour les écoles de la ville de Montaigut ; il est accepté. Il avait exercé précédemment au Montel-de-Gelat (A.D. du Puy-de-Dôme, L. 4915).

      Puis, le 30 fructidor suivant, c’est la municipalité de Saint-Gal qui « considérant que l’ignorance est le plus grand fléau parce qu’elle conduit nécessairement le citoyen sous le joug du plus affreux despotisme » prend comme instituteur le citoyen Berrier, d’Ebreuil (A.D. du Puy-de-Dôme, L. 4915).

      Le 1er pluviôse An IV déjà, la petite commune de Bussières-de-Pionsat, et non plus sous-Rochedagoux comme la paroisse qu’elle était avant la Révolution, avait, à la demande de plusieurs cultivateurs, sous la seule responsabilité de l’agent municipal (on disait national) Jacques Désarménien et de son adjoint Jean Riboulet, installé l’ancien curé Jean-Baptiste Coulaudon dans le presbytère en qualité d’instituteur (J. Mangerel, Le canton de Pionsat pendant la période révolutionnaire, pp. 39-108).

      Cependant, des quelques écoles qui avaient fonctionné, avec combien de difficultés le plus souvent devaient vite péricliter pour n’atteindre, même dans les plus grosses bourgades, Montaigut, Saint-Gervais, Pionsat, qu’un chiffre d’élèves très insuffisant pour faire vivre le maître le plus dévoué à la République, le plus pétri de bonnes intentions à l’égard de la jeunesse d’alors et l’on peut lire dans un des rapports mensuels de l’assemblée cantonale de Pionsat : Vendémiaire An III – Ce cri de désespoir d’administrateurs dévoués à leur noble cause mais qui sont sans moyens pour la faire triompher : « On ne peut que répéter que l’instruction est nulle dans ce canton faute d’instituteurs et d’un nombre de jeunes gens suffisant pour assurer la subsistance  des instituteurs. Il suffit que le gouvernement exige une éducation républicaine pour en éloigner les enfants de ces pères et mères égarés par l’égoïsme frère ou ami du fanatisme… » (Archives communales de Pionsat).

      Point n’est besoin après ces quelques lignes d’entrer dans des détails. L’administration centrale, le Directoire du département ou celui du district peuvent prodiguer leurs encouragements, les municipalités cantonales faire l’impossible, il y aura bien quelques rares maîtres qui résisteront à leur demi-indigence, un ou deux par canton, mais il y aura peu ou pas assez d’élèves, entre Cher et Sioule comme partout dans ce département. La 1ère République avait déjà voulu donner un minimum d’instruction républicaine au peuple qui n’était sans doute pas mûr pour la recevoir et en tirer profit ; bien des événements ultérieurs vont justifier cette allégation.

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">