Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 10:30

Classe-1913-SP.jpg

           
   

MARTIN

Jules

TIXIER

Alexis

   
   

JOUHET

Gervais

     

Mort pour la France :

 

SIBELLE Jean Jérôme, né le 30 septembre 1893, à Jouhet, commune de Saint-Priest-des-Champs, célibataire. Fils de Etienne, né à Saint-Priest, Jouhet, le 3 septembre 1852, et de Marie Eugénie SAGOUAIN, née à Saint-Priest, Chez-Saby, le 6 janvier 1863, mariés à Saint-Priest, le 6 février 1882, cultivateurs à Jouhet.

Soldat. Classe 1913. Matricule 1897 au recrutement de Riom. Mobilisé, le 28 novembre 1913, à la 13e Section des Commis et Ouvriers Militaires, passé au 105e Régiment d’Infanterie, 10e Cie, le 15 septembre 1914.

Tué à l’ennemi à Armancourt (Somme),  le 10 octobre 1915.

L’acte a été transcrit à Saint-Priest-des-Champs, le 10 février 1916.

  Voir sa fiche


Ils en sont revenus :


FAVIER, Marie Martin, né le 25 août 1893, à Laval, commune de Saint-Priest-des-Champs. Décédé à Saint-Priest, le 09 février 1954. Fils de Gilbert, né à Gouttières, le 25 juillet 1862, maçon au Vernadel, et de Marie MARTIN, née à Espinasse, La Bourgeade, le 18 mars 1870, mariés à Espinasse, le 16 avril 1891, domiciliés à Laval.

Soldat. Classe 1913. Croix de guerre avec étoile de bronze. Matricule 1844 au recrutement de Riom. Incorporé, le 30 novembre 1913, au 12e Bataillon de Chasseurs à Pied.

Blessé, le 2 septembre 1914, à Giro Goutte, par une balle à la cuisse droite.

 Cité à l’ordre du Bataillon, N° 13 en date du 6 octobre 1914 : « Blessé le 2 Septembre 1914 en faisant vaillamment son devoir ».

Contre l’Allemagne, du 23 août 1914 au 27 novembre 1914.

 

FAVIER Marius Antoine, né le 29 octobre 1893, à Lamothe, commune de Saint-Priest-des-Champs. Décédé, à Saint-Priest, le 15 mars 1922. Fils de Annet, né à Saint-Priest, Lamothe, le 11 janvier 1861, et de Marie CHABASSIERE, née à Saint-Priest, Lamothe, le 20 septembre 1872, mariés à Saint-Priest, le 9 février 1893, cultivateurs à Lamothe.

Soldat. Classe 1913. Matricule 1845 au recrutement de Riom. Incorporé, le 27 novembre 1913, au 14e Régiment de Dragons.

Contre l’Allemagne, du 2 août 14 au 23 octobre 1919.

 

ISSERT Amable Marius, né le 16 décembre 1893, à Beaufessoux-le-Grand, commune de Saint-Priest-des-Champs, maçon. Décédé à Flossenburg (Allemagne), le 16 octobre 1944. Fils de Michel , né à Saint-Priest, le 24 septembre 1863, et de Jeanne PHELUT, née à Saint-Priest, Lacost, le 23 avril 1872, mariés à Saint-Priest, le 23 février 1893, cultivateurs à Beaufessoux le Grand.

Soldat. Classe 1913. Matricule 1854 au recrutement de Riom. Incorporé, le 25 novembre 1913, au 121e Régiment d’Infanterie.

Contre l’Allemagne, du 2 août 1914 au 6 mai 1915 (Réformé).

 

Jouhet MariusJOUHET Gervais Marius, né le 21 septembre 1893, à Couladèze, commune de Saint-Priest-des-Champs. Marié à Saint-Priest, le 1er février 1923, à Marie Marthe LELION. Décédé à Saint-Priest, le 18 février 1959. Fils de Jean, né à Saint-Priest, Couladèze, le 6 mars 1860, et de Françoise MEUNIER, née à Saint-Priest, Laval, le 11 juin 1866, mariés à Saint-Priest, le 25 juin 1891, cultivateurs à Couladèze.

Soldat. Classe 1913. Croix de guerre avec étoile de bronze. Matricule 1856 au recrutement de Riom. Incorporé, le 27 novembre 1913, au 121e Régiment d’Infanterie, passé au 105e R.I., le 5 septembre 1917, passé au 127e R.I., le 3 février 1918.

Blessé, le 26 décembre 1914, secteur de l’Echelle-Saint-Aurin (80), d’une balle à la cuisse droite.

Blessé, le 15 mars 1917, secteur de l’Echelle-Saint-Aurin (80), par éclats d’obus au bras gauche et à la cuisse gauche.

Blessé, le 4 juin 1918, secteur de Fontenoy (60), par éclats d’obus au pied droit.

Le 20 août 1918, secteur de Tartiers (02), intoxiqué par les gaz.

Cité à l’ordre du Régiment, N° 192 en date du 22 mars 1917 : « Bon et brave soldat qui a fait preuve d’un entrain et d’une bravoure remarquables pendant le coup de main du 16 mars 1917. A été blessé au cours de l’opération».                                             

Contre l’Allemagne, du 2 août 1914 au 4 septembre 1919.

 

3-22MARTIN Jules Joseph, né le 16 mars 1893, à Montpied, commune de Saint-Priest-des-Champs. Marié à Saint-Priest, le 24 avril 1927, avec Marie Françoise Hélène CHEFDEVILLE. Décédé à Saint-Priest, le 7 octobre 1962. Fils de François, né à Saint-Priest, Montpied, le 20 octobre 1851, et de Marie Julie LÉCUYER, née vers 1859, cultivateurs à Montpied.

Classe 1913. Matricule 1867 au recrutement de Riom. Réformé.

 

MAZERON Jean, né le 2 juillet 1893, à Lascot, commune de Saint-Priest-des-Champs. Décédé à Saint-Priest, le 21 juillet 1918. Fils de François, né à Saint-Priest, Lamazière, le 7 mars 1844, et de Marie CHAFFRAIX, née à Saint-Priest, Lacost, le 16 septembre 1852, mariés à Saint-Priest, le 20 février 1870, cultivateurs à Lascot.

Soldat. Classe 1913. Croix de guerre avec étoile de bronze. Matricule 1869 au recrutement de Riom. Incorporé, le 17 décembre 1914, au 98e Régiment d’Infanterie, passé au 16e R.I., le 24 avril 1915, passé au 92e R.I., le 5 février 1917.

Blessé, le 9 octobre 1915, à Tahure, fracture du radium et plaie au poignet et cuisse droite par éclats d’obus.

 Cité à l’ordre du Bataillon, N° 13 en date du 6 octobre 1914 : « Blessé le 2 septembre 1914 en faisant vaillamment son devoir ».

Contre l’Allemagne, du 16 décembre 1914 au 9 novembre 1917.

 

PAYRARD Antoine Clément, né le 9 juillet 1893, à la Geneste, commune de Saint-Priest-des-Champs, charron à Lyon. Marié à Brussieu (Rhône), le 22 avril 1921, avec Etiennette Antoinette DUTEL. Décédé à Lyon, le 02 avril 1957. Fils de Antoine, né vers 1858, et de Marie DECORPS, née vers 1865, cultivateur à la Geneste.

Soldat. Classe 1913. Croix de guerre avec étoile de bronze. Matricule 1874 au recrutement de Riom. Incorporé, le 28 novembre 1913, au 16e Régiment d’Infanterie, passé au 53e Régiment d’Artillerie, le 22 janvier 1917, passé au 115e R.A.L., le 3 septembre 1917, passé au 19e R.A., le 20 mai 1918, passé au 53e R.A., le 15 avril 1919.

Blessé, le 28 avril 1915, à Lassigny (Oise), par éclats de bombe, au gros orteil gauche. Furonculose et petite plaie par éclats d’obus à la jambe droite.

Contre l’Allemagne, du 2 août 1914 au 21 janvier 1917 et du 18 juin 1919 au 3 septembre 1919. En Orient, du 22 janvier 1917 au 17 juin 1919.

 

PERCHER Jean Thierry, Né le 4 juillet 1893, à la Sauvolle, commune de Saint-Priest-des-Champs. Marié à Biollet, le 29 février 1920, avec Marie CHAFFRAIX. Décédé à Saint-Priest, le 30 mars 1960. Fils de Jean, né à Saint-Priest, La Barge, le 24 novembre 1864, et de Marie ROBERTHON, née à Biollet, Le Venteuil, le 18 septembre 1863, mariés à Biollet, le 7 février 1891, cultivateurs à la Sauvolle.

Caporal, le 18 avril 1915, Caporal-fourrier, le 25 septembre 1916, Sergent, le 1er avril 1917. Classe 1913. Croix de guerre avec étoile de bronze. Matricule 1876 au recrutement de Riom. Incorporé, le 28 novembre 1913 au 16e Régiment d’Infanterie, passé au 84e R.I., le 11 août 1917, passé au 148e R.I., le 6 octobre 1917.

Blessé, le 20 août 1914, à Sarrebourg, Plaie par balle aux deux cuisses.

Cité à l’ordre du Régiment.

Contre l’Allemagne, du 2 août 1914 au 11 août 1917 et du 4 octobre 1918 au 5 septembre 1919. En Orient, du 12 août 1917 au 3 octobre 1918.

 

SABY Gervais, né le 18 août 1893, à la Brousse, commune de Biollet. Célibataire et cultivateur à Saint-Priest. Fils de Jean et de Marie LECUYER, cultivateurs.

Caporal, le 14 mai 1917. Croix de guerre avec étoile de bronze. Classe 1913. Matricule 1893 au recrutement de Riom. Incorporé, le 27 novembre 1913, au 16e Régiment d’Infanterie.

Blessé, le 25 août 1914, à Saint-Pierremont (88), plaie pénétrante de la cuisse gauche par balle.

Blessé, le 29 juillet 1918, à Oulchy-le-Château (Aisne), par balle, plaie inguinale fessière droite. Plus certainement au Grand-Rozoy (2e et 3e Bataillons) ou à Beugneux (1er Bataillon).

Cité à l’ordre du 16e Régiment d’Infanterie, N° 181 du 22 avril 1917 : « Le 13 avril 1917, chargé de repousser une contre-attaque allemande, a accompli sa mission avec un sang-froid merveilleux, se déplaçant fréquemment pour ajuster plus aisément ses adversaires, occasionnant ainsi de plus grandes pertes à l’ennemi. Soldat brave et dévoué ».                                            

Contre l’Allemagne, du 2 août 1914 au 3 septembre 1919.

 

TAYTARD François Annet Maxime,  né le 27 février 1893, à Gandichoux, commune de Saint-Priest-des-Champs. Célibataire et cultivateur-maçon. Fils de Marien Noël, né à  Saint-Priest, Gandichoux, le 25 décembre 1865, et de Marie NÉNOT, née à  Saint-Priest, Visignol, le 21 avril 1860, mariés à Saint-Priest, le 27 mai 1888, cultivateurs à Gandichoux.

Soldat. Classe 1913. Matricule 1899 au recrutement de Riom. Incorporé, le 27 novembre 1913, au 16e Régiment d’Infanterie, 9e Cie.

Décédé à l’hôpital mixte de Clermont-Ferrand, le 25 janvier 1914.

 

Tixier AlexisTIXIER Alexis Henri, né le 3 novembre 1893, à Villemaine, commune de Saint-Priest-des-Champs. Marié à Saint-Priest, le 28 février 1938, avec Marie-Louise Alexandrine BENI. Décédé à Saint-Priest, le 03 avril 1989.  Fils de Jacques, né à Saint-Priest, Villemaine, le 8 août 1867, et de Marie FAURE, née à  Saint-Priest, Villemaine, le 11 janvier 1869, mariés à Saint-Priest, le 11 janvier 1891, cultivateurs à Villemaine.

Soldat. Classe 1913. Matricule 1901 au recrutement de Riom. Incorporé, le 16 octobre 1914, au 98e Régiment d’Infanterie, passé au 175e R.I., le 28 février 1915, passé au 176e R.I., le 11 novembre 1917, passé au 105e R.I., le 10 juin 1918.

Blessé, le 8 mai 1915, aux Dardanelles, Plaie par éclats d’obus à la  cuisse gauche.

Contre l’Allemagne, du 16 octobre 1914 au 25 février 1915 et du 17 mai 1918 au 4 septembre 1919. En Orient, du 26 février 1915 au 16 mai 1918.

 

VALANCHON Julien Edouard, né le 6 juillet 1893, au Bourg Saint-Priest-des-Champs. Célibataire et maréchal-cultivateur. Décédé à Bléré (Indre et Loire), le 2 septembre 1994. Fils de Jean, tailleur d’habits, né vers 1860,  et de Marie BARGE, née vers 1858, domiciliés au Bourg.

Soldat. Croix de guerre avec étoile de vermeil. Classe 1913. Matricule 1902 au recrutement de Riom. Incorporé, le 18 décembre 1914, au 96e Régiment d’Infanterie, passé au 1e Régiment de Hussards, le 9 février 1915.

Ordre général N° 233 du 16e CA. Cité à l’ordre du CA : « Cavalier très énergique et très brave, s’est fait remarquer par sa belle attitude dans un poste de guetteur, sous un très violent bombardement le 18 mars 1917 à la côte 304. Vient encore de se distinguer comme engagé volontaire dans une patrouille dans la nuit du 24 au 25 mai 1917. »

Contre l’Allemagne, du 16 décembre 1914 au 26 août 1919.

                                            

Étaient présents sur la commune au moment de leur conscription :

 

CHIROL Antoine Emile, né le 4 septembre 1893, commune d’Ussel (Corrèze), boucher à Saint-Priest. Fils de Michel et de Françoise VENTADOUR.

Caporal, le 30 août 1914, Sergent, le 23 octobre 1914. Croix de guerre avec étoiles de bronze, d'argent et de vermeil. Classe 1913. Matricule 1830 au recrutement de Riom. Incorporé, le 21 novembre 1913, au 16e Régiment d’Infanterie.

Cité à l’ordre de la 26e Division le 8 janvier 1916 « Au front depuis sa mobilisation. Nommé caporal le 29 août 1914, sur le champ de bataille. Le même jour a fait partie volontairement d’une reconnaissance chargeait d’opérer dans un village, a aidé à rapporter dans nos lignes des blessés français qui se trouvaient dans ce village depuis trois jours. Le 25 septembre 1914, s’est distingué à l’attaque d’une ferme en allant reconnaître, sous un feu violent, les emplacements de mitrailleuses de la ferme Sébastopol. Le 18 décembre 1914 à l’attaque d’un bois, malgré le feu ennemi, est allé chercher le caporal BERTIN de la 2e Cie, grièvement blessé devant les fils de fer ».

Extrait de l’ordre de la 25e Division, N° 310 du 14 août 1916 : « Le 5 août 1916, étant chargé d’une équipe chargée de placer des défenses nécessaires dans un endroit particulièrement dangereux et ayant plusieurs de ses hommes blessés par des éclats de torpilles, a fait preuve du plus beau courage et esprit de décision remarquable en organisant rapidement les secours. D’emporter sur ses épaules l’homme le plus grièvement atteint. Sous-officier très brave et très dévoué, sur le front depuis le début de la campagne, déjà cité à l’ordre de la division ».

Cité à l’ordre du 16e RI, N° 181 du 22 avril 1919 : « Le 13 avril 1917 a entraîné ses hommes dans la brèche avec un allant et un esprit d’abnégation digne d’éloges. Donnant à tous l’exemple du plus grand esprit de sacrifice. Excellant sous-officier d’un moral très élevé ».

Cité à l’ordre du 13e CA, N° 149 du 23 avril 1917 : « Le 3 avril 1917 au cours d’une attaque, s’est offert spontanément pour transmettre des ordres, a exécuté sa mission en traversant par 4 fois le tir de barrage ennemi, donnant à ceux qui l’entourent un bel exemple de sang-froid. Excellent sous-officier d’un dévouement absolu en toutes circonstances ».

Fait prisonnier, le 1er août 1918, au Grand-Rozoy (Aisne). 

Contre l’Allemagne, du 2 août 1914 au 31 juillet 1918 et du 17 janvier 1919 au 26 août 1919.

Prisonnier à Crossen-am-Oder, du 1er août 1918 au 16 janvier 1919.         

 

TIXERONT Annet, né le 16 octobre 1893, commune de Saint-Jacques-d’Ambur, garçon de café à Saint-Priest. Fils de Michel et d’Anne BATISSE.

Caporal, le 16 mai 1915, Sergent, le 15 octobre 1915. Médaille militaire et Croix de guerre avec palme, le 11 septembre 1917. Classe 1913. Matricule 1907 au recrutement de Riom. Incorporé, le 26 novembre 1913, au 16e Régiment d’Infanterie.

Blessé, le 20 août 1914, à Sarrebourg, plaie par balle à la tête, double plaie au dos par shrapnell.

Blessé, le 20 août 1917, à Avocourt, par éclats d’obus, large plaie racine cuisse droite et plaie de débridement externe aux mêmes niveaux.

Cité à l’ordre de la 25e Division, N° 440 du 27 avril 1917 : « A l’attaque du 13 avril 1917, devant …. S’est fait remarquer par son énergie et sa bravoure, en tête du mouvement en avant, blessé au cours de la progression a conservé son commandement, ménageant ainsi ses hommes par son exemple. Excellent sous-officier qui s’était déjà fait remarquer aux combats de la Somme ».

Ordre du 16e RI, N° 3718 du 11 octobre 1917 : « Sous-officier brave et énergique possédant un grand ascendant sur la troupe, le 20 août 1917 s’est porté à l’assaut des retranchements ennemis avec un magnifique élan, entraînant ses hommes par son courage communicatif, a été très grièvement blessé en abordant la tranchée ennemie. Deux blessures antérieures et une citation ». 

Contre l’Allemagne, du 2 août 1914 au 6 novembre 1918.

 

Pas de renseignements :

     

BIDON Jean Auguste, né le 11 mars 1893, au Cluzel, commune de Saint-Priest-des-Champs. Fils d’Antoine et de Marie AUBIGNAT, cultivateurs au Cluzel.

 

GUTTON Alfred Joseph, né le 28 mai 1893, au bourg de Saint-Priest-des-Champs, chez Pierre PRADELLE, grand-père maternel. Fils de François, cordonnier à Lyon, et d’Antoinette PRADELLE, domiciliés à Lyon.

 

BRUNIER (VERNERET) Noël Annet, né le 17 septembre 1893, à Grandsaigne, commune de Saint-Priest-des-Champs. Décédé à Cassis Bouches-du-Rhône), le 18 avril 1979. Fils naturel de Marie BRUNIER. Légitimé par le mariage à Gouttières, le 26 janvier 1899, avec Antoine VERNERET.


Partager cet article

Repost 0
Published by jacot63 - dans Grande guerre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">