Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 00:03

Comment on soigne au 18e siècle entre Cher et Sioule, par J. SEMONSOUS

Revue d’Auvergne, tome 74, N° 3, année 1960.

 

 

Remèdes d’almanach

 

Pour prévenir, pour éviter et pour guérir les diverses maladies, de quels moyens disposait-on au 18e siècle ?

Il y avait d’abord des guérisseurs et des guérisseuses qui se chargeaient de vous faire passer, avec des prières marmottées et force signes de croix, non seulement le feu d’une brûlure, mais encore qui possédaient pour chaque cas un remède infaillible qui n’empêchait guère de souffrir et personne d’aller au « cemetière ». On connaissait ce remède de père en fils, de mère en fille, depuis on ne peut dire combien de générations. L’histoire ne va-t-elle pas jusqu’à nous transmettre le nom de ces « Marques » qui, à Saint-Gervais, étaient célèbres depuis le 15e siècle, dit le chanoine Audigier dans son « Histoire d’Auvergne » (1899) ?

D’ailleurs, qui pouvait lire avait dans les almanachs de l’époque, mille remèdes, tous plus sûrs les uns que les autres, surtout à base de plantes, mais aussi de poudres les plus invraisemblables qui paraîtront au profane une vaste plaisanterie, mais dans lesquels la thérapeutique et la pharmacopée pourront reconnaître, parfois, l’équivalent des formules modernes du Codex.

            En voici quelques-uns de ces bons remèdes tirés de « l’almanach salutaire et économique pour la province d’Auvergne, 1774 ».

 

Voici ma petite sélection.

Tisane de santé

Prenez une demi-mesure[1] d’avoine bien nette et bien lavée, une poignée de chicorée sauvage ; faites bouillir le tout dans six pintes[2] d’eau pendant trois quarts d’heure, ajoutez-y une demie once[3] de crystal minéral[4] et un quarteron[5] de miel blanc ; laissez bouillir le tout pendant encore une demie heure. Ensuite, coulez la liqueur à travers un linge et la conserver dans une cruche propre.

Vous prendrez tous les matins à jeun deux verres de cette tisane et vous continuerez l’usage pendant quinze jours… Cette boisson ne cause ni tranchée ni douleur ; elle tient le ventre libre, provoque les urines, dégage le cerveau, nettoie les viscères, procure le sommeil facile, engraisse et rafraîchit, délivre les membres de toute pesanteur, fortifie le corps, donne à l’esprit plus de gaieté, de sorte qu’elle peut passer pour un remède qui guérit un grand nombre de maladies… Ce remède a été expérimenté sur un bon nombre de personnes qui ont été guéries de maladies invétérées. Un médecin nommé de Sainte-Catherine a vécu, par la vertu de ce remède, près de 120 ans.

 

Remède contre le rhume

Faites bouillir dans une pinte d’eau avec trois ou quatre pommes reinette pelées et coupées en quatre tranches, pour la valeur d’un sol d’hysope[6] et de réglisse[7] ; faites réduire cette décoction à une chopine[8]. Passez sur un linge fin, ajoutez-y quatre onces de sucre ; faites ensuite réduire le tout à moitié et à petit feu. Vous en boirez matin et soir, deux cuillerées pleines. Le rhume le plus opiniâtre et le plus violent cesse en quatre jours.

 

Remède pour apaiser dans la minute le plus violent mal de dents

Il faut prendre une cuillerée de poivre en poudre et deux sucres râpé qu’on amalgame avec un peu d’eau-de-vie. On met ce mélange sur une pelle rouge en la remuant avec un couteau ou avec un morceau de bois jusqu’à ce qu’il soit en caramel. On le verse ensuite sur du papier et lorsqu’il est refroidi, on en prend la grosseur d’un grain de froment qu’on applique sur la gencive au-dessus de la dent  qui cause le mal ; aussitôt, on est soulagé… Ce topique fait beaucoup cracher et picote vivement la gencive, mais la douleur est apaisée sur le champ.

 

Remède contre la dysenterie

Faites une soupe avec du papier blanc[9] déchiré et bouilli dans du lait avec un peu de sucre candi[10]. Trois ou quatre soupes tirent d’affaire ; c’est ce qu’assure un homme qui a pratiqué longtemps dans les troupes.

L’effet de cette soupe est sans doute que le papier ainsi bouilli forme une espèce de colle qui s’arrête le long des intestins, en humecte les parois et par là les adoucit, les rafraîchit et rend ainsi aux vaisseaux leur souplesse et conséquemment empêche le sang d’en sortir et lui fait reprendre son cours naturel.

 

Deux derniers… Et certainement les meilleurs !

Remède pour les tremblements des mains

Prenez un pot d’urine d’une jeune personne saine, autant d’eau où les forgerons éteignent le fer ; faites-y bouillir six poignées d’armoise[11] jusqu’à diminution du tiers. Il ne faut point passer cette liqueur, mais se servir de cette liqueur pour se frotter les mains, les poignets…

 

Préservatif contre la petite vérole

Porter habituellement sur soi un étui rempli de mercure est un puissant préservatif et même un moyen sûr de ne l’avoir jamais. D’autres se contentent de porter sur eux un tuyau de plume rempli du même minéral et bouché avec de la cire.

Pour éviter que la petite vérole ne marque trop profondément le visage, on recommande de passer avec une plume sur le visage, une pâte faite de craie pulvérisée délayée dans de la crème nouvelle.

Pour faire passer les taches que la petite vérole laisse sur le visage, prenez une quantité raisonnable de limaçons avec leur coquilles, pilez-les avec parties égales de sucre candi, faites un mélange, oignez-en le visage ; il est efficace pour effacer ces sortes de taches.

 



[1]: Demi-mesure : Demi-boisseau, mesure valable suivant les régions, sans doute sept à huit litres. L’avoine est un calmant.

[2] Pinte : Mesure de capacité pour le vin et l’eau-de-vie contenant près de notre litre mais qui variait un peu suivant les régions.

[3] Once : Poids de 1/16 de l’ancienne livre, soit 31 à 32 gr. Environ.

[4] Crystal minéral : Nitrate de potasse fondu à 300° environ.

[5] Quarteron : Le quart d’une livre, soit 120 à 125 gr.

[6] Hysope : Sommité florale de l’hyssopus officinalis. Fluidifie les sécrétions bronchiques et encore stimule l’estomac.

[7] Réglisse : Glycyrrhiza glabra. Papilionacée dont le rhyzome contient un glucose dit glizine. Adoucissant en infusion.

[8] Chopine : demi-pinte.

[9] Papier blanc : Papier de chiffons, comme celui d’Ambert.

[10] Sucre Candi : Sucre de canne cristallisé à demi et transparent.

[11] Armoise : Herbe de la Saint-Jean, tonique, excitante et emménagogue.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">