Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 22:14

Lu dans le journal Le Petit Clermontois du 17 septembre 1886.

            Tous les missionnaires ne sont pas au Tonkin, ni en Chine. Il en est qui trouvent plus commode de venir apporter la « parole de Dieu » aux populations de nos campagnes, bien que les habitants du Puy-de-Dôme n’aient point l’habitude de jeter leurs enfants dans l’onde homicide du fleuve jaune. Il est vrai que ceux du Céleste-Empire ne l’ont pas d’avantage, si l’on en croit certains auteurs peu orthodoxes.

            Donc, nos montagnes ont le bonheur de posséder des missionnaires. Ce n’est pas la première fois que l’on essaie de renouveler les prodiges accomplis pendant la Mission de 1829, mais la tâche devient difficile. Le Saint-Esprit fait des façons pour descendre de la voûte des églises, et le tonnerre et les éclairs ont pris l’habitude d’agir quand bon leur semble, au lieu d’obéir à la voix des prédicateurs.

            Cela n’empêche pas. On fait ce qu’on peut. Les missionnaires tonnent personnellement, et à force d’invoquer l’enfer et tous les diables, ils finissent toujours à ramener au bien – lisez au confessionnal – quelques pêcheurs égarés. D’abord leur clientèle se compose de quelques vieilles femmes ; puis les indifférents se laissent gagner. Les missionnaires sont si contents ! Ils donnent l’absolution à si bon compte ! Ce n’est pas comme le vieux curé ou le petit vicaire qui vous épluche une conscience jusque dans les recoins les plus discrets.

            Ces bons missionnaires se contentent de gratter la surface. Ils ont tant d’âmes à convertir ! Et dam ! C’est très commode, de raconter ses péchés à un homme qui n’écoute que d’une oreille. Un court résumé, quelques paroles latines et tout est dit, qui est-ce qui ne voudrait pas profiter de cette aubaine ?

            Doux en confession, les missionnaires sont terribles en chair. Ils vous décrivent les supplices infernaux de façon à donner la chair de poule. Quand on peut éviter de si grands maux en se donnant aussi peu de peine, on serait bien bête si l’on y manquait. Tel est le raisonnement qui s’infiltre peu à peu dans l’esprit des auditeurs, et, chaque jour, il s’en confesse une fournée.

            A Saint-Priest-des-Champs, les missionnaires ont fait une campagne superbe. La mission a duré trois semaines, et ceux que la grâce n’a pas touchés sont rares. Malheureusement, le dernier jour a été signalé par un incident qui a jeté un froid.

            Les missionnaires, fidèles à leur tactique, qui consiste à frapper surtout l’imagination, célébraient qun grand’messe en plein air, sur la place publique. Quelques jeunes gens, convenablement dressés, tiraient en leur honneur des pétards et des coups de fusils. Les missionnaires adorent cela. Fusillade et pétarade alternaient avec les chants sacrés. C’était bruyant, mais c’était très beau.

            Un charron, animé d’un peu de zèle, faisait mieux. Avec un vieux tube de fer, monté sur une sorte d’affût, il avait fabriqué un canon. Muni d’une petite caisse pleine de poudre, il chargeait l’instrument par la culasse, et le canon tonnait pour la plus grande gloire de Dieu.

            Tout à coup, une fusée, maladroitement lancée par un nommé V…, vint tomber encore enflammée dans la caisse de poudre. Une explosion formidable eut lieu, et le malheureux Abavid – c’est le nom du charron – se mit à pousser des cris affreux. Il était grièvement brûlé.

            On s’empressa autour de lui, le curé en personne vint lui prodiguer des soins qui n’étaient pas inutiles, car Abavid était dans un état lamentable. Quand aux missionnaires, ils chantaient, et le diable n’interromprait pas un missionnaire qui chante. Les cantiques continuèrent de plus belle.

            Les missionnaires partirent le lendemain et le charron resta quinze jours sans pouvoir travailler.

            Voilà le plus beau miracle qu’ait produit la mission à Saint-Priest-des-Champs. C’est n’avoir pas de chance : si le blessé eût été un hérétique, un niguenaud (huguenot) comme on dit dans nos campagnes, on aurait encore pu exploiter ça. Par malheur, le charron était une des meilleures recrues des révérends pères. Sa conversion ne lui a pas porté bonheur.         

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Jean PETIT, un maire, une généalogie
    Maçon en 1863 ; Cultivateur en 1872 ; Aubergiste en 1873 ; Propriétaire et aubergiste au bourg de Saint-Priest-des-Champs en 1877. Élu pour son premier mandat de Conseiller municipal, le 23 Janvier 1881, au deuxième tour du scrutin, avec 137 voix ; Maire...
  • Inhumations 1628 - 1633
    Vue 66 Anthonia DARD, inhumée le 23 juin 1628, femme à Pierre PEROL dit Dufourd, du village de Lamazière. Vue 67 Anthonia DELAQUARTE, inhumée dans l’église le 25 juin 1628, femme à Jehan SIMON de ce bourg de Saint-Priest. Vue 67 Jacques N., métayer au...
  • Les galibots
    Sans commentaire ! Souvent au pays des gueules noires les enfants faisaient comme leurs pères et descendaient au fond de la mine , la vie souvent était difficile ,avant...
  • Relevés baptêmes (Article 11) + Synthèse patronyme PEROL
    Archives Départementales : Cote 6 E 408-1 Années 1577 à 1747 Naissances du 22 mars 1654 au 7 juin 1654 Vue 194 Antoine MARCHEIX et Françoise MARCHANT, du village de Laval, dont : Mathieu, né le 22 et baptisé le 24 mars 1654 à Saint-Priest-des-Champs [1]...
  • Photos J.S.S.P.
    Photos de la collection de Jean-Louis FAURE aimablement prêtées par Marcelle sa maman. Vous pouvez me transmettre les noms !
  • Relevés baptêmes (Article 10)
    Archives Départementales : Cote 6 E 408-1 Années 1577 à 1747 Naissances du 5 vril 1640 au 19 mars 1654 Vue 180; Anthoine QUARTON et Michelle AMBLARD, du village de Retailhat, dont : Gilbert, né le 5 et baptisé le 6 avril 1640 à Saint-Priest-des-Champs...
  • La stévia : L'herbe sucrée
    Une petite parenthèse pour ceux qui veulent consommer autrement! À chaque plante médicinale son lot d’appropriations, d’interdictions, de brevets, d’extraction moléculaire et autres joyeusetés… La Stévia, la fameuse herbe sucrée, n’échappe malheureusement...
  • Bilan
    Bonjour et merci à vous tous, qui par vos visites m'encouragez à continuer. 2021 c'est 2697 visites soit un peu plus de 7 visites par jour, c'est aussi 5190 pages vues soit un peu plus de 14 pages par jour. Merci encore à vous et n'oubliez pas que vous...
  • La poste et les facteurs
    1866 CHARVILHAT Charles, facteur, habite le bourg, né le 4 octobre 1829 à Saint-Priest-des-Champs, fils d’Antoine CHARVILHAT et de Jeanne BERTHIN, métayers-cultivateurs au bourg. Charles, épouse le 2 février 1853, Marie DELONGVERT. Fille de Michel DELONGVERT...
  • Les registres d'État-civil
    Le 20 septembre 1792, l’Assemblée législative vote le transfert des registres du greffe tenus par l’église aux registres d’état-civil qui seront désormais tenus par le maire. Les actes sont signés par l’Officier public de la commune. Ce dernier est choisi...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">