Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 15:57

Blason-de-Servieres.JPGFamille originaire du Limousin, établie en basse Auvergne par le mariage en 1559 de Gabriel de Servières avec Françoise de Chaslus, dame de Couronnet. Déjà noble à cette époque, elle fut depuis confirmée dans sa noblesse par arrêt de la cour des aides de Clermont le 19 août 1658. Un de ses membres, Gilbert de Servières, fut convoqué et assista aux assemblées de la noblesse de la sénéchaussée de Riom en 1789.

 

Armes: Fascé d'or et de gueules de six pièces. Couronne: De marquis



I.    Gabriel de Servières, écuyer, seigneur de Servières en partie, jusqu’au 24 juillet 1568, et seigneur de Couronnet. Fils de Jehan et Gabrielle de la MARCHE. Il épousa, par contrat du 15 février (janvier) 1559 Françoise de CHASLUS, dame de Couronnet, fille de Jean de CHASLUS, écuyer, seigneur de Vialleveloux, et de Marguerite de CHASLUS. C’est à la suite de cette alliance que Gabriel de SERVIERES s’établit en auvergne, dans le fief de Couronnet. Ses enfants furent :

1-   Annet, qui suit en II ;

2-  Antoine, auteur de la branche des seigneurs de Laire ; cité dans une quittance du 11 août 1597 et dans un acte du 11 août 1621.

3-  Gilbert, écuyer, prêtre, seigneur de la Mazière (Charbonnières-les-Varennes), vivant en 1592 [I.R., Reg. 82, f° 119] ;

4-   Jehanne, mariée à Michel de NEUFVILLE, écuyer, seigneur de Prondines, fils de Gabriel de Neufville, écuyer, co-seigneur de Prondines, et de Françoise de Montagnac.

II.     Annet de Servières, écuyer, seigneur de Couronnet. Il rendit hommage au Roi pour sa seigneurie de Couronnet, le 10 février 1611. Il fit son testament le 6 février 1616, instituant son fils pour son héritier universel, Jean de SERVIERES, son fils aîné.

Il épousa, par contrat du 24 juillet 1588, Gabrielle de CHASLUS, fille de feu François de CHASLUS, écuyer, seigneur de Vialleveloux, et de Françoise de SAINT-JULIEN ; contrat passé à Vialleveloux dans la maison basse dudit lieu, en présence de noble Robert BRANDON, seigneur de Gouttière, René de SAINT-JULIEN, seigneur de Solignat, François de la ROCHEAYMOND, seigneur de la Serre et Fernoël [I.R., reg. 78, f° 209]. Ses enfants furent :

 

1-   Jean, qui suit en III ;

2-   Gilbert, religieux de l’ordre de Saint-Benoît ; prieur de Saint-Martial dès le 17 mai 1615. Il résidait au château de Couronnet en 1654, et, le 26 mars de cette année, il donna 600 livres que lui devait son frère Jean de SERVIERES, seigneur de Couronnet, à son neveu Henri de SERVIERES et à sa petite-nièce Gilberte ANGARDON.

3-  Mary, écuyer, seigneur de Flourat, présent le 7 février 1622 au contrat de mariage de son frère Jean, avec Isabeau du Boucheron.

 

III.  Jean de Servières, IIe du nom, écuyer, seigneur de Couronnet, rendit hommage, le 12 avril 1635, à Charles de LEVIS, duc de Ventadour, lieutenant général en Limousin et Auvergne, pour la seigneurie de Couronnet. Il fut maintenu dans ses titres et privilèges de noblesse, par sentence des commissaires députés en Auvergne, le 19 août 1658. Il avait cessé d’exister le 4 décembre 1662.

Marié 2 fois : 1e) Le 7 février 1622 à Isabeau du BOUCHERON, fille de feu François du BOUCHERON, 2e du nom, écuyer, seigneur d’Ambrugeac , Saint-Hippolyte,et la Feuillade, et de Suzanne de ROCHEFORT de Saint-Angel 2e) A Michelle de FOURNIER, laquelle étant veuve de lui, rendit hommage le 17 juin 1669, au nom de ses deux enfants, Catherine et Jeanne de SERVIERES, pour le château et la seigneurie de Couronnet [Noms féodaux page 431]. Ses enfants furent :

                  Du premier lit :

1-   Henry, qui suit en IV ;

2-  Jeanne, mariée deux fois ; 1e) le 27 février 1650, Henry d’ANGLARDS, écuyer, dit Anglardon, seigneur de Gravière et Lascots, fils de Jean d’ANGLARDS, écuyer di Anglardon, seigneur desdits lieux, et de Claude de BOSCAVERT. 2e) Le 10 novembre 1663, Amable ASTORGUE, écuyer, seigneur de la Feuillade, Chaludet et la Chassagne, veuf en 1ères noces d’Antoinette FILHIAS, dame de Chaludet, fils de François ASTORGUE, écuyer, seigneur de la Feuillade, et d’Amable de NEUFVILLE.

3-  Marie, religieuse professe au couvent de Marsat, décédée à Ayat le 8 juin 1806.

4-Charlotte, née et baptisée à Saint-Priest le 8 septembre 1628, décédée le 10 janvier 1693, ensevelie dans l’église de Saint-Priest. Mariée, contrat reçu GRANSAIGNE, notaire, le 27 août 1650, à Jean BARTHOMYVAT, seigneur de Courtine, fils aîné de Claude de BARTHOMYVAT, seigneur de Courtine, contrat passé au château de Couronet en présence de Guy d’ANGLARDS, chevalier, baron de Rochedagoux, Gilbert du BOUCHERON, écuyer, seigneur de Bourgette, Charles des GRANGES, écuyer, seigneur de la Daire, Henry ANGLARDON écuyer, seigneur de Lascotes,  Henry de SERVIERES, frère de la future épouse, Blaise BARTHOMYVAT, bailli de Saint-Gervais [I.R., Reg. 145, f° 78].

 

Du 2ème lit :

5-Catherine, mariée après 1675 à Gilbert d’AURIERE, écuyer, seigneur des Vignauds, veuf en 1ères noces d’Anne de CHAMPS, fils de Nicolas d’AURIERE, écuyer, gentilhomme servant et porte manteau ordinaire du roi, capitaine d’infanterie dans le régiment de Mercœur, et Marguerite GRIMAUD.

6-Jeanne, vivante en 1669.

 

IV.  Henry de Servières, écuyer, seigneur de Couronnet, du Teilhot et autres lieux, cornette au régiment du seigneur de Termes en 1650 ; fit la campagne d’Italie et revint en France avec un congé délivré par le duc de Savoie, commandant l’armée du Roi en Italie ; il parait dans un acte du 28 juin 1662 ; décédé avant 1669.

Marié, par contrat du 31 juillet 1641, à Anne LARDY, fille de Gilbert LARDY, seigneur du Teilhot, laquelle étant veuve, rendit hommage le 17 juin 1669 et en 1685, pour les seigneuries du Teilhot, la Mollette, Laubespin et Couronnet [Noms féodaux, p. 557]. Elle partagea ses biens entre ses deux fils, le 28 novembre 1691 : Elle donna à Jean de SERVIERES, son fils aîné, la seigneurie de Couronnet, et à Gilbert de SERVIERES, la seigneurie du Teilhot. Elle vivait encore le 5 septembre 1714.

De ce mariage sont issus :

1-  Jean Marien, auteur de la branche des seigneurs du Couronnet, qui suit ;

2- Gilbert, auteur de la branche du Teilhot, qui suivra ;

3- Marie-Josèphe, mariée le 21 mai 1680 à Gilbert Antoine de BEAUFRANCHET, écuyer, seigneur dudit lieu et Ayat, né le 15 octobre 1652, fils d’Antoine de BEAUFRANCHET, écuyer, seigneur dudit lieu et Ayat, et de Catherine de PONS, sa 2ème femme, elle décéda à Ayat le 9 janvier 1710.

 

LA BRANCHE DE COURONNET

 

V.   Jean Marien de SERVIERES, écuyer, seigneur de Couronnet, fit enregistrer ses armes, le 23 août 1697, dans l’Armorial général (Généralité de Moulins), et rendit hommage au prince de SOUBISE, baron d’Herment, pour la seigneurie de Couronnet, le 23 juin 1698.

Il épousa, par contrat du 3 juin 1700, demoiselle Gilberte d’ALEXANDRE de ROUZAT, citée dans une transaction du 24 mars 1735.

  De ce mariage sont issus :

Gilbert, qui suit en VI ;

Gilbert, auteur de la branche de Manzat ;

Marie, qui épousa Claude de SARRAZIN, écuyer, seigneur de Bonnefond.

Marie-Antoinette, majeure en 1748.

 

VI.  Gilbert de SERVIERES, écuyer, seigneur de Couronnet, Bargheon, la Roche et l'Aubespin, baptisé le 8 mai 1702, rendit hommage au Roi, le 31 octobre 1753, pour la terre et seigneurie de Couronnet; assista au contrat de mariage de Jean de SERVIERES, seigneur du Teilhot, son cousin germain, le 1er mars 1756; délivra des provisions de châtelain pour la justice de Couronnet, le 16 janvier 1748 et le 6 août 1777.

Il avait épousé, par contrat du 18 mars 1747, Rose-Hélène de Massillon, fille de N... de MASSILLON et de Claire OLIVIER. Gilbert de SERVIERES avait donné tous ses biens à sa femme, par acte du 25 novembre 1775; celle-ci, devenue veuve, vendit la seigneurie de Couronnet à Gilbert de Servières, officier au régiment de Beauvoisis, par acte du 8 octobre 1783. Il mourut le 18 août 1783, sans postérité.

 

LA BRANCHE DE MANZAT

VI.  Gilbert de SERVIERES, 2e du nom, dit le chevalier de SERVIERES, baptisé le 23 juin 1703. Il assista au contrat de mariage de Jean de SERVIERES, seigneur du Teilhot, son cousin germain, le 1er mars 1756, et vivait encore en 1785. Il épousa à Manzat, le 25 février 1732, Madeleine de VAUCHAUSSADES, de laquelle étaient issus Gilbert-Édouard de Servières, garde du corps de LL. MM. les Rois Louis XVIII et Charles X, et Françoise de Servières, morte en décembre 1800, âgée de 62 ans.

Sont issus de ce mariage :

      1° - Gilberte de SERVIÈRES, née à Manzat, le 28 février 1733 ;

2° - Anne de SERVIÈRES, née à Manzat, le 26 septembre 1735 ;

3° - Marguerite Agnès de SERVIÈRES, née à Manzat, le 10 mai 1737 ; mariée à Manzat, le 26 septembre 1780, avec François de SARRAZIN ;

      4° - Françoise de SERVIÈRES, née à Manzat, le 2 août 1738 ;

      5° - Pétronille de SERVIÈRES, née à Manzat, le 25 mars 1740 ;

      6° - Jacqueline Anne de SERVIÈRES, née à Manzat, le 14 mai 1741 ;

7° - Gilbert de SERVIÈRES, né à Manzat, le 13 juillet 1742 ; marié à Vitrac, le 15 juillet 1777, avec Gilberte JURIE ;

8° - Marie Françoise de SERVIÈRES, née à Manzat, le 14 août 1743 ; mariée deux fois : 1) à Saint-Priest, le 18 juillet 1780, avec Blaise Daniel BRAVY, 2) à Pionsat, le 7 mars 1790, avec Charles MAZERON.

 

LA BRANCHE DU TEILHOT

V.    Gilbert de Servières, écuyer, seigneur du Teilhot, Chez Saby et la Védrine, pour lesquels il rendit hommage en 1717 ; lieutenant au régiment de Royal-cravate le 12 janvier 1715, capitaine au régiment de Condé-cavalerie le 23 août 1732 ; donna à son fils aîné, Jean de SERVIERES, par acte du 20 mars 1737, le château du Teilhot et ses dépendances ; il mourut le 11 décembre 1742.

Marié deux fois : 1e) Contrat reçu Culhat notaire, le 8 février 1700 à Catherine d’AURIERE, née le 25, baptisée le 27 novembre 1674 à Artonne, fille de feu Gilbert d’AURIERE, écuyer, seigneur de Malmouche et des Vignauds, et de Anne de CHAMPS, mariage célébré à Artonne le 18 février 1700 (A.D. 3E 12/3 page 102). 2e) à Gilberte du PEYROUX, décédée à Saint-Priest le 12 décembre 1733, veuve d’Annet MERLE, lieutenant de Pont-Gibaud, qu’elle avait épousé le 28 février 1697, fille aînée de Gilbert du PEYROUX, écuyer, seigneur de Saint-Hilaire, et de Gasparde d’ASTORGUE de la Feuillade.

 

Ses enfants furent :

                  Du premier lit :

a.  Jean, qui suit, auteur de la branche aînée ;

b. Gilbert, né et baptisé à Saint-Priest le 8 mai 1701 (3 juillet 1704), décédé en bas âge ;

c.  Jean-Baptiste, écuyer, né vers 1702, décédé à Récolènes (Nébouzat) le 9 septembre 1780, marié à Chapdes-Beaufort le 12 avril 1767 à Jeanne Madeleine de Servières, sa nièce, née et baptisée à Saint-Saturnin le 24 octobre 1739, décédée à Nébouzat le 21 mars 1788, fille des défunts Jacques de SERVIERES, écuyer, seigneur d’Arsège, et Claire DESAIX.

d. Jean, qui suivra, auteur de la branche cadette ;

e. Marie-Gilberte, née et baptisée à Saint-Priest le 10 février 1703, mariée au même lieu le 25 novembre 1724 à Jean TARAVANT, habitant Pontgibaud, fils des défunts Pierre et Anne Mazal.

f. Marguerite-Anne, mariée à Saint-Priest le 10 février 1738 à Benoît MAIGNE, bourgeois habitant de Cotefaîte (Montfermy), fils de défunt Jean, bourgeois dudit lieu, et de Louise du PEYROUX.

g.  Marie, née vers 1706, décédée à Saint-Priest le 19 mars 1766, mariée à Saint-Priest le 11 avril 1752 à Gabriel GARREAU, écuyer, seigneur de Cheslaveille, y demeurant, diocèse de Limoges, veuf en 1ères noces de Françoise de FROMENTON.

Du second lit :

h.  Jeanne Madeleine, qui fut marraine en 1764 ;

i.  Jacques, écuyer, seigneur d’Arsège et Recolènes, né vers 1715, décédé à Saint-Saturnin le 23 décembre 1749, marié au même lieu le 27 septembre 1738 à Claire DESAIX, née le 28, baptisée le 31 août 1719 à Saint-Saturnin, fille de défunt Gaspard DESAIX, écuyer, seigneur de Querian, et de Madeleine Simon, elle mourut à Saint-Saturnin le 18 octobre 1748 laissant une fille unique.

·         Jeanne Madeleine, née et baptisée à Saint-Saturnin le 24 octobre 1739, décédée à Nébouzat le 21 mars 1788, mariée deux fois :

1e ) à Chapdes-Beaufort le 12 avril 1767 à Jean Baptiste de SERVIERES, son oncle, écuyer, Capitaine de dragons au régiment de Belsunce, chevalier de Saint-Louis, né vers 1702, décédé à Recolènes (Nébouzat) le 9 septembre 1780, fils de Gilbert de Servières, écuyer, seigneur du Teilhot, Chez Saby et de la Védrine, et de Catherine d’Aurière, sa 1ère femme, contrat de mariage reçu Courtadon et Demay, notaires, fut signé à Langlerial (Chapdes-Beaufort) le 10 avril 1767 [I.R., Reg. 257, f° 388].

2e ) à Nébouzat le 23 juillet 1782 à François Dominique de REYNAUD de MONTLOSIER, chevalier, Lieutenant d’infanterie, né le 18 septembre 1742, baptisé le lendemain, à Saint-Ours, fils de défunt Michel Amable de REYNAUD de CHAUDIANT, chevalier, seigneur de Chaudiant, Blanchefort, Les Roches, Beauregard, Mareugheol, etc…, et de Marguerite Agnès de RIGAUD de MAREUGES,  contrat de mariage reçu Cougoul, notaire, passé à Recolènes dans la maison de la future épouse le 23 juillet 1782 [I.R., Reg. 281, f° 245], il se rendit célèbre, plus tard, sous le nom de Comte de Montlosier.

Branche Aînée    

VI.  Jean de SERVIERES, écuyer, chevalier, seigneur du Teilhot, Chez Saby, et autres places, né et baptisé à Saint-Priest le 31 décembre 1700. Marié à Ayat-sur-Sioule, le 2 mars 1756 (A.D. 6E 25/2, page 39), par contrat du 1er mars 1756, à Françoise Antoinette de BEAUFRANCHET, née et baptisée à Riom le 14 avril 1734, fille d’Amable de BEAUFRANCHET, écuyer, seigneur d’Ayat, et de Françoise Antoinette de SIRMOND, ses enfants furent :

1)      Jeanne Françoise Constance de SERVIÈRES, née le 10 septembre 1757, baptisée le lendemain, à Ayat (p : Jean de SERVIERES, Capitaine de dragon au régiment de Thiange, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, oncle paternel de l’enfant, m : Dame Françoise Antoinette SIRMOND de BEAUFRANCHET, grand-mère maternelle); morte sans alliance au Teilhot, le 20 novembre 1831 ;

2)      Amable François de SERVIÈRES, né le 8 avril 1759 au château d’Ayat, baptisé le 10 à Ayat  (p : Amable de BEAUFRANCHET, écuyer, seigneur d’Ayat, aïeul de l’enfant, m : Dame Françoise de CHALUS, femme de M. Jean de SERVIERES de Langlérial, Chapdes-Beaufort) ;

3)      Amable Louise Charlotte de SERVIÈRES, née au château d’Ayat et baptisée à Ayat le 7 juillet 1760 (p : M. Louis Charles Antoine de BEAUFRANCHET, chevalier, seigneur d’Ayat, m : Dame Amable de BEAUFRANCHET, épouse de Messire Gilbert Antoine DEZAIX de VEIGOUX) ; décédée sans alliance au château du Teilhot, le 18 janvier 1826 ;

4)      Louise Constance de SERVIÈRES, née au château d’Ayat et baptisée à Ayat le 28 juillet 1761 (p : M. Louis Charles Antoine de BEAUFRANCHET, chevalier, seigneur d’Ayat,  m : Dlle Constance Françoise de SERVIERES, sœur de l’enfant) ; décédée sans alliance au bourg de Saint-Priest, le 14 février 1850.

5)      Gilbert de SERVIÈRES, qui suit en VII ;

6)      Jeanne Madeleine Antoinette de SERVIÈRES, née le 26 juin 1764, baptisée le lendemain, à Saint-Priest, décédée le 10 septembre 1773 à Saint-Priest;


VII.  Gilbert de Servières, IIe du nom, écuyer, seigneur du Teilhot, de Couronnet, l'Aubespin, Davideix, Gandichoux, Grandsaigne, la Roche et autres lieux, né le 22 mars 1763, cadet-gentilhomme dans le régiment de Beauvoisis-infanterie par brevet du 14 mars 1779, sous-lieutenant le 21 novembre 1780, lieutenant en second le 28 janvier 1785, lieutenant en premier le 17 mai 1789. Émigré le 15 avril 1791, il rejoignit avec les officiers de son régiment l'armée du prince de Condé, servit constamment sous ses ordres et le suivit à Oberkirch; nommé capitaine en 1796, il fit les campagnes de 1792, 1793, 1794, 1795, 1796 et 1797, suivit l'armée en Russie et fit les campagnes de 1800 et 1801, époque du licenciement. Il fut mis à la retraite le 23 mars 1816, en qualité de chef de bataillon. Il fut nommé chevalier de Saint-Louis le 15 septembre 1800, et chevalier de l'ordre noble du Phénix de Hohenlohe le 18 mai 1817. Maire de la commune de Saint-Priest le 19 septembre 1815, il mourut, revêtu de cet emploi, le 21 mai 1821. — Il avait acheté la seigneurie de Couronnet, par acte du 8 octobre 1783, de Rose-Hélène de Massillon, veuve de Gilbert de Servières, écuyer, seigneur de Couronnet, et réunit ainsi tous les domaines de la branche cadette de Servières, au nombre desquels il faut comprendre le château et seigneurie de Glénat, paroisse d'Artonne.

Il épousa à Ludesse, le 22 avril 1804 (4 Floréal An 12), demoiselle Marguerite-Adélaïde de la SALLE, fille d'Alexis de la SALLE, ancien officier des mousquetaires, et de Marguerite de ROQUELAURE, issue d'une branche cadette des Roquelaure du Rouergue, habitants de Chainat, commune de Ludesse. La famille de la Salle a fourni plusieurs comtes de Brioude, de 1256 à 1688.

De ce mariage sont issus:

Françoise-Antoinette-Constance de SERVIÈRES, née à Ludesse, le 24 janvier 1805. Elle épousa à Saint-Priest-des-Champs, le 15 juillet 1828, Pierre-Auguste-Jean-Pierre-Henri d'AMARZIT, né à Ussel (Corrèze), le 15 février 1804, receveur particulier des finances ;

Amable-Jean de Servières, né à Chainat commune de Ludesse, le 25 juin 1806, ancien garde du corps de S. M. le Roi Charles X, dans la compagnie du prince de SOLRE. Il fut l'un des gardes qui accompagnèrent le Roi à Cherbourg en 1830. 11 servit ensuite dans le 24e régiment d'infanterie de ligne et dans la légion étrangère en Afrique. Après plusieurs années de campagnes, il s'est retiré avec le grade de capitaine.

Il épousa à Auge (Creuse), le 22 mai 1832, demoiselle Joséphine-Flavie de LOUBENS de VERDALLE, née à Montluçon, le 19 octobre 1809, fille de Vincent de LOUBENS de VERDALLE, propriétaire à la Chaussade-le-Château, commune d’Auge, département de la Creuse, et de Claire-Eulalie de MAGNAC.

D’où au moins Emmanuel de Servières, né à La Chaussade-le-Château, commune d’Auge, le 23 septembre 1834.

3° Jean-Baptiste-François-Adrien de SERVIÈRES, né à Ludesse, le 22 février 1808. Propriétaire au domaine de Bel-Air, commune de Verrières, où il est décédé célibataire, le 7 décembre 1865 ;

Marie-Hippolyte-Louise de SERVIÈRES, née à Chainat commune de Ludesse, le 4 juin 1810. Elle épousa à Verrières, le 27 novembre 1838, Marie-Marc-Théodore de CABRIERES, né en 1802, ancien officier au corps royal de la marine, ancien sous-préfet, chevalier de la Légion d'honneur, demeurant à Rodez, département de l’Aveyron ;

Françoise-Elisabeth de SERVIÈRES, née à Ludesse, le 18 novembre 1811, épousa le 25 janvier 1836, Pierre-Frédéric d'AMARZIT, né au château du Bazaneix, commune de Saint-Fréjoux, département de la Corrèze, le 16 août 1786 ;

Amable-Marie-Edwige de SERVIÈRES, née à Ludesse, le 21 novembre 1813 ;

 

Branche Cadette    

VI. Jean de SERVIÈRES, 2e du nom, écuyer, seigneur de l’Etang et de Langlérial, né vers 1709, décédé sans postérité, à Saint-Priest des Champs, le Teilhot, le 30 septembre 1781. Capitaine de Dragon au Régiment de Thiange, Chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il fut nommé tuteur de sa nièce, Jeanne-Madeleine de SERVIERES, en 1740. Il a épousé à Chapdes-Beaufort, le 24 novembre 1744 (A.D. 6E 85/1, page 214),  demoiselle Françoise de CHASLUS, née le  12 janvier 1701, baptisée à Landogne le 4 janvier suivant, décédée à Langlérial, Chapdes-Beaufort, le 17 décembre 1776, veuve de Claude de GIMEL, écuyer, seigneur des Gérauds, fille de Gabriel de CHASLUS, écuyer, seigneur de Cassière, les Salesses et Gouzougnat, et de Jacqueline de RIEGE, sa 1ère femme.?

 

Référence: Livre d'or de la noblesse européenne par Léon GIVODAN, page 364

Généanet : Dominique BAGUET 

Partager cet article

Repost 0
Published by jacot63 - dans Gens d'ici
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">