Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 08:50

Le drame du Bouchet

Deux arrestations

 

On se souvient de la mort tragique de Marius Gilbert, 30 ans, cultivateur au Bouchet, commune de Miremont, assassiné en plein jour, le 22 septembre 1928. Occupé avec sa mère à 700 mètres de sa maison isolée du village, il est prévenu par un jeune voisin, Clément Bouchet, qu’un malfaiteur à figure sinistre, rôde auprès de leur habitation.

Les deux hommes se rendent aussitôt vers la maison. En arrivant, Marius Gilbert remarque que les volets, qu’il avait laissés ouverts, sont fermés. Il va pour les ouvrir et reçoit de l’intérieur la décharge d’un fusil en pleine poitrine et chancelle.

Clément Bouchet va demander de l’aide au village voisin. Le maire averti, en compagnie du garde champêtre, se rend sur les lieux, pendant que la gendarmerie est avisée.

Des battues furent organisées et les gendarmeries de la région, malgré des efforts surhumains, ne purent aboutir. L’une des pistes fut celle d’un chasseur correspondant au signalement de l’assassin, qui fut poursuivi sans succès deux ou trois jours avec l’aide des gens du pays.

L’affaire semblait classée lorsque, récemment, la gendarmerie de Pontaumur fut appelée à enquêter au sujet d’une rixe qui avait éclaté entre deux jeunes gens de la localité, Philippe Boraud et Pierre Garde, qui jusque-là, étaient en bons termes. Boraud, dont l’incapacité de travail est d’une vingtaine de jours finit par avouer que Garde, agissant sur l’influence de Clément Bouchet, et de son frère aîné, Marius avait voulu le punir pour avoir eu la langue trop longue en parlant du crime.

Voilà pourquoi, jeudi, le parquet était au Bouchet et les jours suivants, M. Dusson et M. Montaudon, de la police mobile de Clermont, enquêtaient ferme. Un garde particulier de ce village est venu leur faire la déclaration suivante : « Il y a environ six mois, Marius Gilbert est venu me trouver et m’a dit que si, un jour, on le trouvait mort, il ne faudrait pas chercher ailleurs que chez les Bouchet, pour trouver les auteurs du crime. »

Marius Bouchet l’avait menacé quelques temps avant et n’avait pas mis ses menaces à exécution que moyennant certaines concessions que lui fit la victime. Comme on faisait observer au garde que sa déclaration était un peu tardive, il déclara qu’il avait peur de représailles. Il attendait que les Bouchet fussent arrêtés. Voyant que la justice faisait définitivement fausse route, il s’était décidé à parler, mais demandait qu’on le protège, car si Mathieu Bouchet apprenait sa révélation, « il ne le manquerait pas ».

Les frères Bouchet inspirent une terreur telle, que les langues sont paralysées.

Le Parquet, pourtant, décida de procéder hier à l’arrestation des deux frères.

Le jour du crime, Clément serait allé chercher Gilbert pendant que son frère, qui se serait posté à l’intérieur de la maison, aurait tiré lorsque le malheureux aurait ouvert les volets.

Le maire de Miremont constata la présence d’une cartouche en dehors de la fenêtre ; elle avait disparu quand la gendarmerie de Pontaumur vint deux heures après ; elle fut retrouvée au milieu du chemin, mais déformée, semble-t-il, avec intention. Qui l’avait fait disparaitre ? Un homme seulement avait passé là entre le moment de la venue du maire de Miremont et l’arrivée des gendarmes.

Un spécialiste a pu établir que la douille était du calibre 16, alors que les fusils retrouvés chez les Bouchet sont du calibre 14. Des expériences ont montré qu’on peut avec ces armes tirer du 16, et percer une planche à 2 ou 3 mètres.

 

Le parquet sur les lieux

Hier matin, le parquet, composé de MM. Mathieu, procureur de la République ; Thomas, juge d’instruction ; et Plaine, commis greffier, se rencontrait à Miremont à 10 heures, avec M. Gauvin, adjudant de gendarmerie, MM. Dusson et Montaudon de la police mobile de Clermont et les gendarmes de Pontaumur sur les ordres du chef Feuillade.

Les frères Bouchet, leur famille et de nombreux témoins furent entendus ; on procéda à un long examen des lieux.

Les magistrats, pourtant, estimant les charges suffisantes, ont fait procéder à leur arrestation hier soir à 6 heures. Ils sont inculpés :

Marius Bouchet, cultivateur au Bouchet, né le 24 avril 1906, à Miremont, d’assassinat.

Son frère Clément, né le 20 juillet 1909, de complicité d’assassinat.

En apprenant cela, lorsqu’on leur a mis les menottes, les frères Bouchet n’ont pas bronché, conservant tout leur calme. Ils n’ont pas protesté. Ils ont été conduits en automobile à Riom.

Les arrestations opérées, les langues se sont déliées. Les gens parlent beaucoup plus. Ils ne cachent pas leur satisfaction. Ils vivaient, parait-il, dans la terreur, les Bouchet, toute la famille d’ailleurs dont les membres sont toujours armés, étant particulièrement redoutés.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/97 –Journal du 12/03/1929.

 

Le crime du Bouchet

 

Les frères Bouchet qui, le 11 mars, ont été mis en état d’arrestation, pour l’affaire du crime du Bouchet, ont choisi Me Jean Robin comme avocat.

Ils seront à nouveau, au début de la semaine prochaine, entendus par M. le juge d’instruction.

La brigade mobile et la gendarmerie de Pontaumur poursuivent activement l’enquête de cette affaire.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/97 –Journal du 17/03/1929.

 

L’affaire du Bouchet

 

Riom, le 8 juin – Les frères Marius et Clément Bouchet, inculpés de l’assassinat de Marius Gilbert, le 22 septembre 1928, au Pont du Bouchet, ont été à nouveau interrogés séparément par M. Thomas, juge d’instruction, en présence de leur défenseur, Me Robin. Quelques contradictions secondaires ont été relevées contre eux, mais ils continuent à nier toute participation au crime.

Cependant, la déclaration du témoin Chassaing, domestique du maire de Miremont au moment du crime, actuellement ouvrier aux Ancizes, est de nature à fortifier la présomption qui pèse sur eux. « Nous avons l’intention de tuer Marius Gilbert » lui auraient-ils dit un jour de l’été dernier. « Marches-tu avec nous ? – Non, je ne marche pas dans la combine », aurait répondu Chassaing. Naturellement, les frères Bouchet nient ces propos.

Le service anthropométrique va incessamment fournir le relevé d’empreintes digitales et de nouveaux témoins seront entendus la semaine prochaine.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/97 –Journal du 09/06/1929.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jacot63 - dans Près de chez vous
commenter cet article

commentaires

HerveC 06/04/2011 15:38


Bonjour
Palpitant. Seront-ils condamnés?
j’attends avec impatience la suite.
Les les frères Bouchet qui habitent le Boucher: le scénariste ne s'est pas beaucoup fatigué pour les noms.
cdlmt
HerveC


jacot63 08/04/2011 23:25



Bonsoir,
en principe, d'après le journal, les noms semblent être bien corrects.
J'ai mis que c'était la fin ; je n'ai rien trouvé de plus sur l'enquête, à part maintenant de voir les archives du tribunal. Mais il me semble que c'est un affaire non élucidée.
Je vais essayer d'en savoir plus.
Merci encore de prendre le temps de me lire.
Cordialement
Jacot63



Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">