Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 08:34

LEBARD Jean, célibataire, né le 16 décembre 1866 à Brousse. Breveté à la session de juillet 1883, entré en fonction le 16 décembre 1883.

Il a exercé au Bladeix, commune de Saint-Priest-des-Champs à partir du 1er mai 1909 et jusqu’au 30 septembre 1912.

 

Rapport de l’inspecteur primaire après sa visite du 22 mai 1911.

Munis d’un brevet élémentaire et du Certificat d’Aptitude Pédagogique.

Quand l’école neuve du Bladeix sera faite et qu’il y aura lieu de l’habiter, le fonctionnaire qui est neurasthénique (affection nerveuse) et qui souffre de rhumatismes contractés dans les locaux scolaires humides et froids, désirerait, alors seulement, un poste dans une commune de l’arrondissement de Riom, sans mairie, sain, peu chargé, un climat très tempéré, très clément, à mi-côte, rapproché des moyens de communication, où il puisse trouver une pension convenable à un prix modéré.

 

Nombre d’enfants de la section : 53 enfants dont :

Agés de 2 à 5 ans : 7 garçons et 9 filles ;

Agés de 5 à 13 ans : 22 garçons et 15 filles.

 

Nombre des élèves :

Inscrits : 21 garçons et 13 filles ;

Présents ce-jour : 19 garçons et 10 filles.

 

Le local médiocre, mais qui pourrait être tenu avec plus de soin. Veiller davantage à la propreté des élèves.

M. Lebard fait des efforts, il ne manque ni de conscience, ni de bonne volonté et sur certains points les résultats sont assez encourageants.

Les cahiers sont assez bien tenus, les enfants lisent avec assez d’aisance ; on obtient de quelques-uns d’entre eux des réponses assez satisfaisantes.

Exemple : En récitation à propos de la poésie de Lamartine « le vieux paysan aveugle ».

Mais pourtant il y a des points faibles :

1°) L’enseignement du calcul donne des résultats vraiment médiocre. On ne sait pas résonner des problèmes très élémentaires ; des enfants de 12 ans ne savent pas multiplier un nombre par cent ; on ne fait pas de calcul mental.

2°) Vous n’exigez pas de vos élèves assez d’effort personnel. Vos devoirs notamment ne sont pas assez variés ; je relève des résumés d’histoire qui sont amplement des copies ; en géographie je ne trouve que des listes de départements et de sous-préfectures. Tous les devoirs de composition française sont les mêmes d’un cahier à l’autre ; ce sont des corrigés copiés. Il faut que tous les exercices exigent un effort de réflexion.

3°) Vous ne faites pas assez travailler toutes vos divisions de front. Trop d’élèves restent inoccupés.

 

M. Lebard est malade ; mais sa grande maladie n’est-elle pas un peu de manquer d’énergie. Sans doute il a de la bonne volonté ; sur certains points il obtient des résultats assez satisfaisant, mais je voudrais qu’il essaye d’être plus actif, qu’il s’efforce de rendre sa classe plus vivante et de faire travailler tous ses élèves à la fois.

 

 

Lettre du 27 septembre 1911 à Monsieur le Ministre.

Le hameau du Bladeix, commune de Saint-Priest-des-Champs, département du Puy-de-Dôme, est pourvu d’une école dirigée par Monsieur Lebard, instituteur.

Les habitants et pères de famille du hameau du Bladeix et des hameaux avoisinants après avoir protestés  de leur fidélité et de leur dévouement à la cause de l’enseignement laïc, se déclarant mécontent de la façon dont on instruit leurs enfants.

Une pétition a été adressée à M. le Préfet à ce sujet, voient que leur demande n’a eu aucun résultat puisque M. Lebard doit rejoindre son même poste.

Voyant que Monsieur le ministre est participant  de l’instruction des enfants, ils le prient de vouloir faire prendre leur demande en considération.

Signée en groupe.

 

Pétition

 

Les habitants du hameau du Bladeix et des hameaux avoisinants à Monsieur le Préfet du Puy-de-Dôme

 

Les soussignés habitants et pères de famille du hameau du Bladeix et des hameaux avoisinants, après avoir protesté de leur fidélité et de leur dévouement à la cause de l’enseignement laïc, se déclarent mécontent de la façon dont on instruit leurs enfants.

Ils se voient dans l’obligation et jugent qu’ils sont en droit, qu’il est même de leur devoir de porter à la connaissance de M. le préfet les constatations suivantes :

1-      Les résultats de l’enseignement donné par Monsieur Lebard ont été insignifiants pour les enfants de 6 à 8 ans, nuls, sinon négatifs.

2-      Depuis 3 ans que M. Lebard est au Bladeix les élèves se servent des mêmes manuels. Ils croient se baser la dessus  pour dénoncer l’inefficacité et la marche trop lente d’un enseignement qui ne se révèle que par des défauts.

3-      Il a fallu la pression et l’autorité du maire et de l’adjoint de la commune de Saint-Priest pour faire accepter à M. Lebard, au mois d’avril 1910, des enfants qui étaient à cette époque âgés de plus de 6 ans.

4-      Il est attristant de voir que quelques pères de familles, après constatation de l’ignorance dans laquelle végètent leurs enfants, ont mis ceux-ci en pension dans les communes voisines pour leur faire donner un enseignement qu’ils devraient recevoir à proximité de chez aux.

Pour la rentrée, un grand nombre d’autres pères de familles se préparent à suivre la même voie.

 

Etant donné ces observations qui sont les signes non équivoques d’une décadence regrettable, ils se croient en droit d’attendre Monsieur le préfet, un remède à une telle situation.

Le Bladeix le 3 septembre 1911.

 

 

Le 20 octobre 1911 lettre de l’inspecteur d’académie à M. Lebard  

 

Lors de la dernière visite de votre école, le 22 mai dernier, l’inspecteur primaire a constaté votre manque d’énergie et la médiocrité de votre enseignement.

Depuis, à plusieurs reprises, j’ai reçu des plaintes émanant de nombreux pères de famille et signalant l’insuffisance de votre enseignement.

Si je consulte votre dossier, je constate que dans les différents postes où vous avez exercé vous avez été l’objet des mêmes plaintes.

Vous avez invoqué devant monsieur l’inspecteur primaire, pour votre défense, l’état précaire de votre santé. M. l’inspecteur primaire vous a donné de bons conseils que vous ne paraissez pas avoir suivis puisque les plaintes ont reparu.

Je vous prie de me fournir vos explications et de me faire connaître si réellement vous avez l’intention de vous amender, si vous vous sentez l’énergie nécessaire pour remplir tous les devoirs de votre fonction.

Dans le cas contraire et si vraiment votre état de santé ne vous laisse plus la possibilité de faire tout votre service, ne pensez-vous pas que le moment soit venu de songer à la retraite. Le 15 décembre 1911, vous avez en effet 45 ans révolus et plus de 25 ans de services. Vous vous trouverez donc dans les conditions voulues pour être admis à la retraite, comme hors d’état de continuer vos fonctions.

Je vous prie de vous consulter à fond et de ma faire connaître très prochainement les résolutions que vous aurez prises.

De toute façon, il faut sans retard sortir d’une situation qui amène périodiquement les réclamations de la population et nuit considérablement à l’intérêt supérieur de l’école laïque qui est notre raison d’être.

 

Il a fait la rentrée scolaire à Marcillat, le 1er octobre 1912

A été admis à la retraite à partir du 1er octobre 1918.

 

Archives Départementales – T

Partager cet article

Repost 0
Published by jacot63 - dans L'enseignement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">