Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 00:11

PORTE Marien, né à Condat-en-Combrailles, le 10 novembre 1833, marié, 4 enfants. Il a obtenu son Brevet complet, le 18 août 1885.

Il a fait ses débuts à Saint-Maurice-près-Pionsat, 1er octobre 1855. Après un passage dans divers établissements (Collège d’Issoire, Ecole Normale de Clermont, Maringues, Ecole Normale du Puy), il est arrivé à Saint-Priest, le 15 février 1867, comme instituteur public. Il est considéré comme un instituteur assez impulsif. Le 12 juin 1872, il quitte Saint-Priest pour Thiers, puis Gimeaux, Saint-Genès-la-Tourette, Egliseneuve-des-Liards et Palladuc où il finit sa carrière.

Archives Départementales – T 6747

HOSTIER Jean, né au Vernet-la-Varenne, le 27 mars 1862, marié. Il a terminé ses études à l'École Normale de Clermont-Ferrand (1879-1882). A obtenu son Brevet élémentaire, le 18 juillet 1881 et son Certificat d’Aptitude Pédagogique, le 2 mars 1888. Également diplômé maître de gymnastique, le 29 juillet 1882.

Après Saint-Germain-Lembron, Saint-Anthème, il arrive à Lapeyrouse. C’est ici qu’il connaitra quelques déboires et sera suspendu 3 mois à partir du 25 novembre 1885.

Sa réintégration se fera le 1er mai 1887 comme instituteur public adjoint à Saint-Priest. Pendant 3 ans et 5 mois il enseignera au côté de Jean Berthin. L’inspecteur note : « Il travaille constamment à son instruction, ne fréquent jamais les cafés et est très assidu à sa classe. Il conclut : Espérons que M. Hostier restera fidèle aux bonnes résolutions qu’il a formées en reprenant ses fonctions après une suspension qui a duré plus de quinze mois. »

Le 28 janvier 1889, le même inspecteur a les observations suivantes : « Si la conduite et la tenue de M. Hostier sont actuellement irréprochables, il manque d’activité dans sa classe, qui est mal tenue. Bien qu’il soit l’adjoint le plus ancien de ma circonscription, je l’ai prévenu que je ne le proposerais pour un emploi de titulaire qu’après avoir constaté une sérieuse amélioration de sa classe. »

Archives Départementales – T 6690

PAILHOUX Catherine Georgette, épouse COTE, née au Courteix commune de Saint-Georges-de-Mons, le 24 janvier 1876. Elle est sortie de l’Ecole Normale de Clermont (1892-1895). Obtenu son Brevet élémentaire en juillet 1892, son Brevet supérieur en juillet 1895 et le C.A.P. en juillet 1899.

Elle est venue à Saint-Priest comme institutrice stagiaire au bourg, du 27 septembre 1893 au 30 septembre 1897. Le 12 juillet 1897, elle a fait une demande pour un poste à Lamazière. En juillet 1899, lors du passage de son C.A.P., elle est désignée comme institutrice stagiaire déléguée à l’école publique de Lamazière.

Elle est considérée comme une excellente maîtresse, très dévouée et qui a bon caractère.

Archives Départementales – T 6698

COTE Auguste Blaise, né à Biollet, le 22 novembre 1871. Décédé le 10 juillet 1931. Il a terminé ses études à l'École Normale de Clermont (1889-1892). A obtenu son Brevet élémentaire en octobre 1889 et son C.A.P. en mars 1896.

Est venu à Saint-Priest, comme instituteur stagiaire à l’école publique, du 27 septembre 1893 au 30 septembre 1897, en remplacement de M. DELAURAT, décédé.

M. Berthin écrit : « Se conduit très bien et vit en bon rapport avec tout le monde. », et l’inspecteur rajout : « Jeune maître d’une intelligence et d’une capacité ordinaires, mais sérieux et très consciencieux. Il fera un bon instituteur. »

Archives Départementales – T 6741

ROUX épouse RIBOT, née à Cros, le 6 novembre 1869. Mariée en 1897 à Briffons, divorcée le 14 février 1929. Elle a terminé ses études à Latour-d’Auvergne. Obtenu son Brevet élémentaire en octobre 1889 et le C.A.P. en 1922 à Clermont-Ferrand.

Elle commence sa carrière à Mazayes à l’école de Chambois. Après un passage à Monne commune du Vernet-Sainte-Marguerite, elle est nommée à l’école de Saint-Martin-de-Tours commune de Rochefort.

A sa demande, elle arrive à l’école du Bladeix comme institutrice stagiaire, le 1er octobre 1913. Sera titulaire, le 1er janvier 1923. Elle fera donc l’ouverture de la nouvelle école et y restera jusqu’à sa retraite, le 1er octobre 1933.

L’inspecteur primaire, le 9 mai 1921, écrivait ceci : « Madame Ribot est une maîtresse dévouée qui travaille dans sa classe. L’enseignement ne donne pas tous les résultats désirables parce que pendant tout l’hiver les plus grands élèves consacrent la plupart des matinées au catéchisme à Saint-Priest-des-Champs. Je voudrais des esprits plus ouverts. Employons des méthodes plus concrètes, laissons réfléchir, parler nos élèves. »

Archives Départementales – T 6768

FAURE Antonin, né à Biollet, le 22 août 1867. Il a fait ses études à l’école primaire de Clermont-Ferrand. Il est pourvu d’un Brevet élémentaire obtenu, le 19 octobre 1886. Il a eu son Certificat d’Aptitude Pédagogique, le 2 août 1892.

Arrivé de Pionsat, le 30 septembre 1890, en remplacement de M. Hostier, comme instituteur public stagiaire, il repart de Saint-Priest, le 30 septembre 1891.

Le 19 décembre 1890, l’inspecteur note que « M. Faure travaille constamment à son instruction ; il est très assidu à sa classe, ne fréquente jamais les cafés. Le maître et le stagiaire vivent ensemble et en bonne confraternité.

Il est sérieux et docile. Un peu mou. Instruction faible ; manque d’entrain. Beaucoup de bonne volonté. »

Il finit sa carrière à Saint-Maigner, le 16 janvier 1912, après être passé à Saint-Gervais, Ayat, Champs et Bussières.

Archives Départementales – T 6663

DELAURAT Jean, né à Effiat, le 20 mai 1865. Il a terminé ses études à l’école publique de Randan. Obtenu son Brevet obligatoire en mars 1885 et le C.A.P., le 9 juillet 1891. Il a débuté sa carrière à Sugères, puis est passé à Artonne, Manzat et Pionsat.

Est venu à Saint-Priest, comme instituteur adjoint, en remplacement de M. Faure. Du 16 septembre 1891 au 31 décembre 1891, comme stagiaire, et à partir du 1er janvier 1892, comme instituteur titulaire.

Il s’est arrêté d’enseigner en juillet 1893 (Maladie) et est décédé le 26 septembre 1893.

Archives Départementales – T 6648

BRUN Marguerite Laurence, née à Combronde, le 1er mars 1869.

Elle a terminé ses études à la Pension Saint-Pierre à Clermont-Ferrand, obtenu son brevet obligatoire, le 26 juillet 1885 et son Certificat d'Aptitude Pédagogique en juin 1895.

Sa première nomination, le 28 septembre 1888, a été pour l'école publique de Saint-Priest comme institutrice stagiaire. Elle y prend ses fonctions, le 4 octobre 1888.

Dans son rapport du 24 janvier 1889, l'inspecteur primaire note : « Très inexpérimentée, Mlle Brun désire bien faire, mais montre assez peu d'initiative. Sa santé, du reste, paraît délicate. »

Elle quitte Saint-Priest, le 15 octobre 1889, pour Châtel-Guyon. Son parcours, pas plus d'une année dans la même école, la mène à Lapeyrouse, Le Broc, Saint-Alyre-ès-Montagne (Boutaresse), Saint-Anastaise (Anglards), Saint-Etienne-sur-Usson (Chauvaye).

Elle décède le 25 juin 1899, peut-être à Montaigut-le-Blanc où elle venait d'avoir sa titularisation à l'école de Reignat.

Archives Départementales – T 6571

Partager cet article

Repost 0
Published by jacot63 - dans L'enseignement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jacot63
  • Le blog de jacot63
  • : Communiquer, s'informer, animer et rechercher sur la commune de Saint-Priest-des-Champs.
  • Contact

  • jacot63

Annonce :

ENVOYEZ NOUS VOS PHOTOS POUR LA COMMÉMORATION DE 14-18

Recherche

Post-it

16/06/2012 : Mise à jour des conscrits de 1903.

 

Articles Récents

  • Guerre de 39-45
    Trouvé sur Mémoires des Hommes : ARNAUD Auguste François, né au Teilhot, le 3 décembre 1909, fils d'Hippolyte et de Marie Eugénie BARSSE. Militaire au 105e R. I. F., Mort pour la France, le 10 avril 1942, à Altenwörth (Allemagne), par noyade au cours...
  • Les conscrits de 1921
    Il reste encore beaucoup de personnes à identifier ! TIXIER Joseph PETIT Germain JOUHET Gilbert MAZERON Pierre Il reste à identifier : AUBIGNAT Lucien François, né le 16 septembre 1901 à Courtine, fils de Jean et de Marie TIXIER, cheveux châtains, front...
  • Pêle-mêle d’informations cantonales - 1911 (1)
    Saint-Gervais – Les obsèques de l’abbé Prévost Vendredi, ont eu lieu à Saint-Gervais les obsèques de M. l’abbé Prévost, curé doyen de cette paroisse. Elles ont revêtu le caractère d’un deuil public, tellement le défunt était connu et aimé de toute la...
  • Les conscrits de 1926
    Merci à Michèle CHASSAGNETTE pour ce nouveau nom : Martin Sylvain Marcel CHASSAGNETTE de l'Ebeaupin, chasseur au bataillon de chasseurs alpins est décédé à Trêves 21 août 1926. Rang 1, en haut, de gauche à droite Rang du milieu, de gauche à droite GOUYON...
  • François CROMARIAS, chirurgien militaire
    Encore une fois, merci à Monsieur Jacques PAGEIX pour cette magnifique biographie d’un enfant de Saint-Priest-des-Champs. Merci aussi de m’autoriser à créer un lien sur son blog. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir de lire un article passionnant. Voici...
  • Ils pourraient être sur le monument, un de plus
    Merci à Chantal TAYTARD, pour avoir signalé Pierre TAYTARD, dont l'acte de décès est inscrit dans les naissances de 1809. SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Pierre...
  • Ils pourraient être sur le monument
    SOLDATS DE SAINT-PRIEST-DES-CHAMPS MORTS EN DEHORS DE L’HEXAGONE Lors des campagnes militaires engagées entre 1792 et 1914 Dans les registres de l’état-civil, les transcriptions des décès n’apparaissent qu’en 1807. Avant 1807, durant toutes les grandes...
  • Drame à la gare des Ancizes (4)
    L’alibi d’Aït Mouloud est exact Mais, s’il est reconnu innocent du crime, l’Algérien est maintenu en état d’arrestation pour des vols Nous avons signalé hier le geste de l’Algérien Aït Mouloud ben Mouloud qui, se sachant recherché par la police mobile...
  • Nos jeunes gens émigrés (1)
    L’émigration des maçons Jusqu’au début du XXe siècle, comme nos voisins creusois, beaucoup d’hommes de Saint-Priest-des-Champs partaient, dès la fin de l’hiver, les uns vers Lyon, principalement sur les grands chantiers du bâtiment, les autres dans les...
  • Les fondations pieuses
    Un arrêt de la Cour de Riom Nous avons déjà signalé les nombreux jugements rendus en matière de fondations pieuses et qui sont une condamnation du projet de loi de spoliation voté par la Chambre. La Cour d’appel de Riom vient de rendre, à la date du 26...

Compteur de visites

Logiciel genealogie Geneatique ">