Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 09:11

Prenez exemple. Merci mille fois pour ses magnifiques clichés.

 

_MG_9338-desat-1__.jpg_MG_9345__.jpg_MG_9385-1-1-1-1.jpg_MG_9421-1-1-1-1-1.jpg_MG_9430.jpg

Repost 0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 09:45

Un petit casse-tête, sur une idée de Michelle LASCIOUVE, modifié pour être adapté au blog.

Les villages sont sans leurs articles. 

Vous selectionnez la page page, puis un clic droit "copier", vous ouvrez une page Word puis CTRL + V

Bon amusement et faites vous connaitre, nous établirons un petit classement des plus rapides.

 

                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           
                                                           

 

11 lettres

BEAUFESSOUX

ETANG-GRAND

GRANDSAIGNE

8 lettres

BARGHEON

CHEZSABY

CHOMETTE

COURTINE

6 lettres

CARTON

CHIROL

GAULME

GEORGE

JOUHET

LACOST

SUCHET

10 lettres

CHAUSSADES

CHEZDOUCET

COULADAIZE

GANDICHOUX

SOUSLEBOIS

VILLEMAINE

DAVIDEIX

GIRAUDET

MARCHEIX

MONTPIED

SAUVOLLE

VERNADEL

VISIGNOL

 

5 lettres

BARGE

BOURG

CARTE

CREST

LAVAL

PARIS

PEROL

ROCHE

9 lettres

BOSCAVERT

BUCHAILLE

BUFFEVENT

COURONNET

CROIZETTE

LAMAZIERE

LASCIOUVE

LAUSSEDAT

LEBEAUPIN

RETAILLAT

7 lettres

BARSSES

BLADEIX

CHUCHET

GENESTE

GRANGES

LAMOTHE

MAZERON

PRADEIX

RAGEADE

TEILHOT

 
Repost 0
Published by jacot63
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 09:48

La barque des promeneurs nocturnes chavire : trois des occupants se noient

Les deux autres s’accrochent à l’esquif

 

Presque à la limite du département de la Creuse, dans le Puy-de-Dôme, au centre d’un triangle délimité par Dontreix, Le Montel-de-Gelat et Charensat, à cheval sur les cantons de Pontaumur et Saint-Gervais-d’Auvergne, l’étang de Chancelade étale ses 130 hectares qui, spécialement en cette saison, accueillent baigneurs, pêcheurs, amateurs de canotage. Précisément, dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 22 h. 30, une partie de barque qui groupait cinq personnes devait tragiquement se terminer pour trois d’entre elles qui se noyaient, tandis que les deux autres parvenaient, en s’accrochant à l’esquif, à regagner la rive, située à une quarantaine de mètres du lieu de l’accident.

Documents-5663a.jpg 

Des appels au secours dans la nuit

Dans la soirée du jeudi, vers 22 heures, Mme Yvonne Brivois, demeurant à Boulogne-Billancourt, et en vacances à Dontreix, chez M. Servant, arrivait à Chancelade, en compagnie d’un autre locataire de ce café, également en séjour, M. Giorgio Subacchi, 33 ans, ouvrier maçon, domicilié à Herblay (Val-d’Oise). Ils se retrouvaient dans un café en bordure de l’étang, café tenu par M. Marc Léonard, avec M. Yves Mouillet, beau-frère du débitant, 24 ans, cultivateur à Dontreix, et avec qui la jeune parisienne avait déjà fait un tour en barque dans l’après-midi, en compagnie d’autres amis.

Au café consommaient également M. Michel Ravel, 35 ans, ouvrier d’usine, travaillant à Vaux (Allier), à l’usine Fers-Creux, en vacances chez ses parents, à Dontreix également, et un ouvrier agricole, M. Elie Bolle, 55 ans, demeurant à Courdemanges, commune de Charron (Creuse).

Trois d’entre eux achevaient leur repas et, rapidement, on décidait de faire un tour de barque. C’est ce que déclare Mme Brivois, rescapée, avec M. Yves Mouillet, de cette tragique sortie.

« Lorsque nous sommes partis de l’appontement – dit-elle- il y avait de l’eau dans le bateau ; elle est montée peu à peu jusqu’à hauteur de mes chaussures. Je n’étais pas rassurée et voulais retourner, mais mes compagnons riaient et faisaient bouger le bateau. J’appelais au secours. »

Les cris furent effectivement entendus par le directeur et les enfants d’une colonie de vacances des Francs et Franches Camarades de la région de Lille, en séjour à Villosanges et qui avaient planté leurs tentes au bord de l’étang, dans la partie en bordure de la route du Montel-de-Gelat à Charensat, vers la pointe que fait la vaste pièce d’eau vers le Nord-Est.

M. Hornaert, le directeur, nous a déclaré :

« Nous mangions en écoutant la radio, lorsque nous avons entendu les appels, mais, en même temps, des rires provenant du lac. Nous pensions que les gens s’amusaient, mais nous avons bientôt perçu de nouveaux appels. Du bord, nous avons vu sur l’eau la lueur d’une lampe de poche électrique (c’est Mme Brivois qui la tenait) et, tandis que l’on avisait le café proche, nous tentions de guider les naufragés par nos cris. Il y avait de la brume sur l’eau. »

Bientôt, un des clients du café arrivait, entrait dans l’eau et parvenait jusqu’à la barque à laquelle s’accrochaient M. Mouillet et Mme Brivois, et ramenait les naufragés au rivage. Mais leurs trois compagnons avaient disparu.

« M. Ravel a sauté du bateau lorsqu’il a été plein d’eau ; la barque a chaviré. MM. Subacchi et Bolle ont disparu sous l’eau après avoir tenté de se raccrocher au canot ; M. Ravel, qui tentait de regagner le bord à la nage, a disparu lui aussi. » poursuit Mme Brivois.

L’alerte était donnée au Montel-de-Gelat, dont les pompiers, sous la conduite du lieutenant Chanut et de son adjoint, M. Mousselon, étaient bientôt sur les lieux, ainsi que le maire de la localité, M. Léonard.

Il y avait également le garde de l’étang, M. Barrier, et des volontaires, en canot et en pédalo, pour tenter de retrouver les trois disparus dont on espérait toujours qu’ils avaient pu regagner l’une des rives à la nage. Un espoir qui devait être, hélas ! rapidement déçu.

Les gendarmes de la brigade de Saint-Gervais-d’Auvergne avec, à leur tête, l’adjudant Rodier, parvenaient à leur tour au bord de l’étang où le commandant Duchez (de la compagnie de Riom) était aussi présent pour mener les recherches qui étaient abandonnées après plusieurs heures et n’avaient permis de retrouver que la casquette de l’un des noyés, le portefeuille d’un autre…

Hier matin, en présence du maire du Montel ; de M. Mouton, conseiller général de Pontaumur, elles reprenaient avec le concours d’une équipe de pompiers de Clermont, spécialistes de la plongée, conduite par le sous-lieutenant Simonnet et formée de MM. Larquier, Cognet et Faure. Pendant deux heures, sous le regard des curieux et aussi des membres éplorés des familles des victimes, ces recherches se poursuivaient encore sans résultat. Elles reprenaient en début d’après-midi, sous la direction du lieutenant des pompiers du Montel et allaient aboutir vers 16 h. 30 à la découverte de deux des corps : celui de M. Subacchi, puis celui de M. Bolle.

 

Les recherches reprennent ce matin

Mais, en dépit des efforts des plongeurs, on ne put retirer hier soir la troisième victime et les recherches devaient reprendre ce matin.

Les corps de MM. Bolle et Subacchi ont été transportés à la mairie de Charensat, transformée en chapelle ardente et où le docteur Michon, du Montel-de-Gelat, après examen a délivré le permis d’inhumer.

C’est un bien triste fait divers qui vient ainsi endeuiller plusieurs familles d’une région dont le caractère pittoresque et accueillant cadre mal avec une telle tragédie. On peut d’ailleurs noter que les noyades sont, à l’inverse d’autres plans d’eau, très rare à Chancelade. La dernière remonte à une quinzaine d’années, où un chasseur, allant chercher à la nage une poule d’eau qu’il avait abattue, disparut dans les eaux, frappé de congestion.

Mais, hélas ! cette fois, rien ne pouvait faire prévoir que cette promenade en barque se terminerait d’une manière aussi tragique pour trois des cinq participants, et les deux rescapés, M. Mouillet, fils du propriétaire de l’étang et du bateau, et Mme Brivois, très accablés, avaient peine, hier après-midi, en suivant les recherches entreprises par les pompiers du Montel et les spécialistes du corps de Clermont, à se faire à la tragique réalité jaillie de cette nuit du 12 août.

 

Archives Départementales : La Montagne, 8 BIB 2, 14 août 1971.

Repost 0
Published by jacot63 - dans Près de chez vous
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 09:05

Merci à M. Guy ROUGIER, pour cette belle photo de l'église et du monument, sous un ciel menaçant.

 

Vous pouvez la revoir dans l'album "Photos récentes".

 

Envoyez-nous les vôtres que nous publierons avec plaisir.

 

 

Photo d'un lecteur
Repost 0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 09:11

Si, il est fait mention d'une dispense de consanguinité dans l'acte de mariage, cette recherche peut permettre de débloquer une généalogie.

 

Voyons avec le mariage d'Antoine PEROL et de Gilberte FAVIER, du 18 février 1783.

 

 

Voici ce que nous trouvons aux archives départementales, sur la dispense du 3e au 4e degré :

 

Documents-8344.JPG

Les recherches peuvent se faire de deux manières :

 

1- Dispenses de mariage

Dispenses pour bans, ou consanguinité, classées par ordre alphabétique.

Série 1 G 1681 à 1 G 1739

 

2- Affaires matrimoniales

Dossiers des dipenses, enquêtes, oppositions, dissolutions, adultères, etc...

Série 1 G 1853 (années 1609 à 1682) à 1 G 1905 (Années 1715 à 1770).

 

Bonnes recherches

Dispense de consanguinité
Dispense de consanguinité
Repost 0
Published by jacot63 - dans Généalogie
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 12:02

1967senior12.jpg

 

Debouts de gauche à droite :

 

Noël MAZERON, André PERCHER, J.L. CHALAMEL, Paul LELION, Daniel RAOUX, J. CHARBONNIER, André PETIT, Bernard MAIGNOL, René RAVET, André LEBRETON, J. PEROL, Jean-Pierre BOUDOL, René PETIT.

 

Accroupis, de gauche à droite :

 

F. TORRE, André MAIGNOL, M. MARCHEIX, Paul LASCIOUVE, R. MAIGNOL, Noël TOURRET, C. MAZERON, André SARDIER.

Repost 0
Published by jacot63 - dans Jeunesse Sportive
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 23:51

Pour passer ce week-end hivernal bien au chaud

testez-vous avec votre famille.

 

Qui mettra le moins de temps pour reconstituer la France.

 

Vous voulez jouer, alors cliquez ICI

Repost 0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:03

L’industrie la plus curieuse de la Combraille fut, au 18e siècle, la tentative faite par MM. Dauphin de Leyval, seigneur du Montel-de-Gelat, de créer une verrerie dans la forêt de Roche, sur la paroisse de Villosanges, mais sur la limite de celle du Montel-de-Gelat, au lieu-dit appelé aujourd’hui la Verrerie, situé sur la route de Pontaumur au Montel-de-Gelat, un peu après le croisement d’avec la route de de Villosanges à Tralaigue, dit Croix de Tiotoux.

La profession de maître-verrier était une des rares qu’un seigneur pût exercer sans déchoir, sans perdre sa qualité de noble.

Au début de l’installation, le seigneur du Montel est Augustin Dauphin qui a acheté le fief depuis 1756 seulement : il est entre autres Inspecteur général, plus tard grand prévôt de la maréchaussée d’Auvergne.

En 1769, M. Dauphin, a demandé, avec l’autorisation de créer une verrerie, de bénéficier du titre de manufacture royale avec tous les avantages que cette situation pouvait comporter : subventions, exemptions de la taille et de la milice pour les ouvriers notamment.

Cinq années se passent pendant lesquelles, réflexion faite, le Sr Dauphin semble s’être décidé à monter son affaire sans privilège royal.

Au début de 1777, la verrerie est fondée et fonctionne. M. Dauphin sollicite une subvention de 60.000 livres ; il lui en est accordé 24.000.

Dans son rapport du 17 décembre 1778, M. Jubié, inspecteur des manufactures, dit qu’au moment de sa dernière visite, le 30 janvier, il y avait un four à six ouvreaux installé dans une halle où il y avait de la place pour un autre four. Il existe plusieurs retranchements pour servir de magasins, des logements pour les ouvriers et commis, onze cabanes de chaume, des hangars à bois et le logement du potier. La verrerie comprenait 49 ouvriers de toutes espèces. Il a constaté certaines défectuosités dans la qualité du verre provenant du manque d’épuration des matières utilisées, de la mauvaise construction du fourneau qui s’était crevassé et dont il se détachait des débris qui tombaient dans les creusets.

Mais, ajoute-t-il, ce four a été reconstruit au printemps dans de meilleures proportions ; il est plus solide que le précédent, il produit du verre de belle qualité. Un second fourneau a été construit et touche à l’instant la perfection. Deux moulins à broyer remplacent la force des bras et on travaille à creuser un étang pour avoir toute l’année l’eau nécessaire. Une salinière a été installée aussi près de l’usine.

Il note : « la qualité du verre donne la perspective presque assurée de surpasser les verres de Bohême et d’Angleterre en blancheur et en éclat. La manufacture a produit, du 30 janvier au 17 décembre 1778 pour environ 30.000 livres de verre.

Mais la vie de la verrerie de Roche dont l’avenir s’annonçait sous d’heureux hospices dix ans auparavant ne va pas tarder à disparaître.

Les grandes journées révolutionnaires allaient définitivement ruiner une affaire qui paraissait viable.

Augustin Dauphin de Leyval devait succomber sous l’échafaud en 1794, à Paris.

 

Autour de 1780, c’est un nommé Martin qui dirige la verrerie ; plus tard on trouve François Vergnol. Quelques noms de maîtres-verriers relevés dans les registres de catholicité de Villosanges : Bertrand, Littard, André, Grégoire, Wasner, Gonet, Schmid, Duperrier, Tixier, Frette, Fonde, Ribot, Lornart, Bersse, Mayet, Chatelain, Cardinau, Thomassin, etc… A quelques exceptions près, ce ne sont pas des noms de la région. D’où venaient-ils ces maîtres-verriers ? De l’Est pour quelques-uns, de la Margeride pour plusieurs autres.

 

Extrait des entreprises industrielles en Combraille au 18e siècle, par J. Semonsous.

Revue d’Auvergne, tome 72, année 1958.

Repost 0
Published by jacot63 - dans Près de chez vous
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 00:34

Voici la photo de la troupe, transmise par Michelle LASCIOUVE. Merci à elle et à sa brigade de recherche pour les informations transmises.

Dommage qu'il manque deux personnages.

Nous recherchons d'autres photos. Ouvrez vos albums.

 

 

Montserrat3.jpg

 

Les acteurs, de gauche à droite
1383 45 1  CHANUT René 1384 45 2  CHALVIGNAC Pierre 1385 45 3  AUPETIT Josette 1386 45 4  LOUIS Simone 1387 45 5 
 

CHANUT

René

"Le marchand" 

Un otage

CHALVIGNAC

Pierre

"Ricard" 

Un otage

AUPETIT

Josette

"Hélène"

Un otage 

LOUIS

Simone

"La mère"

Un otage

RAOUX Henri 1388 45 6  JOUHET Léon 1389 45 7  PAILHOUX René 1390 45 8  THOMAZET Robert 1391 45 9  1392 45 10 

RAOUX

Henri

"Montserrat"

Jeune partisan 

JOUHET

Léon

"René Juan"

Un otage 

PAILHOUX

René

"Moralés"

Officier Allemand 

THOMAZET

Robert

"Iskeird"

Officier supérieur

Allemand 

 
1393 45 11         
         

Montserrat est une pièce de théâtre d'Emmanuel ROBLÈS , qui parle de la guerre civile au Venezuela . La pièce est jouée pour la première fois le 23 avril 1948 au théâtre Montparnasse à Paris, et le même jour, au théâtre du Colisée à Alger. Depuis sa création en 1948, cette pièce, dont Albert Camus disait : « Elle ne doit rien à aucune école ou à aucune mode et pourtant elle s'accorde à la terrible cruauté du temps sans cesser de se référer à une pitié vieille comme le cœur humain », n'a jamais cessé d'être jouée dans le monde. Elle a été adaptée en plus de vingt langues.

 

Les personnages

  • Montserrat (1784-1812), Montserrat est le personnage principal de la pièce, c’est un officier espagnol de 28 ans.
  • Izquierdo (né en 1772), Izquierdo est le premier lieutenant du capitaine général Monteverde. Il a 40 ans.
  • Le père Coronil (né en 1762), Le père Coronil est un moine capucin, chapelain de Monteverde de 50 ans.
  • Zuazola, officier espagnol.
  • Moralès, officier espagnol.
  • Antonanzas, officier espagnol.
  • La mère (1782-1812), mère de deux enfants. Elle a 30ans
  • Eléna (1794-1812), adolescente de 18ans
  • Juan Salcedo (1772-1812), comédien de 40ans
  • Salas Ina (1777-1812), riche marchand de 35ans
  • Arnal Luhan (1762-1812), potier de 50ans
  • Ricardo (1792-1812), 20ans

L'histoire

Juillet 1812.

Montserrat, officier espagnol, prend le parti des révolutionnaires vénézuéliens, horrifié par les traitements que font subir ses compatriotes aux indigènes.

Alors que les Espagnols comptent aller arrêter Bolivar, le chef des révolutionnaires vénézuéliens, Montserrat le prévient et Bolivar parvient ainsi à s'échapper.

Les Espagnols, sous le commandement du général Izquierdo, conscients du fait que c'est Montserrat qui a prévenu Bolivar de leur arrivée, le font emprisonner. Avant de l'exécuter ils tentent de lui faire dire où se cache Bolivar en capturant six otages innocents, pris au hasard et en menaçant de les exécuter s'il ne disait pas où se cachait Bolivar.

Enfermé avec les six innocents, chacun va tenter de le convaincre d'avouer, soit en le culpabilisant (enfants à nourrir, nourrissons abandonnés à leur sort,...), soit en lui expliquant que Bolívar peut mourir, même sans être attrapé, puisque celui-ci est malade, et qu'alors leurs morts ne serviraient à rien.

Montserrat est alors confronté à un dilemme tragique : choisir entre se taire (et ainsi condamner six otages innocents) ou bien parler (et ainsi compromettre la révolution vénézuélienne).

Pour finir, Montserrat parviendra à se taire et avant d'être exécuté, il apprendra encore que la révolution est assurée.

Extrait tiré de l’encyclopédie Wikipédia

 

Il semble que ce soit Robert THOMAZET, qui a écrit et mis en scène "Méthodes Allemandes", une adaptation de "Montserrat".

D'après Magalie MILLIERAS, la troupe a fait une représentation à Clermont-Ferrand et a obtenu un premier prix.

 

Si quelqu'un a une information sur la date de la représentation, qu'il nous le fasse savoir, les journaux de l'époque ont peut-être parlé de ce spectacle.

Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 00:19

Jeudi, 4 mai, M. Martin Antoine et Phelut Joséphine, habitant au Chirol, ont célébré leurs noces d’or. Mariés le 3 septembre 1871, ils ont eu de leur mariage 6 enfants, 4 garçons et 2 filles, qui, établis à leur tour, ont 18 enfants, 9 garçons et 9 filles.

Tous avaient tenu à accompagner leurs parents à cette cérémonie et formaient un imposant cortège.

Archives Départementales. Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/83 – Journal du 08/05/1922.

 

Merci à Pascal MAZUEL pour sa collaboration à l'article. 

Famille-MARTIN.jpg


Rang du haut, de gauche à droite        
MARTIN Aléxis Joseph 1375 44 25  MARTIN Théophile 1376 44 26  MARTIN Xavier 1377 44 27  MARTIN Emmanuel 1378 44 28  MARTIN Emmanuel 1379 44 29 

MARTIN

Aléxis Joseph 

MARTIN

Théophile 

MARTIN

Xavier 

MARTIN

Emmanuel 

MARTIN

Emmanuel 

MARTIN Jean Joseph 1380 44 30  MARTIN André 1381 44 31  MARTIN Clément 1382 44 32     

MARTIN

Jean Joseph 

MARTIN

André 

MARTIN

Clément 

   
2e Rang, de gauche à droite         
MARTIN-TIXIER Lucie 1361 44 11  MARTIN-BERAUD Jeanne 1362 44 12  MARTIN Marie-Yvonne 1364 44 14  MARTIN Joséphine 1366 44 16  PEROL-JOUHET Léonie Amélie 1367 44 17 

MARTIN-TIXIER

Lucie 

MARTIN-BERAUD

Jeanne 

MARTIN6FAURE

Marie-Yvonne 

MARTIN

Joséphine 

PEROL-JOUHET

Léonie Amélie 

MARTIN-THÉVENET Léa 1369 44 19  CHAFFRAIX Germain 1371 44 21  CHAFFRAIX Victoria Jeanne 1372 44 22     

MARTIN-THEVENET

Léa 

CHAFFRAIX

Germain 

CHAFFRAIX-

CHAZALMARTIN

Victoria Jeanne 

   
3e Rang, de gauche à droite         
PAILHOUX Marie Clémence 1363 44 13  MARTIN Antonin Xavier 1365 44 15  GRANDSAIGNE Marie 1368 44 18  CHAFFRAIX Amable 1370 44 20  MARTIN Marie-Louise 1373 44 23 

PAILHOUX-MARTIN

Marie Clémence 

MARTIN

Antonin Xavier 

GRANDSAIGNE-

MARTIN

Marie 

CHAFFRAIX

Amable 

MARTIN-

CHAFFRAIX

Marie-Louise 

CHAFFRAIX Madeleine 1374 44 24         

CHAFFRAIX-

SAUVANET

Madeleine 

       
Rang du bas, de gauche à droite         
MARTIN François Joseph 1351 44 1  JAYON Marie 1352 44 2  MARTIN Jacques Léon 1353 44 3  MARTIN Antoine 1354 44 4  PHELUT Joséphine 1355 44 5 

MARTIN

François Joseph 

JAYON-MARTIN

Marie 

MARTIN

Jacques Léon 

MARTIN

Antoine 

PHELUT

Joséphine 

MARTIN Gervais Xavier 1356 44 6  CHAFFRAIX-PETIT Marie 1357 44 7 
PAILHOUX Françoise 1358 44 8  PEROL Gilbert Auguste 1359 44 9  MARTIN Marie Rosalie 1360 44 10 

MARTIN

Gervais Xavier 

CHAFFRAIX-PETIT

Marie 

PAILHOUX-

MARTIN

Françoise 

PEROL

Gilbert Auguste 

MARTIN-PEROL

Marie Rosalie 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">