Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 09:48

La barque des promeneurs nocturnes chavire : trois des occupants se noient

Les deux autres s’accrochent à l’esquif

 

Presque à la limite du département de la Creuse, dans le Puy-de-Dôme, au centre d’un triangle délimité par Dontreix, Le Montel-de-Gelat et Charensat, à cheval sur les cantons de Pontaumur et Saint-Gervais-d’Auvergne, l’étang de Chancelade étale ses 130 hectares qui, spécialement en cette saison, accueillent baigneurs, pêcheurs, amateurs de canotage. Précisément, dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 22 h. 30, une partie de barque qui groupait cinq personnes devait tragiquement se terminer pour trois d’entre elles qui se noyaient, tandis que les deux autres parvenaient, en s’accrochant à l’esquif, à regagner la rive, située à une quarantaine de mètres du lieu de l’accident.

Documents-5663a.jpg 

Des appels au secours dans la nuit

Dans la soirée du jeudi, vers 22 heures, Mme Yvonne Brivois, demeurant à Boulogne-Billancourt, et en vacances à Dontreix, chez M. Servant, arrivait à Chancelade, en compagnie d’un autre locataire de ce café, également en séjour, M. Giorgio Subacchi, 33 ans, ouvrier maçon, domicilié à Herblay (Val-d’Oise). Ils se retrouvaient dans un café en bordure de l’étang, café tenu par M. Marc Léonard, avec M. Yves Mouillet, beau-frère du débitant, 24 ans, cultivateur à Dontreix, et avec qui la jeune parisienne avait déjà fait un tour en barque dans l’après-midi, en compagnie d’autres amis.

Au café consommaient également M. Michel Ravel, 35 ans, ouvrier d’usine, travaillant à Vaux (Allier), à l’usine Fers-Creux, en vacances chez ses parents, à Dontreix également, et un ouvrier agricole, M. Elie Bolle, 55 ans, demeurant à Courdemanges, commune de Charron (Creuse).

Trois d’entre eux achevaient leur repas et, rapidement, on décidait de faire un tour de barque. C’est ce que déclare Mme Brivois, rescapée, avec M. Yves Mouillet, de cette tragique sortie.

« Lorsque nous sommes partis de l’appontement – dit-elle- il y avait de l’eau dans le bateau ; elle est montée peu à peu jusqu’à hauteur de mes chaussures. Je n’étais pas rassurée et voulais retourner, mais mes compagnons riaient et faisaient bouger le bateau. J’appelais au secours. »

Les cris furent effectivement entendus par le directeur et les enfants d’une colonie de vacances des Francs et Franches Camarades de la région de Lille, en séjour à Villosanges et qui avaient planté leurs tentes au bord de l’étang, dans la partie en bordure de la route du Montel-de-Gelat à Charensat, vers la pointe que fait la vaste pièce d’eau vers le Nord-Est.

M. Hornaert, le directeur, nous a déclaré :

« Nous mangions en écoutant la radio, lorsque nous avons entendu les appels, mais, en même temps, des rires provenant du lac. Nous pensions que les gens s’amusaient, mais nous avons bientôt perçu de nouveaux appels. Du bord, nous avons vu sur l’eau la lueur d’une lampe de poche électrique (c’est Mme Brivois qui la tenait) et, tandis que l’on avisait le café proche, nous tentions de guider les naufragés par nos cris. Il y avait de la brume sur l’eau. »

Bientôt, un des clients du café arrivait, entrait dans l’eau et parvenait jusqu’à la barque à laquelle s’accrochaient M. Mouillet et Mme Brivois, et ramenait les naufragés au rivage. Mais leurs trois compagnons avaient disparu.

« M. Ravel a sauté du bateau lorsqu’il a été plein d’eau ; la barque a chaviré. MM. Subacchi et Bolle ont disparu sous l’eau après avoir tenté de se raccrocher au canot ; M. Ravel, qui tentait de regagner le bord à la nage, a disparu lui aussi. » poursuit Mme Brivois.

L’alerte était donnée au Montel-de-Gelat, dont les pompiers, sous la conduite du lieutenant Chanut et de son adjoint, M. Mousselon, étaient bientôt sur les lieux, ainsi que le maire de la localité, M. Léonard.

Il y avait également le garde de l’étang, M. Barrier, et des volontaires, en canot et en pédalo, pour tenter de retrouver les trois disparus dont on espérait toujours qu’ils avaient pu regagner l’une des rives à la nage. Un espoir qui devait être, hélas ! rapidement déçu.

Les gendarmes de la brigade de Saint-Gervais-d’Auvergne avec, à leur tête, l’adjudant Rodier, parvenaient à leur tour au bord de l’étang où le commandant Duchez (de la compagnie de Riom) était aussi présent pour mener les recherches qui étaient abandonnées après plusieurs heures et n’avaient permis de retrouver que la casquette de l’un des noyés, le portefeuille d’un autre…

Hier matin, en présence du maire du Montel ; de M. Mouton, conseiller général de Pontaumur, elles reprenaient avec le concours d’une équipe de pompiers de Clermont, spécialistes de la plongée, conduite par le sous-lieutenant Simonnet et formée de MM. Larquier, Cognet et Faure. Pendant deux heures, sous le regard des curieux et aussi des membres éplorés des familles des victimes, ces recherches se poursuivaient encore sans résultat. Elles reprenaient en début d’après-midi, sous la direction du lieutenant des pompiers du Montel et allaient aboutir vers 16 h. 30 à la découverte de deux des corps : celui de M. Subacchi, puis celui de M. Bolle.

 

Les recherches reprennent ce matin

Mais, en dépit des efforts des plongeurs, on ne put retirer hier soir la troisième victime et les recherches devaient reprendre ce matin.

Les corps de MM. Bolle et Subacchi ont été transportés à la mairie de Charensat, transformée en chapelle ardente et où le docteur Michon, du Montel-de-Gelat, après examen a délivré le permis d’inhumer.

C’est un bien triste fait divers qui vient ainsi endeuiller plusieurs familles d’une région dont le caractère pittoresque et accueillant cadre mal avec une telle tragédie. On peut d’ailleurs noter que les noyades sont, à l’inverse d’autres plans d’eau, très rare à Chancelade. La dernière remonte à une quinzaine d’années, où un chasseur, allant chercher à la nage une poule d’eau qu’il avait abattue, disparut dans les eaux, frappé de congestion.

Mais, hélas ! cette fois, rien ne pouvait faire prévoir que cette promenade en barque se terminerait d’une manière aussi tragique pour trois des cinq participants, et les deux rescapés, M. Mouillet, fils du propriétaire de l’étang et du bateau, et Mme Brivois, très accablés, avaient peine, hier après-midi, en suivant les recherches entreprises par les pompiers du Montel et les spécialistes du corps de Clermont, à se faire à la tragique réalité jaillie de cette nuit du 12 août.

 

Archives Départementales : La Montagne, 8 BIB 2, 14 août 1971.

Partager cet article

Repost 0
Published by jacot63 - dans Près de chez vous
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">