Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 18:19

Une femme tire quatre coups de revolver sur son mari et le blesse très grièvement

 

Un terrible drame qui a mis en émoi toute la population s’est déroulé mardi soir, à huit heures, à Saint-Priest-des-Champs, dans le canton de Saint-Gervais. La femme Grandsaigne a tiré quatre coups de revolver sur son mari, lui faisant de graves blessures qui mettent sa vie en danger.

 

Un mauvais ménage – A plusieurs reprises déjà, les époux ont échangé des balles.

 

Ce drame n’a guère étonné ceux qui connaissent le ménage Grandsaigne, qui n’est pas précisément ce que l’on est convenu d’appeler un ménage modèle, à tous les points de vue. Beaucoup de nos lecteurs connaissent les deux époux, de réputation du moins, pour avoir lu le récit de leurs exploits nombreux autant que retentissants dans nos comptes rendus des audiences du tribunal correctionnel de Riom, devant lequel ils ont comparu conjointement à plusieurs reprises.

Le mari, Grandsaigne Michel, est âgé de 45 ans et exerce à Saint-Priest-des-Champs la profession d’agent d’assurances et de représentant de commerce. A en croire les voisins, sa conduite laissait quelque peu à désirer ; il était paresseux et aimait à boire.

Sa femme, née Marie BOUSSANGE, est âgée de 37 ans. Sous le rapport de la conduite, elle n’a rien à reprocher, parait-il, à son mari.

Les époux Grandsaigne se sont mariés en 1897 ; ils ont trois enfants, dont l’aîné est âgé de 10 ans et le plus jeune de 6 ans à peine.

Ce n’était pas précisément ce que l’on est convenu d’appeler un ménage uni. Dès les premiers mois de leur mariage, les époux Grandsaigne parlaient déjà de divorcer. Ils se reprochaient leurs griefs réciproques et des scènes terribles éclataient fréquemment pour ne pas dire journellement. Généralement, ces scènes se terminaient par des coups de revolver et, à plusieurs reprises déjà, la justice dut intervenir pour mettre la paix dans le ménage.

C’est ainsi qu’au mois de mai 1908, après une scène plus violente encore que de coutume, Grandsaigne tirait un coup de fusil sur sa femme, sans l’atteindre. Pour ce fait, il comparut devant le tribunal correctionnel et fut condamné à deux mois de prison, avec sursis.

Dans les premiers jours du mois de juin dernier, la femme Grandsaigne prenait sa revanche et  tirait à son tour deux coups de revolver sur son mari… pour lui faire peur, a-t-elle déclaré devant le tribunal correctionnel, où cet exploit l’avait conduite.

Le mari, d’ailleurs, ne lui tint pas rancune outre mesure. Dans sa déposition, il déclara au président qu’il désirait retirer sa plaint.

« C’est un malentendu, expliqua-t-il ; j’ai voulu lui faire une observation ; elle a le sang vif et l’a mal prise ; elle m’a tiré un coup de revolver, mais ce n’est rien, elle voulait simplement me faire peur. Je lui pardonne. Elle m’a bien fait condamner, l’année dernière, mais, pour nos enfants, je demande sa grâce. »

La vivacité de la femme Grandsaigne lui coûta 100 francs d’amende. C’était pour rien ; elle a voulu recommencer ; mais cette fois-ci, ça pourrait bien lui coûter plus cher.

Mardi soir, elle déchargeait son revolver par quatre fois, à bout portant, sur son mari, qui s’affaissait à ses pieds, mortellement blessé.

 

L’enquête

 

A la suite de quelles circonstances ? Pour quels motifs, ce drame rapide s’est-il déroulé ? C’est ce que l’on ne sait pas encore de façon précise, mais qu’éclaircira sans doute l’enquête ouverte à ce sujet.

Le Parquet de Riom, prévenu dans la nuit par télégramme, s’est transporté hier matin à Saint-Priest-des-Champs. En raison de l’absence de communications rapides plus encore que de l’éloignement, les magistrats ne seront vraisemblablement de retour à Riom que ce soir, jeudi. Nous serons sans doute fixés, ce soir, sur les causes de ce drame de famille.

En dernière heure, on nous annonce que Grandsaigne serait mort dans la nuit des suites de ses blessures.

 

L’Avenir du Puy-de-Dôme du 1er juillet 1909.

 

Le drame de Saint-Priest-des-Champs

 

Nous avons relaté, hier, le terrible drame de famille qui s’est déroulé à Saint-Priest-des-Champs.

C’est au moment où Grandsaigne descendait de son grenier, vers huit heures du soir, avec un lourd chargement de bois sur les épaules, que sa femme lui tira par derrière quatre coups de revolver.

Le blessé, perdant son sang en abondance, eut cependant la force de se rendre à la pharmacie Charmette, où il reçut les premiers soins. Le docteur Pourtier, de Saint-Gervais, appelé en toute hâte, constata que Grandsaigne avait reçu quatre balles dans le corps. Les trois premières n’avaient atteint aucun organe essentiel, la quatrième avait perforé le poumon, lui faisant une blessure très dangereuse, sinon mortelle.

Hier soir, notre correspondant de Saint-Gervais, nous informait que l’état du blessé était considéré comme désespéré.

Nous avons dit que le parquet de Riom s’était transporté mercredi soir, à Saint-Priest. Une première enquête avait d’abord était faite mardi soir, par le juge de paix de Saint-Gervais et la gendarmerie qui avaient précédé l’arrestation de la meurtrière. Elle a été transférée hier soir, à la maison d’arrêt de Riom.

Loin de se repentir de son crime, la femme Grandsaigne s’en glorifie. Elle semble n’avoir qu’un regret, c’est de ne pas avoir tué net son mari, sans se soucier des trois petits enfants qu’elle laisse sans soutien.

Aussi, les gendarmes, ont-ils eu grand peine à la protéger contre la foule qui voulait la lyncher.

 

L’Avenir du Puy-de-Dôme du 2 juillet 1909.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">