Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 22:57

DEMOULIN Alexandre, gravé sur le monument avec pour seul information « Mort à l’intérieur ». Cela veut dire qu’il n’était pas affecté dans les unités combattantes.

Pas de trace de lui dans les registres des matricules du Puy-de-Dôme, ni dans les actes de décès de Saint-Priest-des-Champs. Le seul indice, une tombe des familles DEMOULIN-MARCHEIX dans le cimetière de la commune, avec un DEMOULIN Alexandre 1882 – 1915.

Il était bien caché

Certainement notre soldat. Si c’est lui, l’état-civil nous apprend qu’il se prénomme Hyppolite Étienne Alexandre, qu’il est né le 13 août 1882 au village de Villemaine et que ses parents sont François DEMOULIN et Clémence MARCHEIX. Tout correspond avec les noms inscrits sur le caveau.

Il était bien caché

Si jusqu’à présent les recherches restaient infructueuses, c’est sans compter sur les relevés collaboratifs qui sont effectués pour enrichir la base Généanet. Pour ceux qui connaissent, il y a beaucoup d’arbres généalogiques en ligne, mais Généanet s’enrichit tous les jours de dépouillements d’archives (État-civil, registres matricules, recensements, livre d’or 14/18, archives notariales, listes électorales, etc.…), mais aussi d’articles de presse, de faire-part, etc.…

C’est donc grâce à deux de ces relevés que j’ai pu localiser notre soldat.

En 1911, il est recensé à Miramas (Gard), il habite rue du Port-de-Bouc et occupe les fonctions de directeur de la gare de Miramas-Port-de-Bouc (M.P.B.). En 1914, il est inscrit sur la listé électoral de Miramas-Gare.

Avec tous ces renseignements, une petite visite dans les archives départementales du Gard, registre des matricules de la classe 1902, et bingo !

Il était bien caché

Nous apprenons que l’année de sa conscription il est domicilié à Dourbies, canton de Trèves, qu’il y vit avec ses parents et qu’il est élève de l’école d’arts et métiers d’Aix.

En raison de ses études, il a été dispensé de service militaire pendant un an ; il a été incorporé au 40e régiment d’infanterie de Nîmes, le 14 novembre 1903 et a été libéré le 18 septembre 1904.

En 1905, il est à Périgueux, en 1907 à Juvisy, en 1915 à Istres.

Le 11 août 1914, il est affecté au régiment d’infanterie de Nîmes et le 12 juin 1915, il est détaché par le 19e régiment d’artillerie de Draguignan à l’usine Monnier-Martin à Nîmes.

Sur sa fiche matricule il est mentionné « Avis de la mairie du 17 mars 1920 de Saint-Germain-l’Herm, Puy-de-Dôme ».

Une demande à cette mairie confirme son décès, le 20 décembre 1915 et la secrétaire de mairie m’adresse rapidement son acte de décès.

Il était bien caché

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Charensat : Un maire tyranneau
    Ce n’est pas d’un tyranneau, mais d’un ex-tyranneau de village que nous occupons aujourd’hui. En effet, depuis le 3 mai dernier, le sieur Chassagnette, ancien maire de Charensat, importante commune du canton de Saint-Gervais, a été réduit à l’impuissance...
  • Petite blague
    Un jour, le chien part à la chasse aux papillons et s'aperçoit qu'il s'est perdu. Errant au hasard en tentant de retrouver son chemin, il voit un léopard courir vers lui avec l'intention visible de faire un bon repas. Le vieux chien pense : "Oh, oh! Je...
  • Espinasse : Un village incendié en 1896
    Un épouvantable incendie vient de détruire un village presque entier, le village de Montivernoux qui se trouve situé sur trois communes, Espinasse, Bussières et Saint-Maigner. Vendredi soir, au cours d’un violent orage, un formidable coup de tonnerre...
  • Plans du cadastre napoléonien
    Pour ceux qui ne le savent pas, il est possible de consulter le cadastre napoléonien sur le site des Archives Départementales. pour cela vous utilisez ce lien : Les archives départementales du Puy-de-Dôme permettent la consultation en ligne de plus de...
  • Inhumations 1639 - 1654
    Vue 184 Anne QUARTON fille à Anthoine du Bladeix, ensevelie le 22 novembre 1639 Vue 184 Me Jehan GERAULD, greffier de Miremont, du village de Villemaine, enseveli dans l’église le 23 novembre 1639 Vue 184 Jehan GABY dit Garbindon, du village de la Sauvolle,...
  • Sauret-Besserve et la région touchés par un violent orage
    Le 1er juin 1875 à Pionsat, le correspondant du Moniteur du Puy-de-Dôme, signale un violent orage qui a éclaté sur la localité. Le 4 juin, il écrit que hier, 3 juin à onze heures du soir, un autre orage s’est déclaré avec une rapidité et une violence...
  • Incident entre les gendarmes et les braconniers
    Articles trouvés dans le Moniteur du Puy-de-Dôme de 1875. Journal du 31 mai 1875 Journal du 4 juin 1875 Journal du 4 juin 1875 suite Journal du 12 juin 1875
  • Les registres d'État-civil (Suite)
    De 1814 à 1830 La restauration maintient la nomination du maire. Il est choisi au sein des conseillers municipaux, eux-mêmes nommés. Elle rétablit le suffrage censitaire ; seuls les hommes payant un cens, impôt de 300 frs, ont le droit de vote. La loi...
  • Inhumations 1633 - 1639
    Vue 145 Jehan BARSSE fils d’Anthoine du village des Barsses, enterré le 6 janvier 1634 Vue 145 Anthonia MARCHEIX femme à Anthoine MONTHEIL du village de Beaufessoux-le-Petit, ensevelie le 15 janvier 1634 Vue 146 Marguerite MARCHEIX fille à Jehan du village...
  • Biollet, crime au Cheix
    Un crime, accompagné de circonstances extrêmement graves vient de faire naître une vive émotion dans le canton de Saint-Gervais. A quelques kilomètres de Biollet, se trouve un petit hameau appelé les Cheix, bâti sur les ruines d’un vieux manoir qui a...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">