Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 23:27

Voujon a été arrêté à la gare des Ancizes

Il prétend que Léa Tardivat avait menacé de le tuer et qu’il a voulu lui faire peur.

 

C’est avec un véritable soulagement que l’on a appris, hier matin, l’arrestation de Victor Voujon, l’auteur du drame de Gouttières.

C’est qu’en effet, après toute une série de crimes, de drames, de vols, nos populations rurales ne sont plus tranquilles, surtout dans cette région où trois drames viennent de se dérouler en peu de temps : crime du Bouchet, crime de Roche-d’Agoux, crime de Gouttières.

Et puis Voujon était encore armé, il lui restait deux cartouches et peut-on savoir ce qui aurait pu arriver.

 

L’arrestation

Dans le train qui se dirige, le matin, sur Clermont, un voyageur monta en gare des Fades.

Il était seul dans son compartiment, mais sa présence n’avait pas passée inaperçue. M. Ramy se trouvait dans un compartiment à côté, un employé de la gare de Saint-Gervais s’y trouvait également.

A l’arrivée du train en gare des Ancizes, on prévint le gendarme de service, M. Vignaud. Celui-ci alla vers le wagon qu’on lui avait indiqué et appréhenda l’homme. Voujon ne fit aucune résistance.

Il fut conduit à la brigade de Manzat et, de là, transféré à Riom.

 

Il ne voulait pas tuer.

Voujon a indiqué l’endroit où se trouvait la canne-fusil, arme du crime. Elle était dans un champ, à 100 mètres de la gare de Saint-Gervais.

La gendarmerie de Saint-Gervais l’a en effet trouvée. C’est une arme de précision, toute moderne.

Au cours de son interrogatoire, Voujon a déclaré qu’il ne voulait pas tuer sa maîtresse, mais lui faire peur…

Son acte commis, il a erré dans la campagne, puis a passé la nuit dans une grange à Ayat. A 5 heures du matin il a tiré un coup de sa canne-fusil et a jeté l’autre cartouche.

Après cela, il revint vers les Saudes, lieu-témoin, peut-être, de ses premiers amours.

De là il se rendit aux Fades, et prit son billet pour Volvic.

On sait le reste.

Il y a lieu, avant de terminer, de féliciter le chef de la brigade de Saint-Gervais et tous ses collègues qui ont battu tous les champs, qui se sont dépensés jour et nuit pour retrouver la trace du criminel, ainsi que les brigades des alentours : celles de Saint-Eloy, de Manzat, en particulier.

Voujon a été, comme nous l’avons dit plus haut, transféré dans la maison d’arrêt de Riom, où il a dû arriver vers 15 heures.

 

Le meurtrier à Riom

Dès son arrivée Victor Voujon a été présenté à M. Rolland, juge d’instruction. Voujon a renouvelé ses aveux. Mais prétend qu’il a tiré sur la jeune fille pour lui faire peur… car elle avait menacé de le tuer par ce qu’il avait manifesté l’intention de l’abandonner.

Il a ainsi narré la scène du drame :

Sachant que la jeune fille se levait une demi-heure avant ses patrons, mardi matin, il s’est posté sous le hangar, et a tiré sur elle au moment où elle a ouvert la porte. La blessée est rentrée précipitamment en criant et en fermant la porte. Il a tiré alors un second coup qui a fait voler le carreau de la porte sans atteindre la victime. Il nie avoir tiré un troisième coup de feu.

Il s’est enfui par les champs, a écrit le billet découvert dans la poche de son pantalon.

En somme, il n’a dit rien que l’on sache déjà, sauf quelques détails de la scène du drame. Quant à sa version de l’origine de celui-ci, elle semble bien invraisemblable.

Et l’interrogatoire terminé, Voujon a été écroué.

 

L’état de la blessée reste stationnaire

Léa Tardivat est toujours dans un état très grave. Il semble bien qu’on doive désespérer de la sauver.

M. Sanciaux, chef de la Sûreté, qui avait été chargé de l’entendre, n’a pu exécuter la commission rogatoire qui lui avait été envoyée.

 

Archives Départementales – Le Moniteur du Puy-de-Dôme – 5 BIB 3/96 – Journal du 20/12/1928.

 

 Suite et fin de l'article

Partager cet article

Repost 0
Published by jacot63 - dans Près de chez vous
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">